Bavois dynamite Thierrens et jouera la Coupe suisse

Bavois dynamite Thierrens et jouera la Coupe suisse

Le FC Bavois a mieux géré que le FC Thierrens ce dernier match avant les vacances, et c’est peu de le dire. Les deux équipes avaient quelques absents de marque, c’est vrai, et il est vrai aussi que Bavois a un effectif plus fourni que le FCT. Mais tout de même, quelle claque! En s’imposant 10-1, les hommes de Bekim Uka peuvent être tranquilles: ils ont rempli l’objectif de se qualifier pour la Coupe suisse 2013-2014, et de belle manière.

Le match de trop pour Thierrens?

David Tenthorey rêvait sans doute d’une autre sortie, pour son dernier match à la tête du FC Thierrens. Mais cette immense claque ne doit pas remettre en cause, surtout pas, les trois années de travail réalisées avec ce groupe. Le FCT est sur de bonnes bases, c’est une certitude. Mais dimanche, quelle démonstration du FC Bavois! A la mi-temps, déjà, le match était plus que plié, puisque les visiteurs menaient déjà 8-0… Le match de trop pour Thierrens, exténué par une saison prenante, sa deuxième en 2e ligue inter, avec un effectif moins étoffé que d’autres équipes de ce niveau? Peut-être, mais il est dommage de voir cette équipe s’arracher pour battre Signal Bernex en semaine (lire ici) et s’incliner aussi lourdement le dimanche.

L’essentiel était ailleurs, bien sûr, et le maintien mérite d’être salué. Thierrens a une marge de progression en 2e ligue inter, dans la répétition des efforts notamment et l’intensité. Cette équipe peut aller très haut lorsque tout le monde est motivé et concentré sur le même objectif. Cela peut vouloir dire gagner à La Sarraz, faire match nul avec Team Vaud, battre Lerchenfeld. Cela veut aussi dire que lorsque le FCT n’est pas à 100%, et s’éloigne un peu de ses valeurs « historiques » de discipline et de combat, il redevient une équipe ordinaire. Et Bavois lui l’a très bien fait ressentir dimanche.

Bavois baisse d’un ton en deuxième mi-temps. Heureusement…

Le match était plié dès la 13e minute, grâce à des réussites de Marco Malgioglio (plat du pied parfait), Lianel Lauper (corner de Malgioglio) et Kevin Hill (relais avec Malgioglio à mi-terrain et finition parfaite). Thierrens? Apathique, déjà en vacances probablement. Le reste ne sera que du remplissage, Nicola Zari et ses coéquipiers s’amusant dans une défense et un milieu de terrain dépassés. Tout allait trop vite, trop bien, du côté de Bavois, sérieux et appliqué durant toute la première période. Thierrens, mené de huit buts à la pause, allait monter d’un cran en deuxième, heureusement, et Bavois ralentissait sérieusement le rythme. Le résultat des quarante-cinq dernières minutes? 2-1 pour Bavois, simplement, avec un penalty loupé et bien moins de volonté qu’en première. Encore heureux pour Thierrens…

Une défense inédite pour Bekim Uka

Privé de Gilardi (absent), Luckhaupt (blessé), Zeneli (suspendu) et Cottens (légèrement touché à l’aine mais présent sur le banc de touche), Bekim Uka a fait reculer Renatus en défense centrale aux côtés d’Hicham Bentayeb, et placé Adnan Alicajic côté droit et Nezir Kurtic côté gauche. Une défense inédite, mais qui n’a pas connu trop de souci. Le match de Benjamin Bühler (Fabien Humbert était supendu) dans les buts? Deux ballons touchés, un face à face gagné contre Jonathan Roder (87e) et un but encaissé sur un coup-franc de Jérôme Ruch dévié par le mur. Les nonante minutes, sous le soleil, ont été très longues pour le gardien bavoisan, qui aurait certainement aimé trouver un peu d’ombre, à défaut de recevoir des tirs adverses.

Le FC Bavois est imbattable lorsqu’il joue à ce niveau

On ne va pas être trop sévère avec Thierrens, déjà parce que cela ne servirait à rien, mais aussi parce que face à ce Bavois-là, concentré et sérieux, il n’y avait rien à espérer. Bavois est passé près de la défaite plusieurs fois dans ce second tour, par manque, peut-être, de concentration dans certaines parties. Mais lorsque Nicola Zari et ses coéquipiers sont à ce niveau, personne, dans cette ligue, ne peut les battre. Reste à voir comment ce groupe se comportera en 1re ligue, et on se réjouit d’avoir la réponse d’ici quelques semaines. Et en Coupe suisse? Bavois rejoint donc Stade-Lausanne-Ouchy (vainqueur d’Alle 4-0) au premier tour principal. On l’a dit et redit, mais quelle saison magnifique pour les Bavoisans, qui auront donc rempli tous leurs objectifs: monter en 1re ligue et jouer la Coupe suisse. Le tout en proposant un jeu ultra-offensif, plaisant, et… sans attaquant durant l’immense majorité du 2e tour. Vidoje Ilic s’étant blessé rapidement, Bekim Uka a placé Otman Zirek et Muamer Zeneli tout à tour en pointe, mais aussi Nicola Zari. Tous trois se sont bien adaptés à cette place, peu naturelle pour eux dans le 4-2-3-1 du FCB, mais, un peu à l’image de l’équipe d’Espagne, Bavois a su faire exploser ses adversaires sans véritable pointe. Cela en dit long sur la qualité de son jeu.

Huit Vaudois au premier tour de la Coupe suisse 2013-2014

Les Vaudois qualifiés? Lausanne-Sport (Super League), Stade Nyonnais (1re ligue Promotion), Echallens, Le Mont et Terre Sainte (1re ligue), Stade-Lausanne et Bavois (2e ligue inter) et Vevey (vainqueur Coupe vaudoise, 2e ligue). A noter que Le Mont, Bavois et Vevey monteront chacun d’une ligue dans les jours à venir, mais sont indiqués ici entre parenthèses la ligue dans laquelle ces trois équipes ont concouru pour se qualifier.

Les hommes du match

Du côté de Thierrens, on signalera la bonne rentrée de l’entraîneur David Tenthorey, à deux minutes de la fin. Son bilan? Une volée (légèrement) au dessus, et une bonne passe, du gauche. A 38 ans, il s’est donc offert un dernier plaisir, si tant est que l’on puisse considérer qu’entrer à 1-10 soit un plaisir. On aura également une pensée pour Sébastien Rossier, qui ne s’est troué sur aucun des dix buts. Et son double arrêt de la 88e minute était parfait: il a parfaitement sauvé le penalty d’Ilic, sur sa gauche, et détourné la reprise à bout portant de Zari. Propre.

En ce qui concerne Bavois, Kevin Hill a été très bon. Quand il joue à ce niveau, il est phénoménal, et le mot n’est pas trop fort. Il est parfaitement sur sa lancée de ses dernières prestations et est en train de faire taire toutes les critiques sur son côté nonchalant et, parfois, peu concerné. Fort. Et quel pied gauche, mon Dieu… Mention très bien également à Nicola Zari. Deux buts et deux assists pour celui qui était capitaine en l’absence de Frédéric Gilardi, et une classe de tous les instants.

Les prochains rendez-vous

Les vacances pour tout le monde! Mais le FC Thierrens recommence le 3 juillet avec son nouvel entraîneur Patrick Müller. Et Bavois pas beaucoup plus tard, puisque la reprise est fixée début juillet, mais qu’un match de gala est déjà programmé le 29 juin, lors de la Nuit du foot à Chavornay, face à une sélection régionale. Le repos sera court, mais intense!

Le plan-fixe

FC Thierrens – FC Bavois 1-10 (0-8)
Buts: 4e Malgioglio 0-1; 10e Lauper 0-2; 13e K. Hill 0-3; 30e Zari 0-4; 32e Zirek 0-5; 34e Zari 0-6; 43e Alicajic 0-7; 45e Lauper 0-8; 48e Ruch 1-8; 50e Zirek 1-9; 81e Hill 1-10.
Arbitres: M. Rodrigues, assisté de M. Samir Selimovic et de M. Senad Selimovic.
Thierrens: Rossier; Braun, Aymon, Meylan, Freymond; Jorge Marcos (46e Crisinel), Roder; Longo, Ruch, N. Clot (46e Krattiger); L. Jaquier (89e Tenthorey).
Entraîneur: David Tenthorey.
Bavois: Bühler; Alicajic, Renatus, Bentayeb (70e J. Späni), Kurtic; Limani, Zari, Malgioglio (74e Carbonara); Lauper (74e Ilic), Zirek, Hill.
Entraîneur: Bekim Uka.
Notes: Le Marais. 192 spectateurs. 84e, Rossier détourne un penalty d’Ilic.