Oscar du meilleur scénario décerné à Villeneuve

Oscar du meilleur scénario décerné à Villeneuve

La première mi-temps de la rencontre entre Villeneuve-Sports et Corcelles-Payerne a ressemblé à un scénario digne d’un film d’Alfred Hitchock. Les deux équipes, pour le bonheur de la centaine de spectateurs, se sont données en spectacle. Les premiers à mettre des buts à ce film à suspense ? Les Villeneuvois par Ismet Bunjaku (13e) et Darko Kremenovic (28e). Dès cet instant, les spectateurs acquis à la cause des locaux commençaient à se détendre et à chuchoter 3e ligue dans les travées.

Mais, l’orgueil payernois a repris le dessus et Yves Rossier d’une magnifique demi-volée inscrivait le but de l’espoir. Le long-métrage n’était vieux que de 29 minutes. Pour parfaire le scénario : un penalty tiré à côté par Corcelles et une expulsion à l’encontre de Villeneuve juste avant le thé… Mais, il faut croire que l’équipe de Esat Citaku joue mieux en infériorité numérique. Elle a, en effet, marqué cinq buts en seconde période. Corcelles n’a pas pu que constater les dégâts face au rouleau compresseur offensif venu de la Riviera.

Oscar du rôle principal pour Ismet Bunjaku

Ismet Bunjaku sur son aile gauche a été très remarqué tout au long du film. Des débordements, des passements de jambes, des passes décisives et deux buts ont parachevé son rôle d’acteur principal. « Nous avons réalisé un très grand match au niveau collectif, déclare en toute humilité l’ailier. On est une bande de copains. On s’amuse sur le terrain et les résultats viennent comme ça. Ma prestation personnelle ? Je suis évidemment satisfait. Tout a bien fonctionné pour moi aujourd’hui (NDLR : hier). De plus, je suis extrêmement content pour la promotion. C’est un cadeau pour notre entraîneur. »

Avec une telle équipe qui joue au football de fort belle manière, la tâche du coach devrait être facile. M. Cisaku sourit : « J’ai effectivement de la qualité dans ma formation. Mes joueurs sont expérimentés. Ils ont joué à des niveaux bien plus hauts. C’est une bande de potes, mais il faut réussir à les gérer », rigole le technicien.

Corcelles peut encore rêver au scénario 3e ligue

Quant à Pascal Romanens, entraîneur de Corcelles-Payerne, il n’était pas si déçu. « Nous avons tenu tête à une des meilleures équipes de 4e ligue. Mes joueurs se sont montrés et ont réussi à les faire douter. Je n’arrive pas expliquer ce qui s’est passé en seconde période. Une baisse de régime ? Peut-être, mais cela ne justifie pas un tel score. » Peut-être le manque d’expérience. L’équipe est encore très jeune ; l’un des joueurs est arrivé en retard à cause d’un examen au Gymnase de La Broye.

L’équipe broyarde n’est pas encore hors course en vue d’une promotion. Elle se trouve à trois points de Rapid-Montreux (2e) avec un meilleur fair-play. Tout reste donc ouvert, même si Corcelles n’a plus son destin en main. Par contre, Villeneuve peut préparer tranquillement son passage en 3e ligue. L’ambitieux président, Giuseppe Repici a un objectif très clair pour 2018. « La deuxième ligue ! Quand nous avons reformé l’équipe, il était clair que nous voulions une double promotion. La moitié du chemin est donc faite. » Et pour le réaliser, au moins quatre efforts de ligues supérieures devraient arriver ces prochains jours du côté de la Riviera.

Centre Juventus à Villeneuve

La restructure du club passe également par les juniors avec la création d’un centre de formation « Juventus ». « C’est déjà signé, affirme l’homme fort de Villeneuve. Nous organiserons une conférence de presse au moment opportun. Par contre, nous sommes déjà en train d’attirer des jeunes de la région. » Un afflux de juniors régionaux qui fait grincer des dents les autres clubs de la Riviera qui ont peur de se faire dépouiller… Affaire à suivre.

Article rédigé par Jeremy Damon