Première attendue depuis 81 ans!

Première attendue depuis 81 ans!

Fondé en 1936, le club du district de Nyon a toujours végété entre la 3e et 5e ligue. Mais, après 81 ans d’attente, Gingins a enfin atteint la 2e ligue. Le chemin emprunté cette saison a, pourtant, été tortueux. A 10 minutes du terme du championnat régulier de 3e ligue, les « jaune et bleu » étaient, en effet, encore 3e du classement (comme ces deux dernières années). Cependant, ils ont réussi à revenir dans le match contre le FC Bursins-Rolle-Perroy et décrocher la victoire grâce à deux buts dans les 10 dernières minutes.

Quant aux finales elles se sont bien passées grâce à une victoire initiale face au FC Porto Lausanne sur le score de 2-1 à domicile. Le déplacement à Ollon, connu comme périlleux, s’est soldé par un match nul 1-1 grâce à la réduction du score de Valentin Vuadens. Le dernier match contre Malley, plus anecdotique, s’est terminé par une défaite 4-1.

Trois renforts visés

Cette dernière rencontre est en quelque sorte une mise en garde pour la saison prochaine. Président du club, Olivier Goncerut sait que cela va être dur : « Je ne sais pas encore à quelle sauce on va se faire manger, rigole-t-il. Cela va être une découverte pour nous. Nous verrons après les premiers matches à quoi s’en tenir. Mais nous connaissons le niveau très compétitif de ce championnat. »

Cela fait tout de même trois ans que l’équipe s’est mise en tête de se qualifier pour les finales, voire être promue. Donc la formation devrait être prête pour le grand saut ? « Nous avons 2-3 retouches à apporter. Il faut d’abord compenser les départs qui sont au nombre de trois. Je pense que nous avons besoin d’un joueur par ligne (Ndlr : un défenseur, un milieu, un attaquant). Nous cherchons à nous améliorer qualitativement afin de lutter pour le maintien, notre objectif primordial », annonce le président.

Rester régional au possible

Le comité a commencé les grandes manœuvres pour la saison prochaine avec la confirmation des entraîneurs Fredrik Gabrielsson et Laurent Jacquot. Quant aux jours qui viennent, c’est le contingent qui va être étudié. Gingins, petite bourgade de 1300 habitants, compte garder son identité régionale. « Mais selon les besoins, nous irons voir un peu plus loin que les villages avoisinants », glisse l’homme fort du club.

Autre acteur des finales, mais celles de 4e ligue, la deuxième garniture ginginoise n’a pas fait long feu. Trois rencontres, trois défaites. Là où le bât blesse, c’est au niveau de l’effectif. Plusieurs titulaires étaient absents lors des rencontres couperets, car ils étaient en vacances. « Ce n’est pas si grave. L’objectif de la deux n’était pas forcément de monter », justifie le responsable du club.

Equipes actives au nombre de trois

Le « petit » club nyonnais se compose encore d’une troisième garniture en 5e ligue ! « Ce schéma semble convenir parfaitement à Gingins, réagit Oliver Goncerut. Si la deux monte, cela va devenir difficile de gérer autant de formations compétitives, mais nous ne leur mettrons pas de bâtons dans les roues. » Dorénavant avec une équipe en 2e ligue, qui devra sûrement se battre jusqu’aux ultimes journées pour son maintien, la priorité ira sûrement à la « une ».

Article rédigé par Jeremy Damon

 

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*