Amical doit chasser ses doutes

Amical doit chasser ses doutes

«C’est notre jeu, on l’a voulu! On a ouvertement affirmé qu’on voulait monter depuis le début de la saison, donc tout le monde nous attend au tournant. Mais, puisqu’on a les moyens d’y parvenir, nous n’avions aucune raison de le cacher. Maintenant, il faut oublier cette déconvenue et repartir plus fort pour aller accrocher notre place en 2e ligue». Nul doute qu’Amical Saint-Prex et son coach, Didier Vaucher, auraient préféré affronter Donneloye ce mardi soir, histoire de ne pas trop ressasser la cruelle défaite de samedi dernier, contre Venoge. Ce ne sera pas le cas, puisque la rencontre a été repoussée (à mercredi, 20h, finalement), et le club devra encore vivre quelques heures, avec les doutes habituels d’une équipe qui a perdu le premier de ses trois matches de finales, l’esprit hanté par ce coup-franc de Sergio Lopes et cette tête de Carlos Monteiro à la 89e minute de cette première confrontation.

La pression a rongé Amical

«C’est vrai qu’on a ressenti de la pression, samedi soir, et ce même si notre effectif est assez expérimenté. Mais on l’a cherché, en affichant ainsi nos ambitions. Je vous l’ai dit, c’est notre jeu». Didier Vaucher a été parfaitement honnête avec nous. Il aurait pu choisir de jouer la carte de l’intox, en invoquant un manque de chance ou, tout simplement, un soir sans, mais l’homme fort de la première équipe d’Amical n’a pas voulu jouer à ça, et on l’en remercie, d’ailleurs. Il faut dire que cela n’est pas passé inaperçu en Marcy, samedi soir. Saint-Prex n’a pas fait un mauvais match, loin de là, même, mais n’a pas affiché la maîtrise et la sérénité de l’ogre de 3e ligue que beaucoup, nous les premiers, s’attendaient à voir, particulièrement en première mi-temps.

Didier Vaucher reconnaît un Venoge «très fort»

Et le dire n’est pas minimiser la brillante performance du FC Venoge et de ses combattants, que Didier Vaucher n’a pas oublié de féliciter après coup: «Ils nous ont posé beaucoup de problèmes, en particulier défensivement. Habituellement, nos ailiers parviennent à user leur vis-à-vis, jusqu’à ce qu’ils puissent se créer des espaces. Mais, face à Venoge, cela a été impossible. Ils ont réduit tous les espaces et ne nous ont pas laissé l’occasion de nous exprimer. Ils ont vraiment été très forts de ce côté-là». C’est vrai qu’on ne l’avait peut-être pas assez souligné dans notre compte-rendu d’après match (lire ici), mais la débauche d’énergie de la ligne défensive: Waldmann, Junod,  Lopes, Tutonda, a été ébouriffante, digne de la 2e ligue, même. Lorsqu’on parle des combattants de Venoge, ces quatre-là en sont, probablement, les meilleurs représentants.

 
Fc Amical Saint Prex vs Fc Venoge 1-2

 

Luis Rodrigues: «Le match aurait pu tourner dans un sens comme dans l’autre»

Mais il ne faut, non plus, pas tout enlever à Amical, simplement pour un but encaissé à la 89e, synonyme de défaite. Comme le rappelait Luis Rodrigues, l’entraîneur du FCV, après les débats, comme pour consoler son homologue: «Le match aurait pu tourner dans un sens comme dans l’autre, vraiment». Et, même si c’est une phrase qu’on peut entendre chaque week-end au bord des terrains, elle a rarement été aussi vraie que samedi soir dernier. Rouges comme Bleus ont essayé de forcé la décision après le thé, puis il y a eu ce penalty manqué pour les locaux, et ce coup de massue final. Au moment où l’on parle, les Saint-Préyards pourraient tout aussi bien se trouver sur la barre, avec trois points, ou a égalité avec Venoge. Le sort en a décidé autrement. Et le mental, peut-être un peu, également.

Lamine Soumahoro n’en a pas fermé l’œil de la nuit

Ce penalty manqué, justement, celui qui aurait pu tout changer, a été l’œuvre de Lamine Soumahoro. On le réécrit, car on le pense vraiment, mais ce dernier, entré en jeu quelques minutes auparavant, avait plutôt bien placé son ballon, qui aurait certainement fini sa course à quelques centimètres du poteau droit de Raphaël Paudex, sans la parade de celui-ci. Après avoir revu les images, il est vrai que le dernier rempart n’était plus vraiment sur sa ligne au moment du départ du tir, et que cela a totalement échappé à Arnaud Bloesch ainsi qu’à son assistant, placé sur la ligne de but.

Encore une fois, il n’est pas question de revendiquer la victoire méritée du FC Venoge, ni même d’enlever quoique ce soit à la très solide performance du trio arbitral ce soir-là, mais ce penalty, Lamine Soumahoro se l’est repassé des centaines de fois dans sa tête: «C’est vrai que je me suis senti coupable sur le coup, j’en ai même pas dormi de la nuit… J’avais vraiment pas l’habitude de me retrouver dans cette position, et, lorsque je suis entré dans le vestiaire avant le match, et que je n’ai pas vu mon nom parmi le onze de base, ça m’a fait bizarre. J’ai bien compris que ma blessure était en cause, mais, pour un attaquant comme moi, après m’être donné tant de peine pour revenir au niveau, ne pas pouvoir défendre ma place, c’est frustrant. Ce qui explique que, lorsque je suis entré, je n’étais pas forcément totalement dans mon assiette».

Son coach compte sur lui pour la suite des finales

Avec toute cette pression, l’attaque a aussi tenu à envoyer un SMS à ses coéquipiers, pour s’excuser. Bien sûr, il est impossible de tenir pour responsable de cette défaite uniquement Lamine Soumahoro, dont le penalty était, on insiste, bien tiré. À la suite de la rencontre de samedi soir, Didier Vaucher avait, d’ailleurs, plutôt des mots encourageants à l’égard de son buteur: «On devra rebondir le plus vite possible, on ne peut pas se permettre une seconde contre-performance. Mais il y a de quoi être confiant. Déjà, la pression du premier match aura disparue, et on devrait pouvoir se libérer davantage. Et puis, on récupérera, sans doute, entièrement Lamine pour nos deux dernières rencontres, ce qui va nous faire le plus grand bien».

Une chose est sûre, cela prouve, si besoin était, que quelle que soit la ligue et quelque soit le niveau, les émotions procurées par le football sont les mêmes partout. Pas besoin d’être un footballeur professionnel pour se cogner la tête sur les mûrs après avoir manqué une occasion décisive.

Le match de la peur, mercredi à 20h

Le match ayant officiellement été réagencé à mercredi soir, 20h, Amical en découdra un peu plus tard que prévu avec Donneloye. Cela n’en change pas l’enjeu pour autant. Avec les trois premiers de groupe qualifiés, le gagnant fera un énorme pas en direction de la 2e ligue. Le perdant, de son côté, pourrait perdre l’immense avantage d’avoir son sort entre ses mains, et sera contraint, d’une part, à gagner ce week-end, et, d’autre part, à espérer que l’autre rencontre du groupe ne se termine pas sur un match nul.

FC Donneloye – FC Amical Saint-Prex, un vrai match de la peur!

Un article rédigé par Florian Vaney

Le tableau des finales

Groupe 1

Samedi 11 juin, 19h30

Samedi 11 juin, 19h30

Saint-Légier – Donneloye 7-2 (2-2)
Buts pour Saint-Légier: Florian Thibaut, Valon Ramosaj, Yannick Martin (2x) et Kustrim Derguti (3x)
Buts pour Donneloye: Jérôme Thomas et Dominique Menana.

Saint-Prex – Venoge 1-2 (1-1)
But pour Saint-Prex: Alex Fernandes
Buts pour Venoge: Brian Baali et Carlos Monteiro.

Mercredi 15 juin, 20h

Donneloye – Saint-Prex

Samedi 18 juin, 19h30

Venoge – Donneloye

Saint-Prex – Saint-Légier

Mardi 21 juin, 19h30

Venoge – Saint-Légier

Fc Amical Saint Prex vs Fc Venoge 1-2

Categories: 3e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*