Bavois arrache un point à dix à Echallens

Bavois arrache un point à dix à Echallens

Frustrant, voilà comment résumer en un mot le début de saison du FC Echallens Région. En trois matches, les hommes de Julien Marendaz sont allés chercher un point à Azzurri, sont sortis de la Coupe suisse face à Thoune et ont concédé le nul face à Bavois. Le bilan comptable est maigre, et pas à la hauteur des efforts fournis et de la qualité de jeu présentée. Le tort des Challensois? Ne pas avoir fait la différence dans leurs temps forts et, ainsi, s’exposer à la punition. C’est exactement ce qu’il s’est passé mercredi soir face à Bavois. Comment Echallens, menant 1-0 et jouant à onze contre dix, a-t-il pu laisser échapper la victoire? Pour deux raisons, principalement. La première est de ne pas avoir tué le match. La deuxième? Bavois n’a rien lâché et, au final, a mérité d’aller chercher ce que Bekim Uka appelait un « bon point » après la rencontre.

Echallens sans David Jimenez, Bavois sans Nicola Zari

Car oui, Bavois a eu du courage. Il en a fallu pour revenir dans ce match, après l’ouverture du score de Carl Martinet et le carton rouge d’Ayoub Rachane. Le match n’a pas atteint des sommets, que ce soit de technique ou d’intensité, entre deux équipes un peu crispées. Les deux équipes avaient joué en Coupe suisse quelques jours plus tôt, c’est vrai, mais cela n’explique pas forcément tout. Les absences, peut-être un peu plus. Echallens se présentait sans David Jimenez (expulsé face à Thoune), son patron du milieu de terrain, ni Jérôme Hyvernaud (suspendu lui aussi). Et Bavois jouait sans Nicola Zari (touché au pied), William Luckhaupt (blessé) et Nezir Kurtic (suspendu). Pas une excuse, vu le contingent des deux équipes? Vrai. Mais un début d’explication, peut-être.

Bavois a le ballon, et Echallens a les occasions

Bavois avait la possession du ballon en première période, le faisant bien circuler, et ressortant proprement depuis derrière. Echallens, très bien en place, ne souffrait absolument pas et se procurait les plus belles occasions. Grâce à qui? A Adrian Alvarez, bien sûr. Sur la lancée de sa prestation face à Thoune, l’ailier percutait à plusieurs reprises sur son côté droite, se créant les deux premières occasions de la partie (18e et 26e), mais sans parvenir à concrétiser. Si Alvarez a encore une marge de progression, elle est là: il doit devenir plus efficace. Parce qu’il a tout le reste, et largement. Ce n’est pas un pur buteur? C’est vrai, mais cela ne doit pas l’empêcher de marquer plus souvent. Parce que le jour où il ajoutera l’efficacité à ses qualités de percussion, il sera un joueur exceptionnel. Bref, tout ça pour dire qu’Echallens aurait pu mener de plusieurs longueurs à la pause. Celle-ci sera finalement atteinte sur le score de 1-0, grâce à une très jolie réussite collective, bien conclue par Carl Martinet (19e). Bavois a bien fait tourner le ballon durant ces quarante-cinq premières minutes, mais toujours sur le même rythme, sans réellement de percussion. Et Echallens s’est montré très solide derrière.

L’expulsion d’Ayoub Rachane. Sévère ou non?

La deuxième période débutait par un moment fort, l’expulsion d’Ayoub Rachane, coupable d’avoir découpé Quentin Roussey à mi-terrain. Carton rouge direct pour le milieu de terrain bavoisan suite à ce tacle. Sévère? Disons que le geste était spectaculaire, mais le tacle n’est pas venu par-derrière et ne constituait clairement pas une agression. Ce qui est clair, c’est que Rachane a tout ramassé sur son passage, mais n’a pas blessé le milieu de couloir français. En résumé, l’expulsion n’est pas scandaleuse, mais un simple carton jaune ne l’aurait pas été non plus. Bref, une décision pas facile à prendre, mais M. Ramaj n’a pas hésité et a brandi le rouge tout de suite, étant très sûr de lui. A ce moment-là, forcément, tout semblait rouler pour Echallens.

Marco Malgioglio obtient le penalty de l’égalisation à la 83e

Mais il y a une règle immuable en football: lorsqu’on ne profite pas de ses temps forts, on se fait punir. Echallens avait tout pour bien faire, mais a très mal négocié sa supériorité numérique. Adrian Alvarez, côté gauche, cette fois, a de nouveau mis le feu à la défense bavoisane, mais Christopher Meylan était attentif à chaque fois (57e et 66e). Yannick Nkufo et ses appels tentaient bien de prendre à défaut la défense centrale Rossé-Bentayeb (Bekim Uka avait décidé de décaler Raphaël Cottens latéral droit), mais rien n’y faisait. Bavois, à dix, se montrait solide et très déterminé. Les trois entrées successives de Lianel Lauper, Renatus Boniface et Yannick Bovay apportaient le dynamisme nécessaire et Echallens commençait alors à sérieusement douter. « On sait comment c’est, à onze contre dix… Soit l’équipe adverse craque et en prend quatre, soit elle se révolte. Et là, c’est ce qu’il s’est passé ce soir », pestait Julien Marendaz. Les alertes ont commencé à devenir plus précises, jusqu’au penalty obtenu par Marco Malgioglio, bousculé dans le dos par Andy Laugeois. Une faute indiscutable, à sept minutes de la fin, qui permettait à Micael Martins d’égaliser face à ses anciens partenaires. 1-1, et une grosse déception pour le FC Echallens, qui ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

Echallens et Bavois ont deux matches a priori abordables ce week-end

Mais Nicolas Bastardoz et ses coéquipiers, s’ils ne décollent pas au classement, peuvent se montrer optimistes. A un moment où à un autre, cela finira bien par passer. Il y a trop de qualité dans cette équipe pour qu’elle ne gagne pas son premier match très vite. A Lancy samedi? C’est plus que possible. Et Bavois? Le bilan comptable est bon, et pourrait l’être encore plus dimanche en fin d’après-midi, après la réception du FC Bulle. Les Gruériens viennent de se faire laminer à domicile par les Azzurri (0-5) et ne semblent pas au mieux. Au FCB d’en profiter pour rester tout en haut du classement. Tout n’est pas parfait, bien sûr, et il y a encore bien des réglages à effectuer, notamment dans l’animation offensive. Mais là aussi, il y a tellement de qualité dans l’effectif de Bekim Uka que l’on ne se fait aucun souci.

Les hommes du match

Du côté d’Echallens, Andy Laugeois a fait forte impression. Positionné latéral gauche, il a gagné quasiment tous ses duels et n’a jamais hésité à apporter le surnombre offensivement. Il n’est pas encore au top de sa forme, mais a tenu tout le match. L’ancien latéral d’YS en Challenge League est une vraie plus-value pour le FC Echallens. Mercredi soir, il a été le meilleur homme sur le terrain jusqu’à son erreur sur le penalty de la 83e. Très bon match également de Steve Samandjeu. Associé à Teddy Conesa en défense centrale, il a livré une grosse bataille avec Omar Bellagra, et en est sorti vainqueur. Très athlétique, ses relances sont parfois un peu imprécises, mais l’une d’entre elles, parfaite, est à l’origine du 1-0. La bonne trouvaille du mercato.

A Bavois, l’entrée de Renatus Boniface a été décisive. Le Tanzanien n’a joué qu’un quart d’heure, mais a tout fait juste. Son expérience et son intelligence de jeu ont permis aux Bavoisans d’aller chercher le 1-1, alors que le risque de prendre l’eau à dix contre onze était grand. Incroyable de voir comment il est entré dans le match et a immédiatement pris possession du milieu de terrain. Avant cela, Korab Limani avait été bon, lui aussi, mais dans un autre style. Le jeune milieu de terrain a orienté le jeu, toujours avec justesse, sans perdre de ballons. Il ne prend pas de risques? C’est vrai, mais ce n’est pas forcément ce que l’on demande à un milieu de terrain défensif. Il a bien défendu et joué simple. Un très bon match de sa part, qui lui fait du bien, vu la concurrence régnant au milieu de terrain bavoisan.

Les prochains rendez-vous

Echallens ira à Lancy, samedi 24 août à 17h. Le FC Bavois accueillera Bulle, le lendemain, dimanche 25 août à 15h.

FC Echallens Région – FC Bavois 1-1 (1-0)

Buts: 19e Martinet 1-0; 83e Martins, pen. 1-1.
Arbitres: M. Ramaj, assisté de M. Rossos et de M. Maystre.
Echallens: Richard; Debluë, Conesa, Samandjeu, Laugeois; Bastardoz, D. Germanier; Alvarez, Martinet, Roussey (62e Cando); Nkufo (78e Sabedini).
Entraîneur: Julien Marendaz.
Bavois: Meylan; Cottens (74e Bovay), Bentayeb, Rossé, Gilardi; Limani (74e Renatus), Rachane, Malgioglio; Martins, Bellagra (57e Lauper), Zeneli.
Entraîneur: Bekim Uka.
Notes: Les Trois-Sapins. 200 spectateurs. Expulsion de Rachane (53e, rouge direct, gros tacle sur Roussey).

Auteur