Bavois II se met gentiment à l’abri

Bavois II se met gentiment à l’abri

Abdellah Dounyaji est désormais un nom que les suiveurs du football vaudois doivent retenir. Le Marocain a marqué dimanche matin ses quatrième et cinquième buts en 2e ligue, s’offrant un doublé sur le terrain de Benfica. Bavois II, depuis le début de saison, a marqué sept buts et il est donc facile de calculer l’influence qu’a son attaquant dans son registre offensif. Rapide, technique et adroit devant le cages, Abdellah Dounyaji est de plus en plus un attaquant à suivre. Il n’est pas forcément énorme dans le jeu et ne marque pas les esprits par son activité, mais il a le geste juste dans les seize mètres, à l’image de son deuxième but dimanche. Oui, il était seul face au gardien, mais quand même, l’angle n’était pas si facile. Son petit ballon piqué était cependant parfait et a trompé Pedro Henrique Carregosa, portier remplaçant de Benfica. Dounyaji est un chasseur de buts, un vrai, de ceux qui n’ont pas besoin de quinze occasions pour marquer.

Bavois est un peu dépendant de son attaquant

Mais Bavois, on l’a vu avec les chiffres, est un peu dépendant de son avant-centre en ce début de championnat. Alors, quand il est sorti après son deuxième but, s’étant blessé sur l’action, le FCB a eu de la peine à exister offensivement sur le synthétique de Chavannes-près-Renens. Ils ont eu des occasions de tuer le match, les hommes de Johann Späni, mais n’ont pas su les concrétiser. Tenir la victoire? Ils auraient aimé y arriver, mais Flavio Rodrigues, bien servi, a pu sauver un point pour les Encarnados en toute fin de match (88e). 2-2, score final, un point chacun.

Benfica avait de sacrés arguments dimanche

Tout avait bien commencé pour Benfica, pourtant, qui s’alignait avec toutes ses forces offensives. On attendait passablement des Lausannois pour ce match vu la composition de leur équipe, avec la doublette Fabio Parada et Paul-André Péclard en milieu de terrain, une ligne de trois Gétaz-Cabacas-Cabacas au milieu et Miguel Batista devant. Et vu que les jumeaux Rodrigues sont maintenant revenus de vacances et en forme, Benfica avait de sérieux arguments à faire valoir en défense aussi. Seul bémol, la blessure de Joao Cardoso, le très bon gardien, qui sera remplacé numériquement dans les prochains jours par Louis Troillet. Le gardien de Stade-Lausanne, formé à Team Vaud, va être prêté à Benfica et il devrait avoir l’occasion de faire ses preuves très vite.

Un penalty largement contestable

Bref, on revient au match et on répète que Benfica, oui, avait bien débuté, en ouvrant la marque grâce à un penalty de Carlos Cabacas fortement contesté par les Bavoisans. Sincèrement, on les comprend un peu car la sortie de Robert Edje semblait propre, lui qui était le premier sur le ballon et dont l’intervention était parfaite, à notre avis. M. Benjamin Maillard en avait un autre et a spontanément montré le point de penalty, ce que M. Idriz Shala, son assistant, n’a pas contesté. Apparemment, les deux hommes étaient d’accord, mais les supporters bavoisans largement moins. Carlos Cabacas, lui, n’a pas tremblé en plaçant son penalty au bon endroit. 1-0 au quart d’heure.

Benfica pas avantagé par ce vilain synthétique

Benfica, sans être génial, est arrivé à la pause avec cet avantage et on n’a pas trop envie d’être sévère avec les Benfiquistes, même si on attend beaucoup d’eux cette saison. Le fait est que le terrain synthétique de Chavannes, ce vieux tapis mité, n’avantage pas les équipes voulant jouer et Benfica en fait assurément partie. Impossible de prendre des risques sur ce terrain ou de vouloir ressortir depuis derrière. Alors, tant Benfica que Bavois II ont cherché la profondeur, jouant de manière très directe. Cela a donné un match haché, sans beaucoup de jeu, que soit en première ou en deuxième période.

Bavois prend ses distances avec la barre

Pour Bavois, ce point perdu en fin de match est rageant, bien sûr. Personne n’aime se faire rattraper à la 88e, mais ce match nul permet aux Bavoisans d’être invaincus depuis la première journée et ce sec 5-0 encaissé à Pully. Depuis? Deux nuls face à Champvent et Crissier, une victoire face à Concordia et ce point, ici, sur le terrain de Benfica. Bon pour la confiance et pas forcément mauvais au classement, puisque les hommes de Johann Späni comptent aujourd’hui cinq points d’avance sur Orbe et Lutry. Après cinq journées d’un championnat qui n’en comptera que 24, c’est déjà un pas vers le sauvetage.

Que peut espérer Benfica dans ce championnat?

Si Bavois II semble armé pour éviter la relégation, que dire de Benfica? En fait, on aimerait croire que les Lausannois ont les armes pour espérer disputer les finales le plus longtemps possible dans ce groupe 2 très ouvert. Le fait est qu’ils peuvent y arriver, même s’ils sont à six points, déjà, de Pully, actuel deuxième. En fait, Benfica manque de constance, mais cela s’explique aussi par le fait de n’avoir pas de terrain « à soi ». Difficile d’espérer enchaîner les bons résultats à la maison en jouant une fois sur le terrain principal et une fois sur le synthétique, dépendant du temps qu’il a fait le jour d’avant. Pourtant, avec les qualités qui sont les leurs, notamment offensivement, on persiste à penser que les hommes de Ricardo Rocha ont ce qu’il faut pour jouer les toutes premières places. La lutte contre la relégation, c’est sûr, ne les concernera pas.

Les hommes du match

Fabio « Magic » Parada revient gentiment à son meilleur niveau. Dimanche matin, il a été très juste dans  le jeu et a régné sur l’entrejeu. Très solide. Comme toujours, les frères José et Pedro Rodrigues ont été parfaits en défense centrale. Eux, ils sont quand même spécialement forts, on le répète semaine après semaine.

Du côté de Bavois, Abdellah Dounyaji mérite amplement cette mention, tout comme Hugo Pereira au milieu de terrain. Malheureusement, il n’a pas eu droit au derby avec son frère Helder, joueur de Benfica qui s’est fait opérer des ligaments il y a quelques semaines. Hugo Pereira, c’est la classe: jamais un ballon perdu, toujours plein d’élégance et jamais un mot de trop sur le terrain. Un footballeur exemplaire.

Les prochains rendez-vous

Bavois II se déplace à Lutry le samedi 19 septembre, à 19h. Benfica attend le samedi 26 pour rejouer, sur le terrain du FC Orbe, à 19h.

Sport Lausanne Benfica – FC Bavois II 2-2 (1-0)

Buts: 15e Carlos Cabacas 1-0; 48e et 60e Dounyaji 1-2; 88e Flavio Rodrigues 2-2.

Arbitres: M. Benjamin Maillard, assisté de M. Mehmet Akif Sahingöz et de M. Idriz Shala.

Benfica: Carregosa; Renato Lobo, Pedro Rodrigues, Jose Rodrigues, Thirunavukkarasu (53e Cabral); Fabio Parada, Péclard; Gétaz (80e Flavio Rodrigues), Luis Cabacas, Carlos Cabacas; Miguel Batista (60e Carlos Moreira).

Entraîneur: Ricardo Rocha

Bavois: Edje; Alicajic, A. Späni, Cottens, Saugy; Hugo Pereira, Turrian; A. Habib (55e Nganbe), Onur Yildiz (77e Ferrini), Martin; Dounyaji (62e Dorin Basha).

Entraîneur: Johann Späni.

Centre sportif de Chavannes-près-Renens.

Categories: 2e ligue, FC Bavois

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.