Andelko Savic n’arrête pas de marquer pour Xamax

Andelko Savic n’arrête pas de marquer pour Xamax

Neuchâtel Xamax et le canton de Vaud ont toujours eu des points communs et une certaine proximité. Elle est géographique, bien sûr, mais aussi culturelle, au point qu’Yverdon Sport, du temps de sa splendeur, considérait presque plus le déplacement à Neuchâtel comme un derby que la rencontre face à Lausanne. A chaque match à la Maladière, ce sont plusieurs centaines de Nord-Vaudois qui prenaient le bateau pour traverser le lac est assister à ce match. Oui, plusieurs centaines. Et on peut témoigner, on y était.

Aujourd’hui, YS n’est plus à ce niveau, pour l’instant, mais les liens entre Neuchâtel et Vaud continuent d’exister. Lundi soir, face à Wohlen (1-1), quatre titulaires sont nés et ont été formés dans notre canton. Le match? Une première mi-temps formidable de Xamax, pleine d’audace et d’esprit offensif, conclue sur le score 1-0, but d’Andelko Savic de la tête. En deuxième période, à 11 contre 10, Xamax a complètement déjoué et concédé une égalisation tout à fait logique.

Le match des quatre vaudois

Adriano De Pierro

Défenseur, 24 ans, Echandens

Match très solide du défenseur central. Il a déjà trouvé ses marques à Xamax, où il est déjà indiscutable après seulement quatre matches disputés. On était un peu inquiet pour lui après son début de saison tronqué, entre son départ du LS, sa vraie-fausse signature au Mont et son arrivée tardive à Xamax. Roberto Cattilaz le voulait absolument pour faire la paire avec Mustafa Sejmenovic et il remplit pleinement les attentes. Face à Wohlen, il a parfaitement maîtrisé le jeune Nico Abegglen, qui n’a pas du tout existé. Depuis qu’il est là, Xamax ne perd plus (deux victoires 1-0 et deux matches nuls). C’est plus qu’un signe, c’est la preuve que son arrivée a été extrêmement bénéfique.

Où il est fort: Dans l’impact. Il sait exactement quand il peut y aller et faire (un peu) mal et ne prend pas de risques inutiles. Il défend beaucoup, ce qui est encore plus vital sur synthétique que sur herbe et il fait parler son expérience. Il n’a que 24 ans, mais déjà beaucoup vécu, que ce soit à YB, Lugano, Nyon ou Lausanne.

Le point à améliorer: Sa condition physique. Logiquement, il n’est pas encore tout à fait au top de sa forme et il va encore monter en puissance au fil des matches. Xamax n’a pas encore vu le meilleur De Pierro.

 

Mustafa Sejmenovic

Défenseur, 29 ans, Yverdon

Match tranquille pour l’Yverdonnois, qui a trouvé le complément idéal à côté de lui en la personne d’Adriano De Pierro. Après avoir commencé la saison blessé, il a naturellement pris sa place dans l’axe, celle de patron de la défense. Il est fidèle à lui-même: pas forcément très expressif sur le terrain, mais écouté dans le vestiaire et quand il parle. Ses 300 matches de Challenge League forcent le respect, tout comme sa fiabilité. Mustafa Sejmenovic? Aucune erreur, aucune saute de concentration, un placement toujours parfait.

Où il est fort: Dans son placement, justement. L’observer pendant quelques minutes est une leçon pour tous les défenseurs de Suisse. Il n’est ni le plus rapide des défenseurs de Challenge League, ni le plus puissant, encore moins le plus grand ou le plus solide. Le plus intelligent? Sans aucun doute, oui.

Le point à améliorer: Il n’a pas encore marqué cette saison, ce qui est rare pour lui. Avec Yverdon et Bienne, il tournait toujours à une moyenne comprise entre deux et cinq buts par saison et là, il doit trouver le temps long, surtout qu’il ne se crée pas énormément d’occasions.

 

Freddy Mveng

Milieu de terrain, 23 ans, Lausanne

Il a été malheureux à la dernière minute, sa glissade permettant à Joël Geissmann de se trouver en position d’égaliser. Sa seule erreur du match a donc été lourde de conséquences et il ne méritait clairement pas ça, lui qui s’est dépensé sans compter à mi-terrain. Marco Simone, qui disait du bien de lui dans l’intimité du vestiaire mais ne le faisait jamais jouer, ne le trouvait pas assez fort pour jouer dans son LS. C’est un choix, et on ne va pas avoir la prétention de donner des leçons à une personnalité comme Marco Simone, mais ce n’était peut-être pas le bon. Arrivé à Neuchâtel cet hiver, en Promotion League, le Lausannois, né au Cameroun, a été titulaire tout de suite et n’est pas sorti de l’équipe malgré la promotion en Challenge League. Avec Roberto Cattilaz, il est indiscutable, que ce soit à droite dans un 4-4-2 ou dans l’axe dans un 4-2-3-1, voire même à gauche, toujours en 4-2-3-1.

Où il est fort: C’est simple, il est partout. Il court pour trois, il récupère, il oriente le jeu et il n’hésite pas à poser un ou deux gros tacles pour rappeler à tout le monde qui est le patron du milieu de terrain. Le public de la Maladière l’apprécie beaucoup, notamment pour sa débauche d’énergie.

Le point à améliorer: Il manque encore d’un peu de lucidité et de sang-froid en phase offensive. Sa puissance et son activité l’amènent souvent près du but adverse, mais là, il a encore un palier à franchir pour devenir un vrai milieu de terrain « box-to-box ». Quand il est sur le côté, il a assez d’énergie pour aller au bout, mais quand il est dans l’axe d’un 4-2-3-1 comme ce lundi soir, il manque d’un tout petit peu de fraîcheur pour finir les actions.

 

Andelko Savic

Attaquant, 22 ans, Renens

Il a marqué son cinquième but, déjà, d’un coup de tête parfait à la 9e minute. Placé seul en pointe dans le 4-2-3-1 de Roberto Cattilaz, il en est déjà à son troisième poste cette saison puisqu’il a aussi joué à gauche, mais aussi été associé à Dante Senger en pointe dans le 4-4-2 de début de championnat. Il est à l’aise partout, puisqu’il n’arrête pas de marquer. Après son année quasiment blanche avec le LS en 2014/2015, où il a plus marqué avec Team Vaud M21 qu’avec la première équipe, il revit avec Neuchâtel Xamax FCS. Va-t-il enfin lancer sa carrière, lui qui n’a jamais hésité à prendre des risques, passant à Bâle puis à la Sampdoria? Il a un caractère en acier et de grandes ambitions. Xamax peut être un tremplin pour lui.

Où il est fort: Il est en confiance et cela se voit à des kilomètres. Devant le but, il ne tremble pas et il est bon dans le jeu, aussi. Sa polyvalence lui permet de jouer sur un côté comme en pointe et il a une belle capacité à répéter les efforts. Un attaquant complet et affûté.

Le point à améliorer: On attend qu’il confirme, maintenant. Marquer, c’est très bien, et il prouve avoir le niveau, ce dont pas grand-monde ne doutait, et surtout pas lui. Il doit enchaîner et continuer sur ce rythme, ce qui lui garantirait une saison à 20 buts. A 22 ans, en Challenge League, ce serait déjà une belle manière de montrer aux clubs de Super League qu’il est prêt à franchir ce palier-là.

Neuchâtel Xamax FCS – FC Wohlen 1-1 (1-0)

But: 9e Savic 1-0, 90e Geissmann 1-1.

Arbitre: M. Fedayi San

Xamax: Walthert; Erard, Sejmenovic, De Pierro, Zesiger (72e Challandes); Mveng, Di Nardo; Berisha, Doudin, Veloso (70e Delley); Savic (82e Boillat).

Entraîneur: Roberto Cattilaz

Wohlen: Kiassumbua; Urtic, Bürgy, Muslin, Stadelmann (88e Lugo); Ramizi, Grether (78e Seferi), Geissmann, Lika; Weber (78e Minkwitz), Abegglen.

Entraîneur: Martin Rueda

La Maladière, 2585 spectateurs. 42e, expulsion de Bujar Lika (faute sur Max Veloso, rouge direct).

 

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*