Azzurri change de cap et mise sur la jeunesse

Azzurri change de cap et mise sur la jeunesse

Sauvé de justesse lors de la dernière rencontre du championnat de 1re ligue, Azzurri 90 LS repart sur des bases plus saines en rajeunissant son effectif.

« Je suis toujours là et encore à la tête d’Azzurri », débute Antonio D’Attoli, président du club à consonance italienne depuis bientôt neuf ans, afin de faire taire les rumeurs qui courent le long des talus du football vaudois. « Je laisserai ma place seulement si je trouve quelqu’un qui met autant d’argent que moi et qui s’investit autant. Il devra être un battant et aimer le club, comme moi, ou encore plus », ajoute-t-il.

Le décor est planté. D’Attoli sera toujours là, à l’orée d’une saison, une nouvelle en première ligue, la cinquième pour Azzurri. Après plusieurs années d’investissement (plus d’un demi-million par exercice), le club des terrains de Chavannes mise dorénavant sur les jeunes et un petit budget depuis la saison dernière, qui s’est soldée par une 12e place et un sauvetage in extremis lors de l’ultime journée face au FC Martigny. Cependant, et ironie de l’histoire, cette année, le club italophone s’est pourtant qualifié pour la Coupe de Suisse et affrontera le FC Erde. Le collectif valaisan, pensionnaire de 4e ligue, doit sa place dans la compétition grâce à son meilleur fair-play national.

Julien Marendaz, nouvel homme fort

Afin d’encadrer la relève, le comité de club fait confiance à Julien Marendaz, le désormais ex-dirigeant des M-16 du Team Vaud. « C’est un très bon entraîneur et une excellente personne, poursuit le directeur d’AD Conseils. Il sait travailler avec les jeunes et va clairement faire progresser l’équipe en pratiquant un très beau jeu. Outre son expérience avec la relève lausannoise, il a également guidé des collectifs d’actifs comme Echallens ou Yverdon. »

Azzurri, après des années infructueuses à tenter de décrocher la Promotion League en investissant de l’argent, a décidé de changer de cap. « La 1re ligue a évolué depuis plusieurs années, explique Antonio D’Attoli. Dorénavant, le jeu est plus rapide. Il faut donc des joueurs qui ont faim. » Le manque d’expérience de sa nouvelle formation sera comblé par la présence de footballeurs qui ont de la bouteille. Un gardien, un défenseur central, un milieu et un attaquant sont annoncés. « Mais pas de nom, pour l’instant », sourit-il.

La Promotion League dans trois ans ?

Ce projet, qui voit le jour, devrait se dérouler sur trois ans avec une volonté de rétablir l’image floutée de l’équipe. « Azzurri a tellement ramassé avec ce désir commun de nous regarder couler, mais on tient toujours le cap. Nous voulons redorer notre blason et développer notre projet avec des jeunes. » L’objectif avoué est la Promotion League à moyen terme, « mais avec la relève, car je suis sûr que c’est possible d’y arriver sans investir trop d’argent. D’ailleurs je suis content de voir que cela bouge avec Stade-Lausanne, Yverdon et Stade-Nyonnais, c’est un plus pour le canton. Cependant, il ne faut pas oublier que la réalité du football n’est pas toujours celle que l’on pense », désire communiquer D’Attoli aux présidents des clubs concernés par une éventuelle promotion en Challenge League.

Le club lausannois souhaite, via ce virage, redorer un blason très souvent écorné. Antonio D’Attoli avoue un voeu « Le but est de faire partir les jeunes joueurs pour le plus haut niveau. Il s’agit d’une grande satisfaction pour nous et tout le travail que l’on a accompli. C’est notre récompense et je suis sûr qu’avec l’effectif que l’on a cette année, plusieurs vont partir tout bientôt », termine le président aux idées, dorénavant, claires.


Préparation tronquée?

La préparation d’Azzurri passera par en camp de foot en Valais à la fin du mois. Obligé de se délocaliser, le club n’est pas vraiment heureux de la disponibilité des terrains lausannois. « Il est difficile d’être prêt pour la reprise, vu que la ville ne met pas de pelouses à disposition, maugrée D’Attoli. Toutes les équipes peuvent profiter de celles-ci à part nous. C’est rageant. »

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*