«On n’avait aucun autre choix»

«On n’avait aucun autre choix»

Il a tout tenté, depuis une semaine, Jean-Marie Cornu. Le président du FC Chavornay, dont l’équipe-première était montée en 2e ligue à l’été 2013, a pourtant dû prendre la seule décision qui s’imposait: retirer son équipe-fanion de 2e ligue. « On n’avait aucun autre choix », commente-t-il tristement. Lorsqu’on l’a appelé vendredi dernier, après avoir eu vent des premiers bruits, on lui a dit: « Président, on a entendu qu’il vous restait quatre joueurs… ». Sa réponse? « Vous êtes mal informé. Il nous en reste trois. » Tout était dit, Chavornay a tiré la prise. Cela s’appelle un coup de tonnerre.

Une décision prise la mort dans l’âme

Le FCC sera donc relégué en 3e ligue dans douze mois après une saison « blanche » ou « dormante » en 2e ligue. L’inscription des équipes étant terminée, la première équipe va techniquement être reléguée en 3e ligue en juin 2016, où elle pourra recommencer. Il faudra alors trouver des joueurs pour ce niveau, mais le délai, désormais, est de douze mois, pas de douze jours.

La II, qui vient de monter en 4e ligue, n’est elle pas impactée par cette décision. Elle continuera sa vie, avec ses entraîneurs et son groupe. Les trois joueurs restant à la première équipe sont donc libres de s’engager ailleurs. Cette décision, prise la mort dans l’âme, est dictée par le nombre insuffisant de joueurs à disposition, on l’a compris, mais le mal était profond à Chavornay.

Beaucoup de causes

Les causes du malaise ne datent en effet pas d’hier et tout le monde le sait bien à Chavornay. Le FCC souffre de la concurrence très rude dans le Nord vaudois. Désormais, autour de lui, il a comme clubs de 2e ligue: Orbe, Bavois II, Vallorbe-Ballaigues, Bosna Yverdon, Champvent et Grandson. Le club des Corbeaux souhaite également communiquer sur « un manque d’apport de « sang frais » dans les arrivées de juniors A, alors même que le Mouvement Juniors Orbe et région (MJOr) est l’un des plus gros groupements du canton. Depuis plusieurs années, ses meilleurs éléments sont transférés dans les Team Vaud et les autres privilégient le jeu avec leurs copains, souvent dans des ligues inférieures. »

Voilà pour la position officielle, qui va évidemment dans le sens de ce que l’on observe depuis plusieurs années. Très grand village, de près de 5000 habitants, Chavornay peine à sortir des juniors, qui s’en vont souvent dans des clubs voisins, plus attractifs. Chavornay n’a pas de moyens financiers, ou peu, et n’a jamais voulu entrer dans la surenchère. Clairement, la 2e ligue était un cran en dessus de ses moyens, humains, financiers et structurels.

Refus d’ouvrir la porte à des choix « financiers ou professionnels »

La position officielle du club? « Cette pénible décision est motivée par la volonté du comité de poursuivre la gestion du club dans un esprit d’intégrité, ne serait-ce que pour respecter et honorer nos prédécesseurs, nos sponsors, notre public et surtout nos joueurs. Le FC Chavornay Sports privilégiera toujours le plaisir du jeu dans un contexte favorable plutôt que d’ouvrir la porte à des choix financiers ou professionnels pour appâter des joueurs, dans le seul but de se maintenir dans une ligue qui ne reflète pas ses vrais critères. » Voilà qui est dit.

Cela faisait trop pour espérer continuer

En clair? Un mouvement juniors qui ne sort aucun junior, des joueurs qui préfèrent aller voir ailleurs, une concurrence très forte des clubs autour et un manque d’attractivité du club, qui n’a pas su se renouveler. Cela faisait trop, beaucoup trop, pour espérer continuer à jouer en 2e ligue dès lors que le « noyau » des gens de Chavornay ne voulait plus suivre. Ses grognards, ceux qui ont tenu le club à bout de bras ces dernières années, ne voulaient plus se battre. Ils ne portent aucune responsabilité dans cet échec, mais il y a eu trop de monde qui a voulu partir ou arrêter, en même temps ou presque, pour que l’aventure du FCC en 2e ligue continue.

Jean-Marc Dupuis est de nouveau sans club

Une des « victimes » collatérales de cette affaire est bien évidemment Jean-Marc Dupuis. L’ancien entraîneur du FC Gland venait de retrouver un poste intéressant et se réjouissait de disputer cette saison avec le FCC. Il se retrouve désormais sur le marché, alors que les équipes vont commencer leur préparation et il est sans doute trop tard pour espérer quelque chose de satisfaisant. Rude année 2015 pour le sympathique Jean-Marc Dupuis, licencié du FC Gland en janvier et sans club en juillet. Tous les clubs intéressés savent comment l’atteindre et, en l’appelant, ils trouveront un homme à l’écoute. Luc Lenoir, qui aurait été son assistant, voulait de toute façon prendre un peu de recul et n’en fera pas une maladie, ou moins.

Saint-Légier va-t-il être promu? Pas impossible

Alors, comment va procéder l’ACVF désormais? Les inscriptions pour la nouvelle saison étant terminées, la logique voudrait que le groupe 2 ne compte que 13 équipes. Chavornay serait relégué d’office en 3e ligue et il y aurait donc un relégué « de moins » pendant la saison, seul le 13e et dernier coulant.

Mais l’ACVF, vu le temps encore à disposition avant le début des championnats (mi-août), réfléchirait à promouvoir Saint-Légier, meilleure équipe non-promue la saison dernière. En suivant cette logique, Jorat-Mézières passerait alors dans le groupe 2 pour raisons géographiques, Saint-Légier allant dans le 1. Il n’y a rien d’officiel, juste des bruits de couloir, et rien ne dit que « Saint-Lé » accepterait ce cadeau tardif. Alors, quelle suite? Attendons de voir, mais la Vaudoise a le choix, soit de se retrancher derrière son règlement et de ne promouvoir personne, soit de garantir la bonne tenue et l’équité en promouvant une équipe de plus, afin que les championnats puissent se dérouler à quatorze.

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*