Venoge veut profiter du moment

Venoge veut profiter du moment

Le FC Venoge est leader de 2e ligue. Cette phrase, jamais le club n’avait pu la prononcer dans toute son histoire, même avant la fusion, et ce simple constat est déjà une victoire en soi. Venoge a battu Bosna un vendredi soir, il y a une semaine, et s’est emparé de cette place honorifique, et l’a conservée jusqu’au lundi. La réalité est là: à la buvette de Penthalaz, vendredi soir après avoir battu Bosna, tous les joueurs et le staff du FC Venoge ont pu faire des captures d’écran sur leur smartphone: le FCV est leader. Premier. Tout en haut.

Luis Rodrigues pense qu’il faudra 30 points pour s’en sortir

Le néo-promu a donc pu boire des tonneaux de bière et fêter cet accomplissement, tout en restant lucide sur le chemin encore à accomplir. « On a 22 points. Je pense que le maintien se jouera autour de 30 », explique Luis Rodrigues, pas tout à fait convaincu par le calcul de Carlos Rangel. Le coach du FCGT estimait en effet qu’il faudrait 30% des points pour s’en sortir, soit 25 au total. « Mais ce sera trop peu », prophétise Luis Rodrigues, qui veut atteindre le plus vite possible la barre des 30 unités pour souffler. « Notre vrai et seul objectif, c’est le maintien. Là, on a 22 points. J’aimerais en avoir 25 à la trêve, comme ça il ne nous en faudra plus que 5 ou 6 au printemps », continue l’entraîneur du FC Venoge. Le leader de 2e ligue vise donc le maintien, rien de plus.

Un vrai esprit, plutôt que des stars

« On est lucides. On sait qu’on a gagné 7 matches sur 12 lors de ce premier tour, mais ce sont 7 hold-ups », continue Luis Rodrigues, en tentant d’imiter Jean-Philippe Karlen. Mais l’entraîneur du FC La Sarraz-Eclépens a un peu plus de talent pour cacher ce qu’il pense vraiment, car le sourire de Luis Rodrigues le trahit trop vite. L’entraîneur du FCV le sait: il a une belle équipe, qu’il a bâti petit à petit, en lui insufflant un vrai esprit. « Il aurait pu aller chercher d’autres joueurs, plus forts que nous. Je le sais et je sais même qui sont les joueurs en question, mais il n’a pas voulu le faire, car il voulait préserver l’esprit de groupe », glisse un titulaire actuel du FCV.

Un 3-2 absolument splendide

Le néo-promu s’est donc installé en tête, après l’avoir mérité. Amical Saint-Prex, autre néo-promu, Champvent et Bosna sont tout près, mais le FCV ne manque pas d’arguments. Venoge n’a ni la meilleure attaque, ni la meilleure défense, ni le meilleur goal-average, mais l’esprit fait vraiment la différence. Il y a de belles individualités, bien sûr, et il faut du talent pour marquer un but comme le 3-2 face à Bosna. En clair? Une transversale parfaite de Stevan Jovanovic, un centre au deuxième poteau de Xavier Tshiboko (auteur d’une très bonne entrée) et une tête lobée de Brian Baali, lui aussi remplaçant au coup d’envoi. Ce qui a fait dire à un joueur de Bosna: « Si leurs remplaçants sont capables de faire ça, c’est qu’ils méritent de gagner ce match… » Il faut le dire et l’écrire: cette réussite, celle de la victoire, a été tout simplement magnifique, à la hauteur de ce que peut faire ce FC Venoge en confiance.

Des circonstances favorables, aussi

Il faut le préciser aussi: le FCV a parfois eu des circonstances favorables, qui ont fait tourner les matches dans son sens. Cela avait le cas face à Pied du Jura (lire ici) ou Grandson (lire ici), et cela a encore été le cas face à Bosna. En résumé? Mené 1-2, le FCV a évité le pire, Milos Pekic ayant été signalé hors-jeu alors qu’il avait la balle du 1-3. Le principal intéressé a préféré en sourire (« C’est impossible que je sois hors-jeu, je ne vais pas assez vite pour ça… »), mais une minute plus tard, Venoge était revenu à 2-2. Cela s’appelle un tournant du match et Venoge a eu le talent et le caractère pour en profiter.

Un patron derrière, de la qualité devant

Impossible de parler du premier tour sans signaler les prestations de Mark Waldmann. Le patron de la défense forme une paire complémentaire avec Stevan Jovanovic, les deux hommes se connaissant depuis des années maintenant. Waldmann, capitaine vendredi, a tout ce qu’il faut pour la 2e ligue et il l’a montré cet automne, enchaînant les bonnes performances. Luis Rodrigues le sait, il peut compter sur une valeur sûre. Et comme Venoge est solide derrière et a trouvé un gardien de niveau tout à fait acceptable (Raphaël Paudex), il reste à soigner l’offensive. Et là, de nouveau, le FCV joue la carte de la solidarité et la cohésion. Il n’y a pas une vraie star devant, mais plusieurs bons joueurs. Ils s’appellent Momin Demiri, Antonio Jorge Pereira, Placido Monteiro, Brian Baali, Mauro Carletta et Fabio Almeida. Aucun ne marquera 25 buts cette saison. Mais tous peuvent assumer un rôle de titulaire sans aucun problème.

Pas un objectif, mais qui sait…

Alors, jusqu’où peut aller ce FCV? Leader, c’est une chose, mais l’équipe de Luis Rodrigues peut-elle le rester jusqu’à la fin de la saison? On n’en saura pas plus ce week-end, son match à Champvent ayant été renvoyé, et on a bien compris qu’il ne s’agissait pas d’un objectif cette saison. Venoge, en fait, veut juste profiter du moment. Et c’est déjà pas mal.

Categories: 2e ligue, FC Venoge

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*