Alexandre Pasche: «Un printemps réussi reste dans les mémoires»

Alexandre Pasche:  «Un printemps réussi reste dans les mémoires»

Le milieu de terrain vaudois du SFC a inscrit un but magnifique face à Lugano (2-0) lundi soir au Stade de Genève. Parfaitement servi par Ousmane Doumbia en fin de match, « Alex » a tout simplement réalisé un double passement de jambes avant d’enrouler sa frappe dans le petit filet tessinois pour assurer la victoire du SFC. Du bon travail.

Le SFC est donc très bien parti dans cette année 2015 et peut toujours avoir son objectif de promotion en Super League dans le viseur, même s’il reste du boulot pour terminer devant Wohlen, Lugano, Winterthour et Lausanne, les quatre concurrents les plus sérieux des Grenat.

Alexandre, vous avez retrouvé vos instincts de numéro 10 avec ce but magnifique!

Oui, un peu (rires). C’est clair que depuis que je joue plus reculé au milieu de terrain, mes consignes premières ne sont pas de me projeter vers l’avant sur chaque action. Je dois faire attention à l’équilibre de l’équipe, mais quand je m’engage, je le fais à fond. C’est exactement ce qui s’est passé sur cette action: pas de demi-mesure.

Et une finition magnifique!

Oui, ça va, j’ai bien joué le coup (sourire). C’était très bien, on a pu plier le match et je n’ai pas regretté d’avoir joué cette action-là.

Au-delà de ça, ce match face à Lugano a montré un Servette solide, mais sans génie. Vous êtes d’accord avec ce constat?

Oui, c’était typiquement un match de reprise. On n’avait pas joué de match officiel depuis deux mois, on devait voir où on était. Lugano a attendu, nous aussi, et on était déjà contents d’être bien en place. Et puis, on a obtenu le meilleur résultat possible, donc forcément, on est heureux de ce départ. Après, vous avez raison, et tout le monde l’a dit: on doit faire plus, surtout offensivement.

Le manque, il est là, aujourd’hui?

Oui, mais c’est logique. On doit encore trouver nos repère sur ce plan-là. Défensivement, on est bien en place, ce qui est logique après la reprise. A nous de développer une animation offensive de qualité pour vraiment jouer un rôle dans ce deuxième tour.

Votre préparation a-t-elle été bonne? Il y a eu une incertitude autour du camp, on ne savait pas si vous alliez partir en Turquie ou non…

Elle a été excellente et on n’a pas été perturbés du tout, si c’est ce que vous voulez dire. On a eu des terrains magnifiques, des conditions idéales. On ne pouvait pas espérer mieux et on a vraiment bien travaillé.

Contrairement à d’autres formations, dont Lugano, Servette ne s’est pas vraiment renforcé cet hiver. Il y eu les arrivées de Jérémy Frick, de Bruno Martignoni et de Benjamin Besnard, mais avec tout le respect que l’on a pour ces joueurs, ils ne sont pas des cadors confirmés… 

Et?

Et on se dit qu’avec cette victoire contre Lugano, vous avez apaisé certaines craintes…

C’est vrai que contrairement à d’autres, nous n’avons pas accueilli un immense joueur cet hiver, mais je ne pense pas que ce soit un problème. On a conservé de la stabilité et c’est très important pour nous. On peut travailler dans la continuité et construire sur des acquis, sans pression. On nous voit comme un challenger? Tant mieux. D’autres ont peut-être un peu plus de pression, mais ils savent que Servette va être chiant à jouer, si j’ose dire. On ne va offrir de point à personne.

Et vous avez quand même accueilli un sacré renfort en la personne d’Ousmane Doumbia, revenu de blessure.

Exactement. C’est un super joueur, que l’on connaît très bien. Il nous avait manqué en fin d’année et le retrouver, c’est une très bonne nouvelle. Effectivement, c’est lui, notre recrutement hivernal (rires).

D’ici quinze jours, vous allez retourner à la Pontaise, un stade que vous connaissez bien…

Oui, c’est toujours un match spécial pour moi. Le derby lémanique ne me laissera jamais indifférent. Avec cette formule de championnat, on se voit deux fois par tour, donc c’est aussi un peu spécial. Le LS a une revanche à prendre, mais on n’a pas envie de la leur offrir.

Vous pensez être aussi fort qu’au premier tour? Vous aviez marqué un but et les esprits, avec votre très belle prestation!

J’espère être encore plus fort au deuxième tour! Vous savez, c’est comme ça dans le foot, les deuxièmes tours sont toujours plus importants que les premiers. On oublie vite si vous avez été bon en automne… Par contre, un printemps réussi reste dans les mémoires, parce que c’est là où tout se joue.

Comme une promotion en Super League?

Vous m’avez compris.

 

 

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*