Val-Bal sous le feu des projecteurs

Val-Bal sous le feu des projecteurs

Il y aura du monde au stade Prés-Sous-Ville le 19 mars, pour la reprise du FC Vallorbe-Ballaigues. Une affluence record, même. Ce qui permet d’affirmer ça? L’aura que génère, encore quatre mois après son arrivée, le Camerounais Eric Djemba-Djemba, qui devrait jouer son premier match officiel à cette occasion. «C’est dingue, je reçois des mails du monde entier depuis qu’Eric nous a rejoint, s’enthousiasme Jean-Yves Bonnard. La semaine prochaine, la RTS doit venir réaliser un sujet sur lui et sera présente jusqu’au jour du match. On accueillera également des radios genevoises et françaises, notamment, qui veulent absolument être sur place pour le voir débuter avec nous. Vu les messages qu’on nous a envoyé, je m’attends à voir beaucoup de monde dimanche prochain.»

Tout le Nord-Vaudois prie pour que la rencontre ait bien lieu

Une tribune pleine à craquer, une immense foule répartie autour du terrain et des caméras braquées de partout. Le décore fait rêver et les Vallorbiers ont déjà commencé à implorer la météo pour que celle-ci se montre clémente le jour-J. Si le terrain de Prés-Sous-Ville est impraticable? Ce serait un immense coup dur pour Val-Bal, qui n’aurait d’autre choix que de renvoyer et de décevoir pas mal de monde. Et, vu la préparation exécrable à laquelle ont eu le droit les hommes de Jean-Yves Bonnard cet hiver, on ne serait pas franchement surpris qu’une partie de ceux-ci aillent rattraper le temps perdu avec la «II», qui joue à Orbe ce jour-là. De là à dire que l’ancien joueur de Manchester United effectuerait ses débuts en Suisse au Puisoir, en 4e ligue, il y a un pas qu’on ne va pas franchir. Mais disons que la possibilité existe et que Val-Bal ne le cache pas: le maintien de sa deuxième équipe est un de ses objectifs principaux.

Physiquement encore un peu juste

Personne, dans le Nord-Vaudois, ne veut envisager cette possibilité et tous souhaitent, évidemment, que la fête soit belle à Vallorbe pour la venue de Portalban/Gletterens. Si les conditions atmosphériques seront un facteur à ne pas négliger, l’état de forme du Camerounais le sera encore davantage. Celui-ci est rentré tard de la Coupe d’Afrique des Nations, où il exerçait un rôle de consultant, et a eu le malheur de légèrement se blesser à la cuisse à son retour. Physiquement, Eric Djemba-Djemba a donc pris un peu de retard sur ses coéquipiers qui, à défaut d’avoir vraiment eu l’occasion de toucher le ballon pendant la trêve, ont mis l’accent sur la préparation physique. «Cela ne change rien au fait que, balle au pied, il est largement devant tout le monde, rassure son coach. Cependant, c’est vrai que, sur le plan physique, il n’est pas encore tout à fait au niveau du groupe.»

Val-Bal a besoin de quelqu’un pour catalyser les émotions

Si Jean-Yves Bonnard doit faire le choix d’écarter le milieu défensif de 35 ans de son onze de base pour la reprise, alors il le fera, ce ne sont pas quelques caméras qui lui dicteront son coaching. Mais, pour l’heure, l’ex-mancunien a retrouvé le chemin de l’entraînement et compte bien offrir à son entraîneur la possibilité de l’aligner d’entrée dimanche prochain. Surtout, et à plus long terme, il pourrait devenir la pièce maîtresse de l’effectif vallorbier, le chaînon qu’il manquait au premier tour. «C’est vrai que j’aimerais qu’il joue un rôle important sur le terrain, mais ça, c’est une évidence lorsqu’on a la chance de disposer d’un joueur de sa classe, et surtout dans le vestiaire», explique le coach français.

L’ambiance est excellente, jusqu’à ce que…

«On a tous énormément à apprendre de lui, poursuit-il. Lorsqu’il prend la parole, il crée quelque chose qui nous fait cruellement défaut parfois. Les joueurs l’écoute, mais l’écoute vraiment, ils sont friands de ses conseils et du moindre de ses mots. Il ne parle pas beaucoup, mais, au même titre que Jacques Etondé, quand il dit quelque chose, ça fait réfléchir.» Voilà peut-être la seule chose qui a parfois pêché cet automne à Vallorbe. Si l’ambiance au sein de l’équipe est, la plupart du temps, excellente, une petite étincelle a rapidement tendance à déstabiliser le groupe. «C’est vrai, admet Jean-Yves Bonnard, et il est arrivé qu’on manque de personnalités fortes pour gérer ce genre de situation et rétablir le calme directement.»

Une fin d’automne plus compliquée

Ainsi, lorsqu’il a fallu faire des choix pour préserver son vestiaire, le technicien français n’a pas hésité à les faire: «Effectivement, on s’est séparé de Rachid Bouhila durant le premier tour. Au niveau de l’entente globale, cela a été un très bon choix. Malgré tout, on en a souffert parce qu’il nous apportait énormément sur le terrain. C’est peut-être une des raisons qui expliquent pourquoi on a vécu une fin de tour un peu plus compliquée.» Un départ prématuré aujourd’hui compensé, puisque c’est à ce poste que devrait prendre place Eric Djemba-Djemba dans l’alignement vallorbier. Le cas échéance, Val-Bal pourrait aussi compter sur le retour au jeu de Yannick Sala, au même poste.

Abderrahim El Bouraissi est prêt à faire exploser la 2e ligue inter

Meilleure attaque du tour initial, Vallorbe-Ballaigues n’en a pas, pour autant, oublié de se renforcer offensivement. Muamer Salkanovic est arrivé de Bosna Yverdon et s’est vu offrir la chance de faire passer sa progression à la vitesse supérieure, même s’il devra se battre pour obtenir du temps de jeu. «Ce qu’il propose à l’entraînement est très intéressant. Il va vite, il déborde, il centre… mais il a encore quelques astuces à apprendre au niveau du placement», commente «JYB». Seconde arrivée sur les ailes, celle d’Abderrahim El Bouraissi. Le Marseillais de 22 ans débarque de l’US Avranches (équipe de National qui doit affronter le Paris Saint-Germain en quart de finale de Coupe de France prochainement) et devrait constituer l’un des plus gros atouts de Val-Bal ce printemps.

Jean-Yves Bonnard: « La 2e ligue inter, c’est ce qu’il nous faut à l’heure actuelle »

Si cela sera suffisant pour se battre pour la montée? Sur le papier, c’est fort possible, bien qu’après une période de préparation difficile, le FCVB n’arrive pas dans les meilleures conditions pour débuter cette campagne. Dans tous les cas, ce n’est clairement pas l’objectif du club et Jean-Yves Bonnard préfère rester prudent à ce sujet: «On a beaucoup de choses à régler avant de chercher à être promu. Honnêtement, pour le bien du club, je le répète, l’idéal est de se stabiliser en 2e ligue inter. Si l’on voulait évoluer en 1ère ligue, se poserait à nous ce problème du nombre de joueurs formés en Suisse en même temps sur le terrain. Il doit y en avoir six, au minimum, on ne les a pas. On cherche à en intégrer un ou deux à chaque pause, mais vous comprenez bien que cela prend du temps. Sans parler du budget qu’on devrait réunir pour monter. Non, franchement, la 2e ligue inter, c’est ce qu’il nous faut à l’heure actuelle.»

Sauver la « II », l’objectif absolu

«Si les résultats devaient nous y amener plus tôt que prévu? questionne l’homme fort de Vallorbe-Ballaigue. C’est la question que j’ai posée au comité pas plus tard qu’hier. Surtout qu’au niveau des infrastructures, on n’aurait quasiment aucun changement à apporter. La vérité, c’est qu’on n’a pas encore de réponse à cette question, ce n’est pas l’heure d’y réfléchir, mais cela poserait bon nombre de problèmes. Le seul objectif qu’on doit accomplir cette saison, c’est de sauver la «II» en 4e ligue.» Avec trois points en onze rencontres et la dernière place du groupe 4, la deuxième équipe de Val-Bal aura, effectivement, du pain sur la planche ce printemps si elle entend ne pas suivre la trajectoire inverse de sa grande sœur.

Un article rédigé par Florian Vaney

Categories: 2e ligue inter

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*