Aigle impressionne et Benfica déchante

Aigle impressionne et Benfica déchante

Le FC Aigle, avec la manière, s’est offert un probant succès, malgré l’étroitesse du score, face à un Benfica largement dominé (1-0).

Les spectateurs présents du côté de Chavannes n’auront à aucun moment regretté le réveil matinal. Ils ont pu découvrir un Aigle supérieur et impressionnant d’aisance pendant 80 minutes. Avec ces trois nouveaux points acquis avec panache, les « jaune et noir » s’installent provisoirement sur la plus haute marche du podium. S’ils avaient la bonne idée de confirmer dans le futur, il ne serait guère étonnant de les retrouver en position de finaliste.

Aigle met le turbo

Benfica, malgré application et agressivité, n’aura fait illusion qu’un petit quart d’heure. Soit, juste le temps pour permettre aux Aiglons de trouver les bons réglages et de dérouler avec autorité. Organisés dans un 3-5-2 bien huilé, ils ont fait main basse sur la circulation du ballon, sans oublier la créativité et la percussion. Les Portugais, malmenés, ont souffert pour contenir les assauts d’un duo d’attaque de choc, athlétique et remuant. Les hommes de Pierre-Alain Suard, au jeu diversifié, se sont également montrés dangereux, en utilisant à merveille la qualité des hommes de couloir.

Leaders après six journées, les hommes de Pierre-Alain Suard se profilent comme l’un des favoris à la course aux finales

Malgré un nombre incroyable de réelles occasions, Camara et Käser, peu efficaces, ne trouvaient pas le chemin des filets. Au retour des vestiaires, le scénario, avec des visiteurs toujours aussi affamés et présents, ne devait guère changer. Condamné à défendre, Benfica pliait, mais ne rompait pas. Le portier Vilares multipliait les bonnes interventions et Getaz, reconverti en défenseur, colmatait les brèches avec un certain bonheur. Emmené par le brillant chef d’orchestre Ozouf, une petite perle, Aigle, généreux dans l’effort, pouvait tardivement matérialiser sa longue supériorité.

Käser fait la différence

La délivrance n’est pas née du collectif, mais d’un exploit personnel qui valait à lui seul le déplacement. Le jeune et talentueux Ben Käser (19 ans) réussissait un enchaînement de classe pour crucifier Vilares d’une frappe habile et imparable (79e). Alors que l’on pensait, non sans raison, que l’affaire était classée, le coach Pierre-Alain Suard prenait une option suicidaire en procédant à cinq changements. L’équipe, complètement chamboulée, avec visiblement des remplaçants pas à la hauteur, a connu une fin de match chaotique, en échappant de peu à la guillotine.

En effet, Benfica, jouant son va-tout, s’est rué à l’attaque avec l’énergie du dernier espoir. Malgré quelques frayeurs inutiles, Aigle préservait l’essentiel pour, au final, fêter un succès indiscutable. Quant aux Lusitaniens, cette nouvelle et troisième défaite en huit jours est un sérieux coup de frein, après les rêves nés d’un début d’exercice parfaitement réussi (Benfica domine le groupe 2).

Benfica – Aigle 0-1 (0-0)

Buteur: 79e Käser 0-1

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*