«Oui, j’ai fait une erreur, mais…»

«Oui, j’ai fait une erreur, mais…»

« Oui, j’ai fait une erreur, j’ai cliqué sur le faux joueur dans Clubcorner. J’ai lu un peu trop vite les prénoms et Borja Conde Janeiro est devenu Dreni Golaj. » En trois phrases, Etienne Hartmann reconnaît son erreur. L’entraîneur du FC Villars-le-Terroir, qui vient d’arriver au club, ne connaît pas encore bien ses joueurs et, au moment de faire la feuille de match, il s’est trompé. Borja Conde Janeiro a donc joué sous un faux nom. « Mais il n’y avait aucune volonté de tricher. Pourquoi je l’aurais fait? Il a joué tous les matches depuis le début, il n’était pas suspendu. Il n’y avait aucune raison de frauder! C’est une bête erreur informatique sans aucune conséquence », continue Etienne Hartmann. Dreni Golaj, lui, n’était pas là. Disons-le clairement: Villars-le-Terroir n’a tiré aucun bénéfice de la présence de Borja Conde Janeiro, qui était apte à jouer.

Une victoire 3-2 qui se transforme en forfait 0-3

Pourtant, Villars-le-Terroir, qui avait battu Froideville 3-2, s’est retrouvé battu par forfait 0-3. « Pourtant, j’ai appelé tout de suite l’ACVF pour expliquer le cas », se justifie l’entraîneur de Villars-le-Terroir, qui pointe du doigt l’attitude du FC Froideville, qui a fait remonter le cas à l’ACVF. « Ils n’ont pas été fair-play! On est en 5e ligue, c’est la deuxième journée… Je ne comprends pas leur attitude », condamne Etienne Hartmann.

Vincent Rey: « J’étais prêt à entrer en matière »

Le président du FC Froideville, Vincent Rey, reconnaît que son club a contacté l’ACVF: « En fait, on a été alertés par un membre d’un autre club. Et oui, on a alerté l’ACVF, je le reconnais et je l’assume complètement. Je vais être clair: si Villars avait eu un comportement correct pendant et après le match, je pense qu’on aurait réagi différemment. » En clair?  « Quand l’entraîneur de Villars m’a appelé lundi pour me dire qu’il avait fait une erreur, j’ai trouvé cela très responsable de sa part. J’étais prêt à entrer en matière pour le rencontrer avec son président et avec mon entraîneur et même avec un responsable de l’ACVF. Il m’a rappelé un peu plus tard, avec un autre ton, et j’ai coupé court. Il s’est montré un peu menaçant, sans aller trop loin, mais quand même… Ca, plus l’attitude de ses joueurs, m’ont poussé à maintenir ma demande. On est en 5e ligue, et alors? Il ne faut pas respecter les règles en 5e ligue? Et il y a une ou deux incohérences dans son récit, quand même. »

Personne n’a rien vu au contrôle

De fait, le joueur en question, Borja Conde Janeiro est passé au contrôle, comme tous ses coéquipiers. Lorsque son numéro a été prononcé, le 15, il a décliné son identité et l’arbitre n’a pas vu que le nom qu’il a donné n’était pas le même que sur la feuille de match. Un mauvais point pour l’arbitre, d’accord, mais Etienne Hartmann et son capitaine ont signé une feuille de match sur laquelle ne figurait jamais le nom de Borja Conde Janeiro alors qu’il a bel et bien foulé le terrain! « Je sais bien qu’on n’a aucune chance de remporter ce match, alors qu’on l’a gagné sur le terrain. De nouveau, je reconnais mon erreur, elle est humaine. Froideville oublie un peu vite que l’année dernière, lorsque j’étais entraîneur de Cossonay, je les ai arrangés un soir où on avait des maillots de la même couleur pour jouer. Ils ont la mémoire courte. »

« Je peine à croire que tout a été cohérent de A à Z »

Vincent Rey assure très bien se souvenir de l’épisode: « J’ai remercié M. Hartmann à l’époque et je le fais encore aujourd’hui. Mais il ne faut pas tout mélanger! Il était entraîneur de Cossonay, aujourd’hui, il est à Villars. Je ne vois pas le rapport entre les deux histoires! De nouveau, je pense qu’il n’a pas voulu tricher et je peux croire qu’il est sincère vu que le joueur était qualifié, mais il y a eu une erreur et le joueur est quand même passé par plusieurs contrôles, donc je peine à croire que tout a été cohérent de A à Z. Entre le moment où il l’inscrit sur la feuille de match, celui du contrôle, celui où lui et son capitaine signent la feuille, cela fait quand même plusieurs occasions de se rendre compte qu’on s’est trompés. Non, là, on s’en rend compte une fois le rapport de match rempli sur l’arbitre. C’est un peu gros. Et, je le répète, je ne vois pas pourquoi ce serait différent en 2e ou en 5e ligue, et ce que cela change que ce soit la deuxième ou la dernière journée. Les points sont les mêmes, non? »

La morale de l’histoire? Froideville va conserver ses trois points, et Etienne Hartmann va désormais contrôler quinze fois ses feuilles de match avant de les imprimer. Et même encore une fois ou deux après, sans doute.

Categories: 5e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*