SLO: une promenade au Bois-Gentil

SLO: une promenade au Bois-Gentil

Il y avait trop d’absents côté Malley – 7 titulaires, toujours en vacances ou pas encore qualifiés – pour qu’il y ait un match, une confrontation. « Même au complet, cela aurait été très compliqué« , dit Toumi Trabelsi, entraîneur de l’ES Malley, aussi joueur, contre le SL, parce qu’il le fallait bien.  » En championnat, je serai sur le terrain, seulement en cas de force majeure. » Dans son équipe, il y avait des joueurs de la 2e équipe et des juniors. Tous se sont battus, mais l’adversaire était trop fort, dans tous les domaines.

Dans cette rencontre à sens unique, le visiteur a marqué, après 22 secondes de jeu, justifiant son approche sérieuse de la partie, comme pour montrer aussi son respect pour cette compétition. « J’avais peu d’information sur l’adversaire, sinon qu’il avait la saison dernière tout gagné ou presque« , avoua Andrea Binotto, coach gagnant, sans trembler. « J’avais demandé à mes hommes d’être sérieux et de ne pas sous-estimer Malley. Jamais, je ne suis parti dans l’intention que cela serait facile. » Ce n’est pas le style de la maison stadiste. » Il manquait aussi plusieurs titulaires, laissés au repos, à cause surtout de petits bobos, à soigner. Comme pour l’ES Malley (2e ligue), seul le championnat compte, parcours ou exercice qui ne sera pas facile pour tous les deux. 

Les buts, dans ce match fair-play, tombèrent à intervalles réguliers. Tous au terme d’actions collectives. Le plus beau ou le plus spectaculaire? L’avant-dernier, le treizième signé Soos dont la reprise acrobatique fit mouche, malgré la parade désespérée de Roulier – auteur de quelques interventions intéressantes- qui toucha le ballon, sans pouvoir le bloquer. 

Malley déménage

En novembre 2017, l’ES Malley quittera le Bois-Gentil pour évoluer à la Tuilière et s’y entraîner. « Le vieux stade, lui, devrait être encore debout deux ans, peut-être moins, peut-être plus« , dit le président Michel Roulier, depuis 2009 à la tête du club, avant tout formateur, qui compte plus de 600 juniors et 33 équipes. » C’est énorme. Pour ce qui concerne l’équipe fanion, l’objectif est le maintien.«  

Pour ce match de Coupe de Suisse, ce derby, il y avait grosso modo 200 personnes, qui ont payé, ou pas, leur écot. Juste de quoi régler  les frais d’arbitrage, qui se sont élevés à frs 745.-. Pour un club de 2e ligue, c’est démesuré.

Article rédigé par Jacques Wullschleger

Categories: Coupe suisse

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*