Azzurri a parlé sur le terrain

Azzurri a parlé sur le terrain

Quelle première mi-temps de la part d’Azzurri samedi! On aurait bien aimé avoir les statistiques de possession de balle entre le club lausannois et Guin, tant la domination de l’équipe de Patrick Muller a été flagrante. 65%? 70%? 75% même? On n’en sait rien, mais il y a une chose dont on est sûr, c’est que Guin n’a pas vu le ballon pendant 45 minutes. S’il y avait le moindre doute, on peut le lever: Azzurri est prêt pour ce championnat de 1re ligue. C’est vrai, Guin était venu pour défendre, rien d’autre, et a très volontiers laissé le ballon à son adversaire. Mais quand même: il s’agit de la quatrième saison d’Azzurri en 1re ligue et jamais, on dit bien jamais, on ne l’avait vu être aussi à l’aise dans la possession de balle, qui plus est en se créant des occasions. Pendant 45 minutes, on a vu une vraie équipe de football, convaincante et conquérante.

Lyazid Brahimi obtient le penalty du 1-0, Nabil Souni transforme

Il s’agit d’ailleurs d’une injustice crasse que le score ait été de 1-1 à ce moment-là. Nabil Souni a commencé par transformer un penalty indiscutable (faute de Flavio Cassara, l’ancien joueur d’Azzurri, sur Lyazid Brahimi) pour ouvrir la marque d’entrée (6e, 1-0). Vu la domination du club lausannois, on s’attendait à une rafale de buts, mais Mehmed Begzadic a commencé par se montrer trop collectif alors qu’il était seul face au but. Sur ce coup-là, l’attaquant lausannois aurait dû tirer plutôt que de chercher à servir Lyazid Brahimi (21e). Par contre, il a tenté sa chance de loin, Mehmed Begzadic, mais son coup de canon s’est écrasé sur la barre transversale (28e).

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Düdingen 3-1

Toutes les images du match en cliquant ici

 

Guin marque contre le cours du jeu

Patrick Muller avait décidé de laisser Guilherme Afonso sur le banc au coup d’envoi, ne l’estimant pas prêt, et avait donc opté pour Lyazid Brahimi en pointe. Avec son gabarit et sa capacité à bien conserver le ballon, le Grenoblois est une bonne solution à ce poste, mais Azzurri a tout de même manqué de réalisme durant cette première période. Car les Lausannois se sont faits punir par le fameux Elvis Corovic, dont tout le monde connaît la dangerosité sur coup de pied arrêté. Mais même en étant prévenue, l’arrière-garde d’Azzurri n’a pas pu l’empêcher d’inscrire le 1-1 de la tête (39e), à 100% contre le cours du jeu. Les Lausannois ont même frôlé le pire à la 42e lorsqu’Adan Rebronja a trouvé le petit filet de Dominique Quillet, préféré à Daniel Passera pour le poste de titulaire. Heureusement, Azzurri s’en est bien sorti sur ce coup-là. 1-1 à la pause, un moindre mal pour Guin, qui pouvait remercier tous les saints de la terre d’arriver à la pause avec ce résultat immérité au possible pour une équipe qui n’a rien montré d’autre que sa capacité à laisser le ballon à son adversaire.

Malek Chergui, une entrée intéressante

Azzurri, en deuxième période, a piétiné, baissant clairement d’un ton dans la qualité de jeu. Seule lueur, ou presque, l’entrée en jeu de Malek Chergui. Ce joueur offensif, qui a joué en Ligue 2 à Dijon, n’est encore pas prêt, cela se voit à l’oeil nu. Il a besoin de perdre quelques kilos, mais alors pardon, quel coup de patte! Sur ce qu’il a montré en 45 minutes, son pied gauche n’a besoin de personne pour lui dire comment faire. Il mis quelques caviars bien sentis et sa qualité de frappe sur coup de pied arrêté risque d’être très précieuse pour Azzurri dans les prochains mois. Ce joueur-là a quelque chose en plus et cela se voit au premier coup d’oeil. Sa carrière parle pour lui? C’est vrai, mais on préfère toujours voir par nous-même avant de s’enflammer sur un CV. Et ce qu’on a vu samedi en une mi-temps a de quoi rendre optimiste pour Azzurri.

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Düdingen 3-1

Toutes les images du match en cliquant ici

Azzurri un peu moins convaincant après la pause

C’est lui, d’ailleurs, Malek Chergui, qui a débloqué la situation à un quart d’heure de la fin, lorsqu’il a pu servir Lyazid Brahimi, seul à dix mètres du but. A ce moment-là, les débats s’étaient relativement équilibrés, bien plus qu’en première période en tout cas et Guin semblait pouvoir tenir le match nul. Azzurri, disons-le ainsi, a été récompensé pour avoir constamment cherché à aller de l’avant, mais sa qualité de jeu était en baisse. Cela peut sembler normal lors d’un premier match, parce que si les Lausannois avaient réussi deux mi-temps comme la première, les autres équipes du groupe 1 auraient déjà pu abandonner le championnat après la première journée. De manière assez étrange, mais c’est ainsi dans le football, Azzurri a donc fait la différence au moment où il le méritait peut-être moins, parce que Guin commençait vraiment à se montrer menaçant en cette deuxième mi-temps.

Le coup de canon de Mehmed Begzadic

Menant 2-1, les joueurs de Patrick Muller ont alors tenu le score, comme ils aiment bien le faire, et se sont même offerts un 3-1 absolument sublime au tout début des arrêts de jeu grâce à une frappe de 25 mètres de Mehmed Begzadic sous la latte. Un véritable coup de canon à Chavannes-près-Renens, qui a officialisé la victoire d’Azzurri et… sa place de co-leader, à égalité avec Echallens. Les deux équipes se sont imposées 3-1 ce samedi et ont donc pris le meilleur départ possible.

Guin devra présenter autre chose

Un mot sur Guin? On aurait volontiers mis l’équipe fribourgeoise dans les outsiders, avant cette première journée, et on se gardera bien de l’enterrer. Mais quand même: l’absence de jeu qu’a montré cette équipe en première mi-temps ne peut pas en faire un candidat aux finales, loin de là. Guin, c’est sûr, montrera tout autre chose dans son Birchhölzli fétiche, mais pour espérer quelque chose dans ce groupe 1, il faudra bien faire autre chose que de défendre à dix à l’extérieur. Ce samedi, en tout cas, ça n’a pas suffi.

Les hommes du match

On a bien aimé Samuel Gomis à mi-terrain. Il va prendre énormément d’avertissements cette saison, dans son style si caractéristique, mais on connaît des meneurs de jeu qui vont passer 90 minutes en enfer face à lui. Il met des boîtes, il récupère des ballons, il court partout. Il a réussi ses débuts, jouant comme il sait le faire, sans prise de risque excessive. Bref, un vrai numéro 6, déjà indispensable. Sinon? Lyazid Brahimi a été énorme, que ce soit comme avant-centre ou comme meneur de jeu en fin de match. Il a tout fait aux Fribourgeois, les tournant en bourrique sur sol aussi bien que dans les airs. Quand « Pitchou » est à ce niveau, concentré uniquement sur le jeu et dans le match à 100%, il est injouable. Guin a souffert pour s’en rendre compte.

Les prochains rendez-vous

Place à la Coupe de Suisse! Azzurri s’en va défier le vainqueur de la Coupe vaudoise Genolier-Begnins dimanche prochain, le 14. Coup d’envoi à 15h30 sur le terrain en pente de Genolier.

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Düdingen 3-1

Toutes les images du match en cliquant ici

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*