Abraham Keita libère Yverdon à la 93e

Abraham Keita libère Yverdon à la 93e

« On n’a rien lâché, et on ne lâchera rien, je vous promets! Cette victoire, elle est pour nos supporters. On ne les a pas gâtés durant ce premier tour, et on sait bien qu’YS aujourd’hui n’est plus le grand YS. Mais on donne tout. Et on s’est arrachés ce soir. Ils l’ont senti, et ils nous ont applaudi. Cela nous rend fier. » Abraham Keita a mérité les applaudissements du Stade Municipal dimanche après-midi. L’attaquant d’YS a montré un état d’esprit exemplaire tout au long des 90 minutes et est allé offrir la victoire à son équipe en inscrivant le 3-2 tout au bout des arrêts de jeu, dans le derby face à Bavois. « Ce n’était pas un grand match, mais tant pis. On est heureux d’avoir gagné. On ne peut pas empêcher les gens de parler sur nous, mais on leur répond sur le terrain », continuait Keita. Avec cette victoire, YS (9e) revient à un point de Bavois (8e). Après leur excellent début de championnat, Bavois est clairement à la peine. Mais Bekim Uka et ses hommes ont une excuse: leur nombre élevé d’absents. Au coup d’envoi dimanche, Bavois était privé de Nicola Zari et de son gardien Christopher Meylan (suspendus), mais aussi de Micael Martins, Frédéric Gilardi, William Luckhaupt, Omar Bellagra et Marco Malgioglio, tous blessés à un certain degré de gravité!

Des absents de marque de tous les côtés

Lors de la présentation de la saison, nous avions insisté sur la richesse du contigent bavoisan, en estimant qu’il pourrait faire sa force. Mais aujourd’hui, il lui sert surtout à pouvoir encore aligner un onze compétitif lorsqu’il lui manque autant de joueurs. Nous avions écrit que Bekim Uka devrait faire beaucoup de choix douloureux. Il n’en a rien été: l’entraîneur du FC Bavois, depuis quelques semaines, aligne tout simplement les joueurs aptes à jouer. Mais YS avait aussi ses problèmes: Edin Becirovic et Andy Coendet étaient suspendus, et Jean-Yves Momo et Franck Toye blessés. Et l’effectif yverdonnois est clairement moins fourni que celui du FC Bavois. Mais dimanche, c’est bien YS qui s’est imposé.

Les joueurs d’YS sont en train de s’adapter à la « méthode Bevilacqua »

De quoi faire exulter Vittorio Bevilacqua, à l’issue de la partie: « Bavois aurait pu gagner, c’est vrai. Ils ont eu les occasions, mais le match a tourné en notre faveur. Eh, j’ai perd assez de matches dans les dernières minutes pour avoir le droit d’en gagner un comme ça! Je suis content pour le club, c’est une victoire qui permet à tout le monde d’avancer. » Et gagner un derby n’est jamais une mauvaise chose, surtout après avoir perdu celui face aux Azzurri, la semaine dernière. Vittorio Bevilacqua, toujours: « On a tellement mal joué face aux Azzurri, après avoir réalisé un super match à Berne, face à YB M21! Mais je suis confiant, les joueurs sont en train de comprendre ma méthode et de s’y adapter. » La méthode Bevilacqua? Un franc-parler à 100%, une motivation de tous les instants, une énergie folle qu’il transmet à son équipe, et, bien sûr, un énorme travail tactique. « On joue en 4-4-2 en losange. Je veux un 6, deux milieux de couloir, et un 10 ». Un choix payant face au 4-3-3 de Bavois, qui lui a permis de gagner la « bataille des couloirs ». Mais ce match a tenu à peu de choses: à un arrêt miraculeux de David Sugar face à Allan Eleouet à la 92e, en fait, alors que le score était de 2-2. Trente secondes après cette parade, Abraham Keita effectuait un « une-deux » avec Dylan Charles et inscrivait le 3-2. Comme quoi, le football…

Le premier but de la saison d’Abraham Keita

« Lorsque j’ai vu ce ballon entrer, j’étais comme un fou. C’est vrai que c’est un peu la même action que quelques secondes plus tôt de l’autre côté du terrain. Le gardien de Bavois la touche, mais elle finit du bon coté du poteau. C’est mon premier but de la saison, mais je préfère en marquer un qui apporte trois points, plutôt qu’en marquer plusieurs qui ne servent à rien », rigolait Keita après la partie, en tenant à associer tout le staff d’YS à cette victoire, avec une pensée spéciale pour le masseur de l’équipe.

Muamer Zeneli inscrit le 0-1 d’entrée de deuxième période

Car oui, cette victoire fait un bien énorme à YS. Pour la dernière sortie de 2013 devant son public, le club se devait d’être exemplaire, ce qu’il a été. Après une première période pauvre en occasions de buts, les choses allaient s’accélérer quelques secondes après la pause. Comme face aux Azzurri, une erreur défensive à la 46e coûtait un but aux Yverdonnois. Kevin Hill, ailier gauche, centrait depuis son côté pour Muamer Zeneli, qui pouvait tacler du droit dans le but vide pour le 0-1. Bien joué de la part du FC Bavois. Mais YS allait revenir dans la partie grâce à une jolie frappe d’Aziz Demiri.

La belle frappe d’Aziz Demir pour le 1-1

Quelques minutes après le 0-1, YS ne lâchait rien et un centre de Mehdi Benhaddouche était repoussé par la défense bavoisane… directement sur Aziz Demiri, dont la reprise de vingt mètres, dans le petit filet de Patrick Fernandez, était parfaite. Une jolie égalisation. Et le match continuait tranquillement, sans réelle occasion de part et d’autre, mise à part une belle frappe de Kevin Hill, sortie par David Sugar, qui retrouvait « sa » place dans les buts yverdonnois.

Dix minutes de folie pour conclure

Le rythme allait considérablement s’accélérer dans les dix dernières minutes, avec un coup du sort incroyable pour débuter. Hicham Bentayeb voulait remettre le ballon en retrait à son gardien, mais celui-ci communiquait peu, ou mal, et la passe du solide défenseur central terminait… au fond de ses propres buts! Rageant, car YS n’avait pas été réellement dangereux jusque-là. Mais Bavois réagissait directement sur l’engagement. Muamer Zeneli centrait pour Marco Malgiolgio, lequel, à peine entré en jeu, pouvait égaliser à 2-2 de la poitrine! Un but étonnant, quelques secondes à peine après l’autogoal de Bentayeb. Et les arrêts de jeu allaient tourner en faveur d’YS, on l’a vu.

Bavois doit regarder plutôt en bas qu’en haut

Bavois peut avoir des regrets, car il avait le match en main et a eu les occasions de gagner. Une défaite frustrante, dans une période où pas grand-chose ne va. Le FC Bavois, aujourd’hui, a cinq points d’avance sur la barre. Il peut définitivement ranger au placard le rêve qu’était une place tout en haut du classement. Mais l’objectif a toujours été de se maintenir, rien de plus. De ce point du vue, le premier tour est satisfaisant. Mais la trêve sera la bienvenue, pour récupérer un peu et repartir sur une meilleure dynamique au printemps.

Yverdon, de son côté, va mieux. Mais l’équipe manque encore de constance. Un défaut à corriger dès la semaine prochaine, en confirmant cette victoire sur le terrain de Lancy? Disons que ce serait une bonne idée et une jolie manière de terminer une année 2013 compliquée.

Les hommes du match

Du côté d’Yverdon, le meilleur homme a été Abraham Keita. Il a couru de tous les côtés pendant une première période de haut niveau. Il a été plus discret en deuxième période, mais a su s’arracher au bout des arrêts de jeu pour offrir la victoire à son équipe. Combatif. David Sugar a sauvé YS à plusieurs reprises et a réalisé l’arrêt de la journée, à la 90e, quelques secondes avant le but vainqueur de Keita. Décisif.

Muamer Zeneli n’est pas un avant-centre type, on l’a déjà dit. Mais la qualité de ses courses crée du danger à chaque fois. Il finit la partie avec un but et un assist, donc a forcément réussi son match. Il manque parfois d’un peu de lucidité, en voulant trop frapper, et parfois de trop loin. Sa marge de progression est là: faire les meilleurs choix. Parce qu’il a tout le reste, et largement. Et surtout, on aime sa mentalité et son sens du sacrifice. Il se bat sur chaque ballon, et se montre constamment disponible. Très fort. Mention très bien également à Esteban Rossé. De retour au Stade Municipal, il a assuré. Avec Hicham Bentayeb en charnière centrale, il forme un duo convaincant. Solide.

Les prochains rendez-vous

Dernier match avant la pause pour tout le monde. Bavois recevra Echallens pour un nouveau derby, samedi 16 novembre, à 17h. Même jour, même heure, YS sera à Lancy.

Le plan-fixe

Yverdon Sport – FC Bavois 3-2 (0-0)
Buts: 46e Zeneli 0-1; 57e Demiri 1-1; 82e Bentayeb, autogoal 2-1; 83e Malgioglio 2-2; 90e Keita 3-2.
Arbitres: M. Piccolo, assisté de M. Rodriguez et M. Da Costa.

YS: Sugar; Fehratovic (61e Tavares), Mayila, Nida-Nida, Dimonekene; Bekteshi, Demiri, Parapar, Pitronaci; Keita, Benhaddouche (86e Charles).
Entraîneur: Vittorio Bevilacqua.

Bavois: Fernandes; Cottens (78e Malgioglio), Rossé, Bentayeb, Kurtic; Renatus, Helder Pinheiro (14e Limani; 54e Eleouet), Rachane; Lauper, Zeneli, Hill.
Entraîneur: Bekim Uka.

Notes: Stade Municipal, 550 spectateurs.

Auteur