Azzurri remporte le dernier derby

Azzurri remporte le dernier derby

Azzurri 90 face à Yverdon, le dernier match de la saison, un match pour rien? Pas vraiment, non! Si Azzurri était déjà assuré avant la partie de terminer meilleur club vaudois de 1re ligue Classic, ce qui revêt une certaine importance pour son président Antonio D’Attoli, remporter ce derby était également au programme de la fin de saison. Tout oppose en effet ces deux clubs, qui ne vivaient pas vraiment dans le même monde il y a trois ans de cela. A la fin de la saison 2010-2011, Azzurri obtenait sa promotion de 3e en 2e ligue, tandis qu’Yverdon était relégué de Challenge League… Des trajectoires différentes, qui expliquent un peu le fait que chacun a à coeur de remporter ce match de 1re ligue. Azzurri pour affirmer ses ambitions et prouver qu’il joue désormais un rôle dans le paysage du football romand et Yverdon pour montrer qu’il a un certain standing à respecter… Les joueurs ne pensent pas à ces considérations, qui ne seraient que le fait des journalistes et des staffs des deux formations? Si, ils y pensent. Et pas qu’un peu.

La frappe monumentale de Toni Jankuloski: aucune chance pour Julien Manière

Le match de samedi à Chavannes, le dernier de la saison, a ainsi été particulièrement disputé et de très bon niveau. Il s’agissait du dernier match avant les vacances? Cela ne s’est pas vu. Au menu des spectateurs? Du rythme, une belle jouerie de chaque côté, des duels et des gestes magnifiques, dont le 1-0 de Toni Jankuloski. Le milieu de terrain d’origine macédonienne envoyait une demi-volée splendide dans la lucarne de Julien Manière, le jeune gardien d’YS. Vittorio Bevilacqua avait en effet décidé d’offrir ce dernier match à son deuxième portier, afin de lui donner la chance de se mettre en valeur dans un match officiel. Marc Ummel, le titulaire, ayant réalisé une saison remarquable, Manière avait une certaine pression, mais s’en est magnifiquement tiré. Le petit frère de Jérémy, défenseur central du FC Bienne formé à Yverdon, a montré de belles qualités dans ces parties et ne peut rien sur les deux buts encaissés. Ainsi, le 1-0 de Jankuloski était-il tout simplement inarrêtable, pour n’importe quel gardien de 1re ligue.

Azzurri avec trois joueurs ultra-offensifs

Azzurri menait donc au score, un avantage parfaitement mérité à ce moment de la partie (21e), tant l’emprise dans le jeu des joueurs de Patrick Isabella était réelle. Edin Becirovic s’était déjà créé une ou deux occasions, et le ballon circulait bien au milieu grâce notamment à David Jimenez, parfait dans la transmission comme toujours. Yverdon était privé de Bruno Valente (blessé) et de Jean-Yves Momo (suspendu), tandis qu’Azzurri a dû repenser son milieu sans Nicolas Marazzi (suspendu). Patrick Isabella a opté pour une configuration offensive en alignant ensemble Edin Becirovic, Lyazid Brahimi et Hakim Khadrouche. Un choix payant.

Astrit Hyseni pour le 1-1

YS ne lâchait pourtant rien et égalisait peu avant la pause grâce à un ballon un peu cafouillé, mais repris de manière imparable par Astrit Hyseni en vrai finisseur. Son tir de quinze mètres était parfait et trompait Marco Grosso, qui a retrouvé une place de titulaire en cette fin de championnat. 1-1 à la pause, un score assez logique finalement entre deux belles équipes.

Charles Traoré, latéral offensif et buteur

Azzurri a fini par prendre l’avantage grâce à Charles Traoré, latéral gauche offensif, venu finir de près une action collective. Edin Becirovic aurait pu offrir une victoire plus sereine à ses coéquipiers en fin de match, mais il n’a pu tromper Julien Manière, auteur de quelques arrêts réflexes étonnants. Et, de l’autre côté, Bedri Gahsi est passé tout près d’inscrire le 2-2 à deux reprises, voyant même un de ses reprises être sauvée sur la ligne. Au final, victoire des Lausannois, poignée de main sympathique entre Patrick Isabella et Vittorio Bevilacqua et vacances pour tout le monde.

YS a quelques talents régionaux dans son effectif

Parmi les bonnes nouvelles de fin de saison, signalons l’entrée très convaincante d’Arnaud Gschwind à l’heure de jeu du côté d’Yverdon Sport. Ce jeune homme de 17 ans vient de Sainte-Croix et évolue avec les juniors B d’YS. Il doit encore progresser, c’est tellement une évidence qu’on ne devrait même pas l’écrire, mais il incarne la politique du club qui cherche à intégrer le maximum de jeunes joueurs nord-vaudois. Il a une certaine vista, dans la qualité de passe et dans la vision du jeu. Il a gagné des duels au physique, ce qui ne paraît pourtant pas son point fort à première vue. Un jeune joueur qui a du potentiel. Il ne sera pas titulaire l’an prochain déjà, on s’en doute bien, mais il a une carte à jouer à l’avenir, s’il continue sur cette lancée. Un joueur comme Eros Pitronaci, lui aussi un vrai talent régional, est en train de franchir le pas qui sépare un junior de la 1re ligue Classic.

Arnaud Gschwind peut s’en inspirer, même si Pitronaci n’a lui non plus pas fini son apprentissage. YS est en train de mettre au point sa politique, faite autant d’ambition que de volonté de travailler localement. Pas forcément une équation facile à résoudre, même si un joueur comme Anthony Ciavardini prouve qu’on peut être un vrai Yverdonnois tout en étant un joueur d’élite. On se réjouit de voir les contours de cette équipe pour le nouveau championnat. YS montera-t-il une équipe pour retourner d’où il vient, l’élite du football suisse? Les moyens seront-ils au rendez-vous? L’envie de Vittorio Bevilacqua est là, sans aucun doute. Mais le club pourra-t-il le suivre?

Azzurri, une équipe pour monter l’année prochaine? Sans aucun doute.

Du côté d’Azzurri? Pas de surprise, les joueurs ont fait le boulot et terminé en beauté ce deuxième tour très encourageant. Azzurri a eu un vrai rythme de finaliste, terminant 9e à Noël et 4e cet été, à quatre petits points des finales. Il y a un vrai regret, un seul: ce match à Fribourg, où Azzurri mène 0-1 avant de se faire rejoindre. Les quatre points qui séparent les Fribourgeois des Lausannois auraient pu être quasiment comblés ce jour-là. Il ne sert à rien de réécrire l’histoire? C’est vrai, mais il s’agissait là d’un tournant de la saison. Cela s’appelle l’apprentissage et Azzurri, il ne faut pas l’oublier, vivait la première année de son histoire à ce niveau. Cela compte aussi. Antonio D’Attoli va-t-il renforcer l’équipe cet été? On l’ignore. Va-t-il vouloir viser les finales? On en est sûr. Rendez-vous dans quelques semaines! La saison 2014-2015 promet d’être passionnante avec 6 ou 7 équipes vaudoises sur 16 dans le groupe 1! Azzurri, Yverdon, Echallens, Bavois et Terre Sainte seront en effet rejoints par Team Vaud M21 et, tout le monde l’espère, Stade-Lausanne.

Les hommes du match

Du côté d’Azzurri, David Jimenez a été très bon. Il a distribué mille ballons, n’en a perdu aucun et a joué juste, comme d’habitude. Le football est simple avec des joueurs comme ça. Gros match également de Toni Jankuloski. Il marque rarement, mais à chaque fois ou presque des buts d’anthologie. Celui-ci sera en bonne place dans sa collection, mais il n’a pas fait qu’inscrire ce but. Sa prestation globale au milieu a été très bonne.

A Yverdon, on mentionnera Julien Manière. Très sûr, ce jeune gardien a brillé au pied (aucune relance ratée) et s’est montré sûr de lui. Il a prouvé avoir mérité la confiance de Vittorio Bevilacqua pour ce dernier match. Ensuite? Eros Pitronaci. Il n’a de loin pas tout réussi, mais certaines de ses passes sont un régal pour les yeux, à l’image d’une ouverture tout en subtilité pour Bedri Gashi en fin de match. Un artiste du ballon rond, qui a encore une marge de progression dans les duels, dans le rythme et dans l’impact. Mais avec le ballon, il a une certaine élégance.

Les prochains rendez-vous

Vacances pour tout le monde!

Le plan-fixe

FC Azzurri 90 LS – Yverdon Sport 2-1 (1-1)
Buts: 21e Jankuloski 1-0; 37e Hyseni 1-1; 68e Traoré 2-1.

Azzurri: Grosso; Monteiro, Scalisi, Elefante, Traoré; Jankuloski, Jimenez, Galokho (70e Basha), Brahimi; Khadrouche (51e D. Isabella), Becirovic.
Entraîneur: Patrick Isabella.

YS: Manière; Ciavardini, Ferhatovic, Nida Nida, Dimonekene (55e Coendet); Toye, Demiri (61e Gschwind), Pitronaci; Parapar, Hyseni (59e Charles), Gashi.
Entraîneur: Vittorio Bevilacqua.

Notes: Centre sportif de Chavannes-près-Renens, terrain principal.

Categories: 1re ligue

Auteur