Alain Ruchat rejoint Stade-Lausanne-Ouchy

Alain Ruchat rejoint Stade-Lausanne-Ouchy

« Pour nous, c’est une magnifique opportunité. Je connais Alain depuis très longtemps et quand j’ai appris qu’il arrivait à la fin à Bussigny, je me suis approché de lui ». Roger Burger connaît bien le football vaudois et a ses oreilles partout. Alors, quand le responsable technique du SLO (hors première équipe) a appris qu’Alain Ruchat était « sur le marché » après son éviction douloureuse de Bussigny (lire ici), il a pris son téléphone et fait une proposition à l’ancien attaquant du LS. Celui-ci a pris le temps de la réflexion, mais au fond de lui, il le savait: il n’avait qu’à accepter.

Dix équipes sous sa responsabilité

Alain Ruchat intègre donc le FC Stade-Lausanne-Ouchy en tant que responsable technique des E et des F. « Mais attention, chez nous, c’est un poste de terrain, ce n’est pas juste remplir des fiches. Alain va avoir la responsabilité de dix équipes et de près de 180 joueurs. Nous mettons beaucoup d’attention sur les joueurs de cet âge-là et voulons vraiment leur proposer une structure de qualité avec des entraîneurs au top. Alain, avec son réseau, va nous aider à les trouver et, surtout, il va pouvoir les accompagner », continue Roger Burger.

« Il suit l’évolution du jeu et s’adapte »

Pourquoi donc avoir choisi l’ancien entraîneur du FCB? « Pour plusieurs raisons. Déjà, il connaît bien le foot, mais surtout, ce qui est important pour nous, il est réactif. Il suit l’évolution du jeu et s’adapte. J’ai déjà un certain âge, et je vois certains entraîneurs de ma génération qui en sont restés au foot des années 90. Il sait se remettre en question et ça, quand vous travaillez dans une structure comme la nôtre, c’est indispensable. Lui, non. Il est ouvert d’esprit et il a une énorme motivation, ainsi qu’une capacité à manager appréciable. J’ai cru comprendre qu’il était fatigué de porter un projet tout seul, ou quasiment. Ici, il intègre une grande famille, et une structure plus grande. On se réjouit de l’accueillir et tout le monde ici est convaincu qu’il est la bonne personne », termine Roger Burger.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.