Azzurri était plus fort, cette fois

Azzurri était plus fort, cette fois

Qu’est-il arrivé au FC Bavois en première période? Trop loin dans les duels, les lignes trop écartées, peu inspirés en phase offensive, pas assez agressifs derrière, les hommes de Bekim Uka ont complètement déjoué jusqu’à la pause. Alors oui, il y avait un adversaire en face, plutôt bon d’ailleurs, mais on peine encore à comprendre comment le FCB a pu rater pareillement son entame de rencontre. Le public nord-vaudois ne s’y attendait d’ailleurs pas non plus, et le seul but d’avance d’Azzurri à la pause était une bien maigre récompense pour les Lausannois. Le 0-1? Une frappe puissante du gauche de Juan Manuel Parapar, dans son style si particulier, laquelle a été repoussée par Christopher Meylan. Micael Martins avait bien suivi et a pu servir Mickael Feghoul, lequel ne s’est pas fait prier pour marquer. Les Bavoisans ont réclamé un hors-jeu, mais M. Schmid a bel et bien validé ce but. 0-1 à la mi-temps, un moindre mal pour Bavois, privé de Muamer Zeneli (suspendu).

Si même la charnière s’y met…

Car oui, Azzurri, emmené par un excellent Juan Manuel Parapar, a évolué un cran en dessus de son adversaire jusqu’à la pause. Parapar a eu deux occasions, d’ailleurs, toutes deux passant par dessus et les situations chaudes ont été nombreuses devant le but de Christopher Meylan, tout simplement très bon. Même la charnière centrale composée d’Hicham Bentayeb et de Sébastien Le Neün, que l’on a si souvent louée dans nos articles, était fébrile, c’est dire! Une preuve? Une passe en retrait affreusement mal appuyée de la part de Le Neün vers son gardien, lequel a bien failli faucher Mickaël Feghoul, qui était tout près, mais vraiment tout près, d’intercepter ce ballon et de marquer dans le but vide. Il a fallu toute la promptitude du gardien bavoisan pour éviter le scénario catastrophe. Bref, Bavois a joué 45 minutes à l’envers, y compris ses hommes forts. On est désolés d’insister, mais cela nous a tellement surpris que l’on se sent obligés de le répéter.

Azzurri voulait être solide

Ce match au sommet semblait ainsi promis à un bon Azzurri, que l’on a senti particulièrement solide. Roberto Elefante n’était pas là, toujours blessé, c’est vrai, mais Michele Morganella faisait son retour dans l’alignement. Le latéral gauche a répondu présent, se montrant toutefois moins offensif que d’habitude. Normal pour un retour de blessure, mais surtout logique vu qu’Azzurri n’avait pas trop de solutions défensives sur le banc. Morganella a ainsi voulu éviter de prendre des risques et de devoir sortir, Patrick Isabella n’ayant tout simplement aucun défenseur sur le banc. Sébastien Meoli, Gabriel Cuénoud, Jacques Boma et Robi Elefante étant blessés, cela fait beaucoup.

Mais même en étant peu, les Lausannois ont de la qualité et avaient fait de ce match une priorité défensive. Luca Scalisi a ainsi très souvent recadré ses milieux de terrain, donnant de la voix depuis sa charnière centrale pour leur demander de se concentrer sur leur rôle défensif. Message reçu pour Enes Fermino, Marco Gabriele et Adam Waidi. Ainsi, alors que ce dernier était quelques mètres trop haut au goût de son capitaine, on a entendu un vibrant: « Adam, tu joues pas en 10! », histoire de bien lui faire comprendre où était la priorité en ce samedi.

Aziz Demiri trouve le poteau d’entrée de deuxième mi-temps

Car oui, Azzurri voulait se rassurer après avoir perdu le derby face à Stade-Lausanne-Ouchy (0-1, lire ici), ce qui ne fait jamais plaisir à son président. Mission réussie après 45 minutes, donc, mais on se doutait bien que Bavois allait revenir plus fort en deuxième mi-temps. Cela a été le cas d’entrée, d’ailleurs, avec une frappe d’Aziz Demiri après un avantage très intelligemment laissé par l’arbitre, M. Fabian Schmid. Cette occasion-là avait clairement le poids du 1-1, mais Bavois est passé tout près du 0-2 sur le contre, Christopher Meylan réalisant un arrêt de folie sur une tête à bout portant de Juan Manuel Parapar, encore lui.

Mickael Feghoul en est à six buts

Les occasions ont continué à s’enchaîner, les deux équipes se regardant désormais les yeux dans les yeux. Bavois avait corrigé toutes ses lacunes de la première période, faisant désormais jeu égal, voire mieux, avec Azzurri. Un coup de tête d’Aziz Demiri passait de très peu à côté (53e), mais Micael Martins lui répondait une dizaine de minutes plus tard, frappant au dessus alors qu’il se trouvait en bonne position (62e). Bavois pressait pour égaliser, mais Azzurri tenait bon et faisait même le break en contre, grâce à une très jolie action collective, ultra-rapide, conclue par Mickael Feghoul. Le Français, ancien canonnier des Black Stars (15 buts en 1re ligue en 2013/2014), en est désormais à six buts cette saison, ce qui fait de lui le meilleur réalisateur d’Azzurri. A 0-2, le match était plié, malgré quelques occasions pour Bavois en fin de partie, sans grand danger pour Daniel Passera, même si un coup-franc de Dren Basha n’est pas passé si loin que ça (85e).

Azzurri est désormais à un point de La Chaux-de-Fonds

Alors oui, Bavois a réalisé une bonne deuxième mi-temps, mais cela ne doit pas faire oublier qu’il a été copieusement dominé en première période et qu’Azzurri, globalement, a mérité son succès. Disons-le en une phrase: ce samedi, Azzurri était la meilleure des deux équipes sur le terrain, cette fois. Le cauchemar de l’été dernier, avec cette défaite ici-même aux Peupliers qui avait privé les Azzurri des finales de promotion, est donc maintenant derrière. Avec ces trois points, les hommes de Patrick Isabella repassent sur la barre, eux qui sont désormais deuxièmes à un point de La Chaux-de-Fonds. Et la semaine prochaine, les Neuchâtelois (1er) se rendent à Yverdon (5e), tandis qu’Azzurri (2e) reçoit Naters (13e). Cela s’appelle une occasion à ne pas manquer.

Echallens-Bavois samedi prochain!

De son côté, Bavois devra s’appuyer sur sa deuxième période pour aller défier Echallens dans un derby toujours très attendu entre deux clubs et deux présidents qui s’apprécient. Un point à noter pour finir? La Chaux-de-Fonds est leader, on l’a dit, mais est poursuivi par… cinq clubs vaudois! Dans l’ordre? Azzurri, Stade-Lausanne-Ouchy, Bavois, Yverdon et Echallens. Comme la saison dernière, ce championnat de 1re ligue est passionnant.

Les hommes du match

Aziz Demiri a été le plus dangereux des Nord-Vaudois, lui qui aurait pu égaliser en début de deuxième période. Comme d’habitude, il s’est montré volontaire et déterminé. Fort dans les duels et dans l’attitude. Enfin, Christopher Meylan a été décisif à plusieurs reprises, même sans empêcher la défaite des siens. Match solide du portier bavoisan, malgré quelques approximations au pied.

Du côté d’Azzurri, gros match d’Enes Fermino. Le milieu de terrain a été énorme à la récupération, dirigeant l’entrejeu avec autorité. Il a imposé sa puissance physique et orienté le jeu avec beaucoup de classe. Le patron du milieu. Juan Manuel Parapar a été le meilleur joueur sur le terrain jusqu’à la 50e, faisant de nombreuses différences avant de devenir subitement transparent au fur et à mesure qu’Azzurri reculait. Il n’a même pas eu de nombreuses occasions pour se mettre en valeur en contre, mais sa première période mérite largement une mention dans cette catégorie.

Fc Bavois vs Fc Azzurri 90 Lausanne 0-2

Toutes les images du match en cliquant ici

Les prochains rendez-vous

Bavois se déplace à Echallens le samedi 31 octobre, à 17h. Même jour, même heure, Azzurri accueille Naters.

FC Bavois – FC Azzurri 90 LS 0-2 (0-1)

Buts: 30e et 72e Feghoul 0-2.

Arbitres: M. Fabian Schmid, assisté de M. Serder Sasmaz et de M. Tolga Kurtüldu

Bavois: Meylan; Monteiro, Bentayeb, Le Neün, Kurtic; Renatus (68e Bovay), Demiri (76e Bellagra), Malgioglio (76e Pitronaci); Basha, Zari, Ouattara.

Entraîneur: Bekim Uka

Azzurri: Passera; Preite, Scalisi, Iyeti, Morganella; Fermino, Waidi, Gabriele (68e Marazzi); Parapar, Feghoul (89e Rocha), Martins (76e D. Isabella).

Entraîneur: Patrick Isabella

Terrain des Peupliers, 225 spectateurs.

Fc Bavois vs Fc Azzurri 90 Lausanne 0-2

Toutes les images du match en cliquant ici

Categories: 1re ligue