Baulmes et Le Mont se sont mis d’accord

Baulmes et Le Mont se sont mis d’accord

« C’est un boulot gigantesque. Vous ne pouvez pas vous rendre compte si vous ne l’avez pas fait une fois. La demande de licence fait 150 pages, et n’a plus rien à voir avec celle de 2009, année de notre dernière montée. Mais on l’a fait. Elle est partie à la poste. » Serge Duperret et Le Mont ont déjà remporté une première victoire dans la course à la montée en Challenge League. A-t-il hésité à remplir ce document? « Non. Si on ne l’avait pas fait, notre fin de saison ne servait à rien. Je dis quoi aux joueurs? Qu’ils sont premiers et que ça ne sert à rien? Que de toute façon, on ne va pas monter? C’est inconcevable pour moi. Le foot, c’est ça: tu termines premier, tu montes. Alors, on a effectué ce gros boulot, et on a demandé la licence pour la Challenge League. »

Le Stade Sous-Ville n’a que six ans, mais n’est déjà plus aux normes

La question la pus épineuse était celle du stade. Le FC Le Mont s’était approché de la Commune de Baulmes pour trouver une solution. Et cela a été le cas. « Nous avons signé la convention en fin de semaine dernière. Le Stade de Baulmes va revivre! Bon, il faut encore qu’on monte, attention. On a un deuxième tour à jouer, mais au moins, on a un but à atteindre », continue le président du Mont. Le syndic Julien Cuérel confirme la signature de l’accord: « C’est fait. Mais il reste quelques interrogations de taille. La télévision doit venir encore inspecter le stade, tout comme la sécurité. Mais une délégation emmenée par Edmond Isoz est venue la semaine dernière afin d’examiner la situation. » Le résultat de cette visite? « Il y a quand même pas mal de points à changer. Le stade n’a que six ans, mais il n’est déjà plus aux normes de la Challenge League. Il y a des points de détail, comme des urinoirs supplémentaires, mais d’autres qui risquent d’être plus problématiques. L’éclairage, par exemple, ce pourrait être un point épineux. »

Serge Duperret: « Tout ce boulot pour un rectangle vert… »

Pour le syndic de Baulmes, pas de doute, Edmond Isoz et la Swiss Football League ne voient pas forcément la montée du Mont d’un bon oeil: « Ils aimeraient une ligue fermée, ça c’est sûr. Ils nous l’ont dit. » Serge Duperret confirme: « Ce n’est pas dirigé contre Le Mont. Mais c’est difficile pour un club amateur de monter en Challenge League. Il est à combien le record du monde de saut en hauteur? 2,50m? Alors disons qu’on doit sauter à 2,40m… Mais on va tout donner. Vous savez, demander la licence, ce n’est pas un boulot d’une semaine. Cela fait un mois et demi que notre fiduciaire planche dessus. Tout ce boulot pour un rectangle vert… J’ai vraiment l’impression, et ce n’est pas qu’une impression, que le critère sportif est moins important que le critère financier ou que le critère des infrastructures. »

Les arbitres étaient trois. Ils sont quatre aujourd’hui…

Le président du Mont est-il optimiste quant à la réception de cette licence? « C’est un boulot énorme. Mais si on le fait, c’est pour l’avoir. Ce qui est délicat, c’est qu’un seul point peut vous faire couler. On doit remplir tous les critères. Je vous prends un exemple: le stade de Baulmes a été construit en 2007, à l’époque où il y avait trois arbitres au match. Le vestiaire des arbitres a donc un nombre de m2 adéquat pour trois personnes. Mais aujourd’hui, ils sont quatre. Et c’est un critère qu’on doit remplir. » Julien Cuérel enchaîne: « Et les vestiaires des joueurs! Ils font 50m2. Mais aujourd’hui, on ne sait pas pourquoi, la SFL veut 60 m2. On fait quoi? On casse les murs? A ces questions-là, il faut des réponses. Alors oui, nous avons signé la convention avec le FC Le Mont. Mais le stade n’est pas encore homologué pour la Challenge League, loin de là. Si la SFL ne veut pas que Le Mont intègre l’élite, ils vont bien trouver des critères que le club ne remplit pas, je leur fais confiance. Nous, en tout cas, on est avec le club. »
Deux c
Ce n’est pas un secret, la SFL rêve d’une Super League et d’une Challenge League les plus compétitives possibles, avec de grands stades, des publics fervents et une couverture télévisuelle de qualité. Au risque de décourager les clubs de 1re ligue Promotion de demander l’accession au deuxième niveau du football suisse. Selon des bruits de couloir à Muri, seuls Le Mont et Etoile Carouge auraient envoyé la demande de licence! Sur 16 clubs de 1re ligue Promotion, moins les quatre M21 et Bellinzone, relégué d’office…

Serge Duperret: « On veut terminer premiers! »

Serge Duperret ne veut pas trop s’avancer: « Qui a demandé la licence? Franchement, je n’en sais rien. A l’heure actuelle, on ne sait pas. Mais de toute façon, on veut terminer premiers! Si on termine 6e, et que les cinq premiers n’ont pas demandé la licence, ce n’est pas même pas la peine d’y penser. Une promotion, ça se mérite sur le terrain. Et je vous rassure, on ne va pas en Challenge League en pensant à la Super League. On y va pour représenter le football amateur, et on va continuer à travailler comme on le fait aujourd’hui. »

Le Mont n’est plus la même équipe qu’en 2009

La différence fondamentale entre le FC Le Mont de 2009 et celui d’aujourd’hui? La formation, sans aucun doute, puisque le club fait jouer de nombreux joueurs issus de Team Vaud, à côté de joueurs d’expérience et de haut niveau. « A ce titre, on est très fiers de constater que Florian Gudit, arrivé chez nous à l’automne 2013, a de nouveau été sélectionné en équipe suisse M20 », conclut Serge Duperret, déjà en train de penser à demain.

Auteur