Azzurri Riviera: un point à Yverdon

Azzurri Riviera: un point à Yverdon

Isudin Talovic est un homme pondéré, poli et toujours très calme. Un entraîneur qui sait motiver ses troupes, mais sait toujours prendre le recul nécessaire pour parler de la performance de son équipe et de l’environnement du match. Ainsi, on n’a pas été trop étonné de le trouver objectif en lui demandant son avis sur le match nul que son équipe a obtenu face à Azzurri Riviera lors de la première journée des finales de 3e ligue: « Mon avis? Je suis fier de mes joueurs. Ils ont montré du coeur et réalisé une belle prestation. C’était un bon match et Azzurri est une belle équipe, qui joue bien au ballon. Sur la deuxième mi-temps, on aurait peut-être mérité un peu mieux… Maintenant, il nous faut aller gagner à Bottens mardi et c’est possible. Je pense que tout est ouvert dans ce groupe, on peut terminer premier comme dernier. Après, je dois quand même dire qu’il y a un peu de tristesse ce soir chez mes joueurs et chez moi par rapport à l’arbitrage. On se sent un peu désavantagés. Je n’ai pas vraiment envie d’en dire plus, mais vous avez vu comme moi la première mi-temps… »

Ce qu’on a vu en première période? Une équipe d’Azzurri à l’aise dans le jeu, face à un FC Bosna Yverdon solide et qui cherchait constamment Michael Fahrni, son grand et puissant attaquant. Il a mis une pression folle sur la défense des Azzurri, cherchant constamment à servir ses ailiers Sinan Kadrolli et Rafael Pinto. Bosna s’est retrouvé plusieurs fois en difficultés, devant la qualité de jeu des hommes de Luca Sergi, promu entraîneur pour ses finales. Yharann Imhof n’avait-il pas été nommé pour la fin de saison? Gilberto Di Tullio, président d’ACS Azzurri Riviera, confirme, avec le sourire: « Oui, Yharann avait été nommé pour finir la saison, mais là, il est au Brésil pour la Coupe du Monde! ». Vu qu’il n’était, forcément, pas prévu qu’il reprenne l’équipe au pied levé, difficile de lui reprocher d’être parti en Amérique du Sud et le président a décidé d’anticiper la venue de Luca Sergi. « Il était déjà prévu qu’il nous rejoigne pour la saison prochaine, on n’a fait qu’anticiper un peu et c’est lui qui coache pour les finales », explique Gilberto Di Tullio. C’est donc lui qui officiait samedi, au Terrain des Îles.

Azzurri, très bon en première mi-temps, a ouvert la marque sur un penalty litigieux à la demi-heure de jeu. Il y a bien eu un contact, mais Nuno Fernando Marra n’a pas non plus été victime de la charge du siècle. Disons que la faute est discutable. Pas un scandale, mais pas l’évidence même. Enes Iseni ne se posait pas vraiment la question et trompait Amir Mehmedovic d’un contrepied parfait. 0-1! Quelques minutes plus tard, Bosna pressait pour égaliser avant la mi-temps et se voyait refuser un penalty pour une faute de main flagrante, mais que ni l’arbitre ni son assistant n’ont vu. Si Isudin Talovic est resté, comme d’habitude, très calme, ses joueurs et, surtout le public des Îles, n’ont pas manqué de signaler au trio arbitral tout le mal qu’ils pensaient de sa prestation. Bosna s’est senti floué et l’a fait savoir. A tort ou à raison? Ce n’est pas à nous d’en juger, nous nous contenterons simplement de dire que la main était bien réelle. L’avis de Gilberto Di Tullio sur l’arbitrage? « Bosna n’est pas content? Je ne sais pas quoi vous dire… Enfin, disons que c’est dur pour un arbitre de tout voir, voilà. Il faut accepter ses décisions, dans un sens comme dans l’autre. »

Bosna a mis encore un peu plus de pression en deuxième période, poussé par son nombreux public (300 spectateurs) et a fini par égaliser sur un corner repris au premier poteau par Sinan Kadrolli. « C’est vrai, ils sont revenus assez fort. Nous, on a connu un petit passage à vide à ce moment-là, mais c’est normal. On avait été plutôt bons en première mi-temps et eux devaient revenir, devant leur public. Mais bon, on a quand même touché la transversale, on a eu quelques occasions. Au final, je dirais que le point est mérité. En tout cas nous, on en est satisfait. C’est un bon point, acquis au terme d’un match intense. Je félicite mes joueurs, ils ont été solidaires. J’ai apprécié leur prestation », termine Gilberto Di Tullio. Bosna a testé plusieurs fois David Karaqi, le très bon gardien d’Azzurri, sans parvenir à le tromper plus d’une fois. 1-1, score final, un résultat qui permet aux deux équipes d’y croire encore… mais il faudra gagner, ou en tout cas ne pas perdre, mardi. Bosna ira à Bottens et Azzurri recevra Crans… dernier de ce groupe!

Bottens est allé gagner à Crans et se trouve, déjà, à 90 minutes du bonheur

La vraie surprise de la journée est en effet là, en 3e ligue. Non pas que Bottens soit une mauvaise équipe, de loin pas. Mais tout de même, aller gagner à Crans n’est pas donné à tout le monde. C’est bien simple, les Corbeaux n’ont perdu que deux fois depuis le début de la saison 2013-2014. Une fois face à Gingins et une fois en Coupe vaudoise face à LUC-Dorigny, mais les deux fois, il est vrai, à domicile. Reste que les joueurs de Fernando Gageiro faisaient figure de grands favoris dans ce groupe 1, mais qu’ils en occupent la dernière place, on l’a dit, après cette première journée. La faute à quoi? A un début de match raté, déjà. La partie avait à peine commencé que Bottens menait déjà 0-2! « C’est vrai, notre entame de match a été idéale », explique Alexandre Guignard, heureux entraîneur du FCB. Plutôt, oui! Après deux minutes, François Terroitin ouvrait la marque et l’inévitable Fabio Grosso inscrivait le 0-2 à la 11e. « Un but magnifique! Fabio se retourne et frappe dans l’enchaînement », apprécie son entraîneur. Crans, sonné, ne s’en remettra pas jusqu’à la mi-temps, mais entamait, comme d’habitude, une folle remontée ensuite.

Alexandre Guignard reconnaît ne pas être resté totalement serein suite au 1-2 d’Edgar Silva: « On savait qu’ils avaient l’habitude de renverser des situations, donc c’est sûr qu’on y a pensé. Mais, sachant cela, on ne s’est pas excités, on a continué à jouer. Et c’est sur une belle action collective qu’on a fait le break par Baptiste Germa. » Bottens s’est donc imposé 1-3 à Crans, un sacré résultat. « C’est sûr que cela nous donne de la confiance. On avait très bien préparé ce match, on en avait beaucoup parlé et tout le monde a été exemplaire. Franchement, ce soir, il y a de grosses prestations individuelles, un excellent engagement et du super boulot de notre part. Bravo aux joueurs. Si j’ai été surpris de gagner ici? Mais vous savez, on joue notre jeu… Je ne m’étais pas vraiment intéressé à Crans, même si je savais qu’ils avaient des ailiers hyper-rapides, qu’ils jouaient vite vers l’avant. On a essayé de contrer ça et on a réussi. Sincèrement, c’était un gros match du FC Bottens ce soir. »

Le FCB est donc déjà aux portes de la 2e ligue. Les calculs sont vite faits: quoi qu’il se passe dans le match entre Azzurri Riviera et Crans, si le FCB bat Bosna mardi, à 19h30, il sera promu en 2e ligue. Cela s’appelle être à 90 minutes du bonheur. Crans, de son côté, n’a déjà plus le choix: il doit aller gagner à Vevey face des Azzurri qui ont une belle carte à jouer désormais.

Samedi 14 juin, 19h30

FC Crans – FC Bottens 1-3 (0-2).
Edgar Silva pour Crans.
François Terroitin, Fabio Grosso et Baptiste Germa pour Bottens.

Bosna Yverdon – Azzurri Riviera 1-1 (0-1)
Sinan Kadrolli pour Bosna.
Enis Iseni (penalty) pour Azzurri.

Mardi 17 juin, 19h30
Azzurri Riviera – FC Crans
FC Bottens – Bosna Yverdon

Samedi 21 juin, 19h30
FC Crans – Bosna Yverdon
FC Bottens – Azzurri Riviera

Auteur