Il va faire chaud à Prilly dimanche

Il va faire chaud à Prilly dimanche

Nos lecteurs sont formels : le FC Genolier-Begnins est favori de cette double confrontation face à Prilly, laquelle débute ce dimanche à 14h à la Fleur-de-Lys avec le match aller. Le sondage a parlé et, évidemment, le résultat répond à une certaine logique, les Canaris jouant leur deuxième finale consécutive après leur échec de la saison dernière face à Aigle. Marc Studer l’a dit avant la finale de la Coupe, il y a quelques semaines : il y a douze mois, Genolier-Begnins abordait la fin de la saison content d’être là, sans plus. Cette fois, pas question de participer, GB veut gagner, c’est tout.

Prilly se verrait bien découvrir la 2e ligue inter

Prilly, de son côté, est bien en 2e ligue, dont il est l’un des clubs emblématiques. Claude Vergères est arrivé il y a treize ans, Prilly a quitté la 3e ligue peu après et n’a jamais bougé depuis. Quand on pense à la 2e ligue vaudoise, on pense à Prilly, en clair. Tout pourrait changer d’ici une semaine, car son entraîneur serait assez disposé à casser cette image et à aller voir un cran plus haut si le coup est jouable, un peu à l’image de ce qu’a fait Lutry pendant trois ans. Le club de la Fleur-de-Lys n’a d’ailleurs jamais joué plus haut que la 2e ligue dans son histoire, tout comme Genolier-Begnins. Quel que soit le verdict, il sera historique.

Une fête du football qui va durer toute la journée

Alors, qu’attendre de ce match aller? Deux équipes qui joueront à fond, bien sûr, et surtout une belle fête du football. L’an dernier, les quatre matches de finales (Concordia-Echichens, GB-Aigle) avaient attiré plus de 4000 personnes. Sera-ce encore le cas cette fois? On l’espère, bien sûr, et il serait déjà beau d’avoir deux fois 1000 personnes à Morges (16h) et Prilly ce dimanche. Prilly, d’ailleurs, a prévu une belle journée, qui débutera à midi par un repas, enchaînera avec le match et tout le monde sera invité à rester sous la grande cantine (500 places!) mise sur pied pour toute la durée de l’Euro. Les matches de 15h, 18h et 21h seront proposés en direct. Les joueurs du FC Prilly, eux, ont rendez-vous en fin de matinée pour un repas en commun.

Edin Becirovic donnera tout jusqu’à bout

Reste une question, centrale : comment le FC Prilly a-t-il digéré le départ de son attaquant Edin Becirovic, dont l’arrivée à Renens a été officialisée mardi par le club du Censuy (lire ici). Cette annonce peut-elle déstabiliser l’équipe ? Evidemment, ce thème a été au centre de beaucoup de discussions lors du repas de soutien du club, vendredi à la Fleur-de-Lys, et la réponse est claire : cela n’aura aucune influence. On peut penser ce qu’on peut d’Edin Becirovic, en bien ou en mal, mais on sait deux choses avec certitude. Premièrement, il n’a jamais dit qu’il resterait dix ans et ceux qui pensaient cela sont des naïfs. Deuxièmement, dans tous les clubs où il est passé, il a tout donné de la première à la dernière seconde sur le terrain. Plus que les autres ? Oui. Tous ceux qui ont joué avec ou contre lui savent qu’il a cette qualité-là: dès qu’il y a un ballon sur le terrain, il veut le mettre au fond des buts et gagner. Ce sera le cas ce dimanche et celui d’après.

De nos joueurs sont arrivés pour compléter le noyau de fidèles

Prilly en est là pour deux raisons en fait. D’un côté, il y a de bons joueurs qui sont arrivés, comme Junior Montano, Toni Jankuloski et Armend Demiri. Mais de l’autre, il y avait une équipe en place, avec des joueurs fidèles au club de la Fleur-de-Lys depuis des années, comme Dimitri Jaunin, Damien Vaucher et Sébastien Chappuis. L’amalgame a pris et voilà Prilly en finale, après avoir repoussé les assauts de Concordia, Grandson et Pully. Un succès mérité, qui lui offre ces deux matches de gala.

Genolier-Begnins respecte le verdict du terrain

Le FC Genolier-Begnins n’a lui non plus pas trop de pression. Le président Rosario Garghentini va arrêter et ce n’est pas lui, de toute façon, qui allait dire à ses joueurs:  «Vous gagnez ou vous partez.» GB cultive d’autres valeurs et le classement fair-play y est (presque) aussi important que le classement du championnat. Genolier-Begnins est un club sympathique, qui n’affiche pas ses ambitions, mais respecte le verdict du terrain, dans les bons comme dans les mauvais moments. On est forts ? Alors on monte, sans rien changer ou presque, et surtout pas la philosophie générale du club. GB est sain, bien géré et assumera sans problème une promotion à l’étage supérieur. Sans argent, mais avec des convictions.

Les deux joueurs à suivre

Les révélations possibles de ces deux matches ? Du côté de Genolier-Begnins, on a déjà parlé de lui et on persiste : Jordy Kissema a quelque chose de particulier. Ce pur produit de la formation canari et de ses clubs-partenaires est un milieu de terrain à fort potentiel. Agé de 19 ans, il a explosé cette saison, s’assurant une place de titulaire aux côtés de Cyril Favre dans le 4-3-3 de Marc Studer. Prilly a lui révélé Renato Santos cette saison. L’ailier droit a inscrit 14 buts et réussi une dizaine de passes décisives pour Edin Becirovic. Un joueur de caractère, qui est arrivé avec fracas cette saison.

Les deux stars

Là, forcément, pas besoin de chercher trop loin. Julien Jemmely (32 buts) et Edin Becirovic (39) sont les deux grands messieurs de la saison de chaque équipe. Leur duel promet énormément ces deux week-ends.

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*