Yverdon en patron

Yverdon en patron

YS semble être bien lancé dans sa saison: une semaine après sa victoire à Echallens, c’est en effet La Sarraz-Eclépens qui est tombé face à l’équipe de Philippe Perret. Yverdon s’est imposé sans forcer, sur le score de 6-1. L’addition aurait même pu être plus lourde si Alex Gauthier n’avait pas manqué un penalty à 2-0, alors qu’YS dominait tant et plus un début de match à sens unique. Jean-Philippe Karlen avait décidé de reconduire la tactique qui avait permis à son équipe de s’imposer à Vidy (0-3, lire ici) et avait donc demandé à son capitaine Elmedin Hasanovic de glisser en défense centrale, cela afin de jouer avec trois centraux. Le but? Bloquer les ailes, bien sûr, et verrouiller en défense. Mais ce qui avait fonctionné face à Stade-Lausanne-Ouchy a causé la perte des Sarrazins, dépassés dès la première seconde. Jean-Philippe Karlen a d’ailleurs sorti son défenseur central Djibril Diallo à la demi-heure pour revenir en 4-4-2. Dès lors, La Sarraz a relevé la tête et mieux fini la première période.

Il y a même eu un espoir, en fait: que la réduction du score d’Aleksandar Bozic sur coup-franc juste avant la mi-temps (45e, 2-1) fasse vraiment douter Yverdon. Mais cela n’a pas été le cas et La Sarraz a payé trop cher ses erreurs individuelles, comme sur le 1-0, lorsqu’Eren Sahingöz a manqué son dégagement et tiré sur Arthur Deschenaux, buteur sans vraiment le vouloir. Lorsqu’on vient pour défendre, il faut être irréprochable: La Sarraz ne l’a pas été et cela lui a valu une belle claque.

YS en a en effet même profité pour se faire plaisir en fin de match, offrant au public yverdonnois la première apparition de Matt Moussilou. Le Congolais est entré à la 71e et a inscrit un hat-trick en… neuf minutes (81e, 85e et 90e)! Pas encore prêt, l’ancien attaquant de Nice? Peut-être, mais pour ce qui est des appels et du sens du but, il est bel et bien toujours là. Trois occasions, trois buts: l’instinct du buteur est une réalité chez le sympathique Moussilou, tueur devant les cages.

 

moussilou-ls

 
 

Avec ce succès, Yverdon conserve sa première place, (4 victoires, 1 nul et 1 défaite) à égalité avec Lancy et Stade-Lausanne. Après le match, Footvaud s’est approché d’Arthur Deschenaux, qui a eu la gentillesse de nous répondre.

 

Arthur, quelle belle victoire! Et à titre personnel, vous avez réalisé un match plein…

Je ne suis pas super content de ma propre prestation. J’ai eu de la chance sur le 1-0. A 2-0, on laisse passer notre chance de plier le match avec le penalty d’Alex Gauthier. Et on s’est mis en danger inutilement. La Sarraz a eu un coup franc bien tiré peu avant la mi-temps et cela nous a plongés dans le doute.

Après un départ en fanfare, vous avez clairement baissé de régime après la 20e, comment expliquez-vous cela?

C’est incompréhensible. On avait déjà fait la même chose samedi passé à Echallens où on avait cédé à la facilité. Je n’ai pas d’explications. Mais après la mi-temps, on est revenus dans de meilleures dispositions, heureusement.

Et vous avez eu la chance de reprendre rapidement deux longueurs d’avance sur un autogoal. Dès lors, on peut dire que vous avez déroulé et assis votre supériorité…

Ca a surtout été le cas après le 4-1. L’affaire était entendue. Vous savez, pour moi, c’est un plaisir de jouer avec de tels joueurs. Dans tout ma carrière, je n’ai jamais évolué dans une équipe aussi forte. J’ai connu des groupes de bon niveau avec Fribourg, mais là, c’est encore d’un autre calibre. On connait nos qualités et notre objectif. Ce qui est appréciable, c’est que personne ne joue pour lui, mais tout le monde se met au service de l’équipe. Une ambiance formidable règne dans le vestiaire. La pression est là bien entendu, mais il y a suffisamment d’expérience pour permettre de la gérer. Là, on reste sur deux succès d’affiliée, le but sera d’aller en chercher un troisième à Martigny, le week-end prochain, afin de vraiment trouver une bonne cadence.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*