Le LS ne gagne toujours pas dans son jardin

Le LS ne gagne toujours pas dans son jardin

Face à un adversaire de qualité, qui aura son mot à dire cette saison, la troupe de Celestini a empoché un point. Insuffisant dans sa lutte actuelle pour la survie.

Il y a quelques semaines, les hommes de Celestini auraient perdu ce genre de rencontre à la pause déjà, mais restant sur trois matches sans revers (deux succès, dont un à Bâle, et un nul contre GC), des détails leur sont aujourd’hui favorables, des circonstances de jeu, aussi. L’embellie subsiste, le bonheur est fragile. 

Ainsi, le but de Margiotta, (superbe tir qui fila dans la toile droite de Vanins) survenu à quelques secondes de la fin de la première mi-temps permet aux siens d’égaliser. Il y a peu, cela ne serait jamais arrivé. Jusque là, le locataire avait plutôt subi le jeu, perdant de nombreux ballons au milieu du terrain et des duels importants face à plus fort que lui. Zurich jouait bien, sur toute la largeur du terrain. Moussa Kone sur la droite proposant quelques friandises à une défense lausannoise peu à l’aise, toujours à la recherche d’une stabilité rassurante.

L’égalisation par Margiotta d’un tir en pleine lucarne.

Le néo-promu, qui a de l’envergure, avait ouvert la marque par Rodriguez qui ajusta le portier Castella, battu au premier poteau. Dans cette première partie de match, Lausanne aurait dû hériter d’un penalty pour une faute de Pa Modou sur Campo, mais la faute a été ignorée par M. Bieri, par ailleurs très bon, aidé par la correction des acteurs, bien éduqués.

La suite fut moins intéressante, moins rythmée, l’intensité ayant baissé d’un ton ou d’un cran. Mais le visiteur garda la main, le ballon le plus souvent, se créant une folle occasion par Frey (64e) dont le coup de tête, puissant et bien placé,  fut dévié superbement par Castella, auteur d’un réflexe époustouflant. Il permit à son équipe de rester dans le match, de ne pas le perdre.

A coup de match nul, le LS n’avance pas. C’est un convalescent qui attend toujours de gagner à la maison. Cela ne lui est plus arrivé depuis le 2 octobre de l’an dernier. Cela fait désormais 18 parties. La loi de cette série est impitoyable.

Pontaise. 3278 spectateurs. Arbitre: M. Bieri.

Buts: 13e Rodriguez 0-1, 45e Margiotta 1-1

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*