Azzurri 90 est toujours aussi solide

Azzurri 90 est toujours aussi solide

« J’avais décidé de faire confiance à la défense qui a fini l’année 2014 », a expliqué d’emblée Patrick Isabella à l’heure de commenter sa composition d’équipe. Mickael Castejon dans les buts, donc, devant une ligne de quatre composée de Sébastien Meoli, Roberto Elefante, Luca Scalisi et Michele Morganella. « Arnaud Bloch? C’était la reprise, je ne voulais pas le lancer dans l’inconnu », explique l’entraîneur d’Azzurri. Bigambo Rochat? La question ne se posera plus. « Je l’ai viré vendredi en raison de son comportement. Il a été écarté du groupe et il ne reviendra pas, c’est définitif. Il y a des choses qui ne peuvent pas être tolérées », continue Patrick Isabella, tout en fermeté. Azzurri a donc compté sur sa défense « traditionnelle » pour battre Meyrin (2-0) ce samedi à Chavannes-près-Renens, sur un terrain compliqué à jouer.

Un secteur défensif qui n’avait pas donné satisfaction en préparation

« On ne prend pas de but, c’est bien. On est solides, déterminés, et j’en suis satisfait. J’avais beaucoup insisté sur ce point cette semaine et avant le match, parce que je n’étais pas du tout content de nos dernières prestations en match amical dans ce secteur », continue l’entraîneur d’Azzurri. Il y a une semaine, Carouge (Promotion League) s’était imposé 4-1 face aux Lausannois et ce revers, même amical, était très mal passé au sein du staff d’Azzurri. Il fallait ramener un peu de rigueur et élever la concentration. « Cela a été chose faite dès la première minute, donc je n’ai pas de raisons de me plaindre », continue « Zabou ». Et comme en plus ses défenseurs ont marqué…

Le 1-0 spectaculaire de Luca Scalisi

« Oui, c’est vrai. Un but venu d’ailleurs, en plus! On jouait la 2e minute et Luca Scalisi a inscrit un but incroyable, un vrai but d’attaquant. Suite à une balle arrêtée, dans l’enchaînement de l’action, il a contrôlé le ballon de la poitrine et envoyé un retourné en pleine lucarne! Mieux, c’était compliqué »! Une entrée dans le match idéale, qui a mis tout le monde en confiance. « Ensuite, on a manqué l’occasion de tuer le match, et Meyrin est toujours resté là. Ils ont été comme je les attendais, très agressifs, très provocateurs verbalement. Ils ont pris beaucoup de cartons et ont d’ailleurs terminé à dix. Ils ont eu un carton rouge après la pause, mais même là, on n’a pas réussi à inscrire le deuxième but tout de suite. »

Titularisations d’entrée pour Ayoub Rachane et Micael Martins

La délivrance, la vraie, est venue en fin de partie grâce à Mobulu M’Futi. « L’arbitre m’a dit qu’il allait compter ce but comme autogoal. On verra bien, mais c’est M’Futi qui est sur l’action », détaille Isabella. Trois points pour Azzurri, donc, qui conserve sa première place. Pour ce match, l’entraîneur d’Azzurri avait décidé de titulariser Ayoub Rachane au milieu de terrain, avec Nicolas Marazzi et Lyazid Brahimi. En attaque, Micael Martins et Salou Galokho entouraient Mobulu M’Futi. Le match de Rachane, spectaculaire arrivée de l’hiver? « Il a été bon, très discipliné. Il a bien travaillé et je l’ai sorti à la 65e parce qu’il avait déjà un jaune. Je ne voulais pas que l’arbitre compense en l’expulsant. Pas de risque inutile », sourit Patrick Isabella, qui a lancé Christophe Meoli à sa place.

« La concurrence? Elle doit nous booster »

Justement, comment l’ancien ailier de Xamax va-t-il gérer la concurrence, énorme au sein de son équipe? La question ne le gêne pas plus que ça: « Ca va être très simple: je fais mes choix et les joueurs les acceptent. J’en ai parlé avec eux, juste pour mettre les choses au point une fois. La concurrence doit nous stimuler et booster chacun. Elle est quelque chose de positif, pas de négatif! Regardez plus haut! Les rôles sont bien répartis: je fais mes choix et ils les acceptent. A eux de bien gérer ça, car en ce qui me concerne, les choses sont claires. » Le message est passé et ses joueurs, qui ont pour la plupart connu le monde professionnel, savent ce qui les attend. La dernière recrue de l’hiver, l’attaquant Raphael Walther, n’était pas qualifié pour ce premier match.

Trois matches « abordables » pour commencer

Après cette entame d’année face à un adversaire en danger de relégation, Azzurri va enchaîner avec un déplacement à Martigny (dernier) puis la réception de Fribourg (11e). Le calendrier est ainsi fait que les équipes du bas se succèdent pour les Azzurri. Avantage ou inconvénient? « Aucun des deux. De toute façon, tout le monde est difficile à battre, il suffit de regarder les résultats de cette première journée. Je me méfie de ces deux prochains matches, comme je me méfiais, avec raison, de Meyrin. De toute façon, la clef, c’est nous qui l’avons. Si nous sommes sérieux, solides, et qu’on fait des différences offensivement, on peut battre n’importe qui. » Azzurri, leader en confiance, mais sur ses gardes.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*