Bavois n’y arrive plus

Bavois n’y arrive plus

Qu’arrive-t-il au FC Bavois? Depuis la reprise, les Bavoisans n’ont gagné qu’une fois, face à Terre Sainte (3-2), obtenant trois nuls face à La Chaux-de-Fonds, Yverdon et Guin et s’inclinant également trois fois, contre Stade-Lausanne-Ouchy, Naters et Signal Bernex! Six points en sept matches, voilà qui est maigre, très maigre. Samedi, face à Signal, dernier du classement, Bavois n’a pas eu de problème d’attitude, mais a simplement manqué de percussion et de confiance, surtout, pour espérer autre chose que cette défaite. Bien sûr, ils ont eu le ballon, les hommes de Bekim Uka, et ils ont eu les meilleures occasions du match. Mais alors, quelle fébrilité, tant offensive que défensive! Cette 1re ligue étant si serrée, rien n’est perdu pour les finales, mais il va falloir très vite retrouver confiance en ses moyens pour espérer autre chose.

Signal était évidemment prenable

Signal, qui joue sa tête chaque week-end et veut vraiment rester en 1re ligue, n’a rien fait d’autre que d’être discipliné ce samedi. Les Genevois sont venus avec toute la rage nécessaire, mais aussi toutes leurs lacunes à ce niveau, qui en font un relégable logique. Il y a de bons joueurs dans cette équipe, le capitaine Stéphane Rey en tête, mais enfin, cette équipe était évidemment largement prenable pour Bavois, même après la claque reçue à Naters (5-3). Dans le Haut-Valais, le FCB menait 1-3 avant de lâcher mentalement, ne se montrant pas assez déterminé pour garder son avantage. Mais ce samedi, aux Peupliers, rien de tout ça. Aucune suffisance en vue. Simplement une équipe qui n’y arrive pas, ou plus.

Bavois jouait pourtant dans sa meilleure composition possible

Bekim Uka alignait pourtant sa meilleure équipe, celle qui était si convaincante au premier tour, plus Micael Martins, arrivé cet hiver. Qendrim Makshana, qui devait être le renfort attendu au poste d’avant-centre, enchaîne désormais les matches depuis le banc de touche, Omar Bellagra lui étant désormais préféré. Bavois a ainsi essayé, dans son 4-3-3 habituel, de reprendre confiance, mais rien n’y a fait et surtout pas le 0-1 d’Islin Ntongo, auteur d’un coup de tête parfait à la 16e. Pour une équipe qui cherchait à relever la tête, voilà qui tombait bien mal.

Signal prend l’avantage sur un centre raté

Il y a du mieux, pourtant, et l’égalisation est tombée de manière méritée à la 41e minute. Un centre parfait de Boubou Ouattara trouvait Micael Martins, dont le coup de tête croisé ne laissait aucune chance au gardien genevois. Bien joué de la part des deux ailiers bavoisans, lesquels ont unis leurs efforts sur ce coup-là. 1-1 à la pause, un score qui reflétait bien mieux la physionomie de la rencontre. Le tournant du match allait intervenir à la 56e lorsque le capitaine Stéphane Rey a inscrit le 1-2 très chanceusement, son centre se transformant… en lob victorieux sur Christopher Meylan, qui ne pouvait pas s’y attendre. Signal Bernex avait pris la tête sur ce coup du sort et n’allait plus la lâcher. Islin Ntongo avait même la balle du 1-3, mais son coup de tête passait à côté, alors qu’il était seul à cinq mètres des cages nord-vaudoises.

Une double occasion pour Qendrim Makshana et Sébastien Le Neün

Bavois, vexé et volontaire, a alors tenté de revenir, se créant une énorme double occasions à la 76e. Qendrim Makshana a trouvé la latte de la tête, avant que Sébastien Le Neün, dans la continuité de l’action, ne cadre pas sa reprise de volée. 1-2, score final, malgré une intense domination bavoisane jusque dans les arrêts de jeu, sans réussite. Une défaite qui fait mal, alors que sprint final commence dès la prochaine journée.

Cinq matches pour y croire encore

Le programme? Team Vaud à l’extérieur, Fribourg à la maison, Azzurri à Chavannes, Echallens à la maison et Martigny en Valais. Il faudra prendre entre onze et treize points lors de ces cinq matches pour espérer les finales. Pour le FC Bavois que l’on connaît, c’est jouable. Pour celui qu’on a vu ces dernières semaines, absolument pas. Alors, Bekim Uka va-t-il trouver la solution dans la semaine à venir? Va-t-il trouver les mots pour redonner confiance à ses troupes? Cet été, le FCB fête ses 75 ans, avec de nombreuses animations aux Peupliers. Jean-Michel Viquerat aimerait bien que l’une d’elles soit un match de finales, voire deux… On le répète, ce n’est pas perdu, tant ce groupe 1 est serré, mais la dynamique bavoisane n’est clairement pas la bonne actuellement.

Les hommes du match

Renatus Njohole a fait une bonne entrée à mi-terrain, apportant du rythme et de la combativité. Il est l’un des seuls gagnants du jour du côté du FCB avec, peut-être, Micael Martins. L’ailier a marqué un joli but, il a défendu et il ne s’est jamais arrêté de tenter des choses sur son côté droit.

Les prochains rendez-vous

Bavois s’en va au Bois-Gentil défier Team Vaud M21 samedi prochain, le 30. Coup d’envoi à 16h.

FC Bavois – Signal FC Bernex-Confignon 1-2 (1-1)

Buts: 16e Ntongo 0-1; 41e Martins 1-1; 56e Rey 1-2.

Arbitres: M. Matthias Schwaller, assisté de M. Rico Bader et de M. Daniele Simoniello.

Bavois: Meylan; Kurtic, Bentayeb, Le Neün, Zeneli; Zari, Demiri (46e Renatus), Malgioglio (87e Pitronaci); Martins, Bellagra (46e Makshana), Ouattara.

Entraîneur: Bekim Uka.

Berney: Gallay; Tato (73e Pais), Trifiletti, Boule, Vitagliano; Gomariz, Pomevor, Rodrigues (68e Richard); Rey, Piaget (79e Ibongo), Ntongo.

Entraîneur: Claudio Morelli.

Terrain des Peupliers.

Categories: 1re ligue, FC Bavois

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*