« On reprend les mêmes et on verra bien »

« On reprend les mêmes et on verra bien »

Après deux échecs consécutifs, Stade Lausanne Ouchy (SLO) accède « enfin » à la Promotion League, on se rappelle les mots mesurés du coach « être tout en haut du classement et quelques jours plus tard devoir évoluer dans le même championnat que celui qui a fini juste au-dessus de la barre, ça décourage » qui expliquait à sa manière la tristesse de devoir disputer des finales de promotion. Mais après un match retour palpitant face au FC Lancy, les Lausannois se préparent à découvrir la 3e division suisse et ça, sans pression. Faut-il rappeler que la Promotion League n’existe que depuis quelques années, avant cela on parlait de la première ligue, une division que le SLO a occupée pendant plus de 40 ans.

Sonny Kok reste au club

Si l’attaquant vedette a été l’objet de quelques rumeurs de transfert, il a décidé de rester au Stade comme nous confirme l’entraîneur Andrea Binotto : « je sais que pendant le mercato Sonny Kok a discuté avec différents clubs (Bavois, Yverdon-Sport, …) mais il est avec nous, et s’il venait à partir pour un niveau plus haut, tant mieux pour lui. »

Le contingent reste le même à quelques détails près, un seul départ est à signaler, celui de l’ailier gauche Brice Ngindu qui rejoint Yverdon-Sport. Deux recrues viennent compléter l’effectif à savoir l’ailier gauche Roland Ndongo (arrivé du FC Servette M21) et Henrique De Amorim (La Sarraz). « Se renforcer ça veut aussi dire augmenter le budget, le club n’a pas souhaité cela, et pour ma part je suis entièrement satisfait de chaque joueur de mon contingent. Au final la volonté du club c’est d’offrir à chaque individu qui a contribué a cette montée, de découvrir et profiter de ce niveau. C’est un choix auquel j’adhère complètement » confie l’entraîneur.

Préparation courte avant un début difficile

« La préparation a été plus courte que les autres équipes », comme explique Binotto, « on a joué les finales et c’est quelque chose qui se vit très intensivement, physiquement et mentalement. Pour avoir vécu ces finales trois fois de suite, j’ai préféré leur laisser dix jours de repos supplémentaires. On a commencé tard, le 10 juillet. » Depuis trois matchs amicaux pour autant de victoires face à Team Vaud, Stade Nyonnais et Echallens.

Mais mercredi 2 août, ce sera un exercice de taille pour les Lausannois face au Stade Nyonnais renforcé et ambitieux. Analyse avec Andrea Binotto : « aujourd’hui globalement on doit être plus solide dans la jouerie, je suis conscient qu’on a encore du travail à faire défensivement, il faut améliorer le travail collectif sur ce plan-là. Mais je connais mon équipe et dans les matchs de championnat on est plus solidaires. Le jeu sur les côtés c’est un peu une marque de fabrique, j’ai des latéraux qui s’offrent beaucoup offensivement, et les automatismes sont déjà en place »

Le coach mise sa force sur le collectif, la volonté est de continuer avec la formation qu’il a, sur cette même dynamique de groupe. Sans préparation particulière face à Nyon, le coach avoue ne pas se préoccuper des autres « Je ne connais pas les équipes de ce championnat, je vais découvrir au fur et à mesure l’intensité des rencontres. Je pense que c’est bien de démarrer avec un gros calibre. On pourra tout de suite mesurer où l’on se situe et ce que l’on doit rapidement mettre en place. S’il manque beaucoup ou si le championnat va être intéressant. »

Le maintien n’est pas un objectif

« Je ne connais pas l’objectif du club, mais le mien c’est d’essayer d’être compétitif à chaque match c’est le but que je fixe à mes joueurs, si on perd, il faut que l’équipe en face ait mérité la victoire, continue l’homme fort du SLO. J’ai envie qu’on soit compétitif à chaque partie et qu’on vende chichement notre peau. Si lors de chaque rencontre on offre une opposition, logiquement à la fin de la compétition on fait le bilan et vous avez le maintien dans la main. Je n’ai pas envie de dire que l’objectif c’est d’être au-dessus de la barre ! La perspective de rester en Promotion League n’est pas une cible en soi, je n’aime pas me limiter comme ça dans un début de saison, je veux toujours aller le plus haut possible. Il ne faut pas se fixer de limite, après on verra bien. On est le petit poucet de la catégorie mais on essaiera de vendre notre peau le plus chèrement possible. »

Andrea Binotto ne fait pas de plan sur la comète, il évoque sa situation dans le club et ne se projette pas trop. « Je me sens bien dans le club mais surtout avec mes joueurs, tu passes des heures sur le terrain et dans les vestiaires avec ton équipe et c’est là que tu dois te sentir bien. Après c’est comme dans toutes les familles il y a des petits accrochages mais globalement on vit bien, il y a du respect et ça se passe très bien. On ne peut pas obtenir de tels résultats sans une bonne entente dans le groupe. Les joueurs se fréquentent énormément en dehors du foot. Il y a déjà une grosse amitié en dehors et ça c’est très positif. Le groupe est déjà tellement soudé que je peux consacrer mon temps aux entraînements. »

Quant à la suite « C’est déjà intéressant de découvrir ce championnat, c’est une première pour moi. En parallèle je continue ma formation à Macolin qui sera suivie de la formation pro. C’est enrichissant de pouvoir échanger avec des entraîneurs qui ont connu le haut niveau. Je ne me pose pas trop de questions. Je poursuis simplement mon cursus d’entraîneur et cette année j’apprends la Promotion League, mais je n’en fais pas un objectif de vie, je sais bien que dans le football il ne faut pas griller les étapes. Il faut être au bon endroit au bon moment et surtout il faut être bon. »

Article rédigé par Juan Millan

Categories: Promotion League

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*