Le Stade-Payerne est prêt à défendre sa forteresse

Le Stade-Payerne est prêt à défendre sa forteresse

Quel automne interminable pour le Stade-Payerne! Les Broyards, on a déjà eu l’occasion de l’écrire cette saison, ont passé le premier tour sur la route, disputant absolument tous leurs matches à l’extérieur, en attendant que leur stade subisse une petite remise à neuf. « Je ne pensais pas que ça influerait autant sur le moral de l’équipe et nos résultats, admet le coach Angelo Caligiuri. Cela nous a vraiment pesé. » Cette fois, enfin, c’est fini. Le fidèle public de la Broye va enfin pouvoir retourner au stade, retrouver son équipe fétiche. Arnaud Rapin et ses coéquipiers ont disputé leur dernière rencontre hors de leurs terres il y a trois semaines, à Echichens. La partie était prévue initialement en novembre dernier mais les conditions avaient obligé les deux formations à repousser. Entre les qualifications pour la Coupe de Suisse et le championnat, ce ne sont pas moins de quinze rencontres qui attendent, donc, les Payernois à domicile ce printemps. Douze, s’il l’on l’enlève les trois rencontres déjà disputées. La tendance? Elle ne laisse aucune place au doute: il faudra réussir le match de sa vie pour venir s’imposer au Stade Municipal ces trois prochains mois.

Battre UGS pour une place dans le tableau final de la Coupe de Suisse

Les premiers à en avoir fait l’amère expérience se nomment Farvagny, Portalban et, tout dernièrement, Signal Bernex-Confignon. Les Genevois ont fait le déplacement de la Broye mercredi soir, ont vu et sont repartis sans dire un mot. « Je connais très mal le football dans ce coin-là de la Suisse romande, mais, pour être tout à fait honnête, je dois avouer que j’ai été un peu déçu de leur opposition. Ils ne semblaient pas vraiment concernés par les débats. Maintenant, il faudra battre UGS au dernier tour pour valider notre ticket pour la Coupe de Suisse. Cela devrait être le mercredi après Paquês, le 19 avril », lance l’entraîneur stadiste. Score final: 6-1. Il faudra être à 100% pour venir défier les Payernois dans leur antre, sans quoi l’addition pourrait rapidement devenir salée.

Portalban contraint à partager l’enjeu

Autre fait d’arme à mettre à l’actif du Stade-Payerne, et non des moindres, le match nul obtenu dans le derby, face à Portalban/Gletterens. Les Fribourgeois comptent, cette saison encore, un effectif très compétitif et se profilent comme l’un des grands prétendants à l’accession en 1ère ligue. « On a eu quelques possibilités pour l’emporter, mais le score final (2-2) est totalement logique. Chacun a eu sa mi-temps. C’est un bon point de pris », commente Angelo Caligiuri.

Caio Garcia et Mobulu M’Futi sont partis chez le rival

Dans les rangs de la formation fribourgeois, grande rivale de La Sarraz-Eclépens l’an dernier pour la promotion, se trouve désormais, d’ailleurs, deux noms bien connus au Stade Municipal: Caio Garcia et Mobulu M’Futi. Les deux hommes ont parcouru les quelques kilomètres qui séparent les deux clubs durant la trêve. Payerne ne pourra, donc, plus compter sur ses gros coups du dernier mercato estival, qui n’ont pas forcément apporté autant que ce qui était attendu d’eux et jamais vraiment trouvé leur place sous le maillot rayé rouge et blanc. « Caio, il voulait bien faire, vraiment. Trop bien faire, peut-être. Lorsqu’il ne parvenait pas à réaliser les choses aussi bien qu’il les imaginait, ça le frustrait, et cela n’a pas forcément toujours été bénéfique à l’équipe. J’ai l’impression que les joueurs comprennent nettement mieux le rôle qui leur appartient dans le groupe à présent », explique l’homme fort du Stade-Payerne.

« Faire aussi bien que l’an dernier? Une fois le maintien assuré, pourquoi pas? »

Les Broyards, malgré la perte de deux éléments au talent indéniable, ont misé sur les mêmes forces qu’au premier tour pour défendre leur place en 2e ligue inter, même si les résultats n’ont pas forcément été au rendez-vous cet automne. Et cela semble clairement être en train de payer. « Je vous l’assure, le facteur déplacement a joué un grand rôle dans nos performances, plus qu’on ne le pensait. Maintenant, il faut vraiment qu’on assure notre maintien le plus vite possible, c’est l’objectif numéro un », affirme l’ancien coach du CS Romontois. Et si les points continuent à s’additionner à cette allure? « Disons qu’on a toujours dans un coin de la tête notre souhait de début de saison, à savoir faire mieux que l’an dernier, poursuit-il. Si l’équipe avait fini l’exercice à une magnifique quatrième place, elle avait cumulé « seulement » 37 points. On ne vise pas de faire aussi bien en terme de classement, cela risque d’être compliqué dans un groupe aussi homogène. Au niveau comptable, cependant, on a 22 unités à aller chercher en onze rencontres. Le calcul est vite fait, cela représente deux points par match. Ce n’est plus notre objectif principal mais… pourquoi pas? »

Avec trois points glanés face à Colombier, ce samedi à 17h30, dans une confrontation capitale pour le maintien, le Stade-Payerne s’assurerait, en tout cas, d’être sur le bon chemin et confirmerait que son statut a changé durant la pause. Ce printemps, il faudra compter sur les Broyards!

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*