Alix Bahlouli a trouvé à Echallens ce qu’il cherchait

Alix Bahlouli a trouvé à Echallens ce qu’il cherchait

Arrivé l’été dernier aux Trois-Sapins en provenance de Köniz (Promotion League), Alix Bahlouli (21 ans) est rapidement devenu indispensable au FC Echallens Région. Flamboyant, il l’est depuis le début de la saison avec ses neuf buts au compteur, tout comme il l’a été mercredi soir face à Azzurri, en enchaînant les percées dans l’arrière-garde adverse et occupant une place important dans le nouveau succès challensois (lire ici).

De là à se demander, presque, si la 1re ligue n’est juste pas faite pour lui, et que son niveau se trouve au-dessus, lui qui est lié au FC Echallens jusqu’à l’été 2017. Après avoir passé par les M18 d’YB puis la réserve de l’En Avant Guingamp, il avait fait parler de lui du côté du Stade Nyonnais, en Promotion League, avant de s’en aller à Delémont et Köniz. Alors, son avenir passe-t-il par Echallens? A cela l’avant centre possède une réponse bien précise, tout comme à la réussite soudaine de son équipe depuis la reprise, d’ailleurs. Interview d’un joueur qui attire bien des regards depuis son arrivée dans le Gros-de-Vaud.

 

Alix, mercredi soir, quelle performance! Autant collective que sur un plan personnel…

Oui, on a vraiment réalisé un bon match. Pour être honnête, le plein de confiance engrangée lors des deux premiers matches de l’année nous a vraiment mis dans de bonnes conditions. On est arrivé sur le terrain concentré, appliqué. Et il faut dire que le triplé d’Ewembe (Lokwa) nous a bien aidé sur ce coup-là. Quant à ma performance, j’en suis plutôt satisfait, je participe aux trois buts. Malgré tout, je me serais bien vu marquer, avec toutes ces occasions…

Le fait de ne pas marquer, justement, ça vous dérange en tant qu’attaquant?

Non, pas du tout. L’important c’est l’équipe, la victoire. Surtout quand on montre un visage comme ces dernières semaines. Et puis… j’ai déjà inscrit neuf buts cette saison, ce n’est pas si mal.

Qu’est-ce qui a changé à Echallens depuis la reprise?

À l’exception d’une arrivée cet hiver, l’équipe n’a pas bougé. Donc, de ce côté-là, rien à signaler. Ce qui a changé, c’est qu’on est beaucoup plus appliqué, notamment défensivement. Ce qui est mon cas, d’ailleurs. Au premier tour, je ne revenais que rarement défendre. Aujourd’hui, je suis nettement plus concerné et je travaille dans les deux sens du terrain.

Quel rôle joue Stéphan Cornu dans tout ça?

Difficile à dire. Tactiquement, il n’a pas changé grand chose. C’est sans doute son discours qui est différent, qui nous rend plus calme, plus posé.

Il y a quand même quelque chose qui intrigue à la vue de votre classement: Comment pouvez-vous vous trouver à trois points des leaders avec un goal-average aussi désastreux (-10)?

C’était le FC Echallens Région du premier tour… On n’arrivait pas à rester constant. On pouvait réussir un match génial un week-end, puis totalement sombrer le suivant. Ce qui nous a valu de prendre un 5-0 face à Bavois et un 8-0 contre Naters… Sans ces deux résultats, notre goal-average n’aurait pas vraiment la même tête.

Vous êtes arrivés cet été aux Trois-Sapins. Comment s’est passée votre intégration?

À la base, je connaissais bien Bernardo (Hernandez, entraîneur de la première équipe jusqu’à cet hiver), c’est lui qui m’a fait venir. Donc ça a été plus simple de ce côté-là. Ensuite, mon intégration parfaitement déroulée. Echallens est un club aux valeurs familiales, tout le monde y est très sympathique et m’a accueilli les bras ouverts.

Qu’est-ce que peut trouver un jeune joueur talentueux et en pleine progression dans votre genre à Echallens, qu’il ne trouverait pas forcément ailleurs?

Du temps de jeu, c’est la première chose, et c’est vraiment important pour moi en ce moment. La seconde chose primordiale, c’est de la confiance. Ici, si je ne marque pas ou si je passe un peu à côté de mon match, je sais qu’on va venir me parler, chercher à comprendre ce qui n’a pas fonctionné. Là où, dans d’autres clubs plus ambitieux de 1re ligue, on me mettrait directement sur le banc.

En retour, vous êtes satisfait de ce que vous apportez à l’équipe?

On n’est jamais satisfait à 100% de notre apport au groupe, un footballeur peut toujours faire un peu plus. Malgré tout, globalement, oui, je suis plutôt content de mes performances ici.

Des projets pour la suite?

Évidemment! À court terme, ce sera surtout de prendre match après match, et d’aller le plus loin possible avec Echallens. Par la suite, on verra. Je sais que la 1re ligue est un excellent tremplin pour des jeunes désireux de jouer plus haut, et c’est mon cas, j’aimerais vraiment gravir les échelons.

«Aller le plus loin possible»… vous n’auriez pas les finales en tête, par hasard?

Effectivement, j’adorerais pouvoir participer aux finales, c’est vraiment ce que je souhaite, ce serait exceptionnel. Echallens n’est pas forcément le club qui affiche ses ambitions le plus fort, mais il faudra voir ce que l’avenir nous réserve…

Avec vos récents résultats et votre remontée au classement, on imagine que vous en parlez quand même un peu dans le vestiaire, non?

On en parle un peu, c’est vrai, mais surtout en rigolant. On sait qu’on ne doit pas se laisser aller à l’euphorie. On n’avait pas réussi à enchaîner deux succès lors du premier tour, et nous voilà avec trois victoires en autant de matches depuis la reprise. Il faut rester prudent, on n’a pas l’habitude. Il y a quelques jours encore, on parlait de maintien. Ça fait déjà plaisir de nous savoir sauver et de ne plus avoir ça en tête!

Une interview réalisée par Florian Vaney

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*