Alain Joseph a écrit à tous les clubs vaudois

Alain Joseph a écrit à tous les clubs vaudois

Une salle de presse bondée (« Il y a plus de monde aujourd’hui que lors de certains matches de Challenge League il y a quelques années », a souri Alain Joseph), des propos remplis d’enthousiasme et un Fabio Celestini très en forme: la conférence de presse du début de saison du LS a été une totale réussite. Une bonne trentaine de journalistes (oui, 30) y a assisté, preuve que la Super League attendait le retour du LS. Après cette préparation réussie, tous les feux sont au vert pour le LS, qui a augmenté son budget (en gros, de 4,7 à 7,8 millions) et a effectué un bon recrutement.

« Notre objectif, c’est d’installer le club en Super League »

« Cette équipe a du talent, j’en suis persuadé. Si on ne gagne pas des matches, si on ne joue pas au ballon, alors cela voudra dire que les six personnes du staff, on devra se regarder dans les yeux et admettre que c’est de notre faute », a même osé Fabio Celestini. C’est cela qu’on aime chez l’entraîneur du LS: cette capacité à tout assumer. Chez un néo-promu, très souvent, on n’entend parler que de maintien et rien d’autre. Fabio Celestini, lui, veut plus et, surtout, il ne veut pas se cacher derrière l’étiquette du petit. Lausanne sera en Super League pour envoyer du jeu, en tout temps et partout. « Notre objectif, c’est d’installer le club en Super League », paraphrase Alain Joseph, en osmose complète avec son coach.

Six packages disponibles pour les clubs vaudois

Le président du LS a eu une bonne idée, cet été, celle d’impliquer tous les clubs vaudois dans la réussite du LS. Ainsi, lui et le staff du club de la Pontaise ont lancé plusieurs « packages » coûtant chacun 1999 francs. Un exemple? Le package « Lotomba » donne droit à quatre abonnements adultes en tribune principale, une entrée de match avec les joueurs du LS pour 11 juniors du club, quatre invitations à l’Open de Gstaad de tennis féminin, ainsi que la présence de deux joueurs du LS pour un entraînement d’une équipe junior. Au total, ce sont six packages qui sont disponibles, comprenant à chaque fois des abonnements pour adultes ou enfants, ainsi que des entrées en tribunes. Bref, il y en a pour tous les goûts, selon les besoins et les envies des clubs.

La concurrence du football de haut niveau à la télévision

Le but est clair: faire revenir le public vaudois à la Pontaise et dynamiser le club. « Ce que je peux promettre aujourd’hui, c’est que chaque personne venant au match verra du bon football, du spectacle. Nous souffrons de la concurrence des matches de haut niveau à la télévision. Cette abondance fait mal à notre public de proximité, mais nous voulons faire le maximum pour faire revenir les passionnés au stade. Le LS souhaite être le grand frère, la Pontaise l’endroit où chacun d’entre vous aura du plaisir à se retrouver », continue Alain Joseph. Le partenariat avec la Fédération vaudoise des jeunesses campagnardes est bien parti et l’équipe première, dont 50% du contingent est composé de joueurs issus de la formation vaudoise, a tout pour séduire. Alors, ce courrier va-t-il toucher son but? Réponse dans les semaines et dans les mois à venir.

Categories: Football d'élite

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.