Ni Pied du Jura ni Aubonne ne méritaient de perdre

Ni Pied du Jura ni Aubonne ne méritaient de perdre

«La raison pour laquelle j’ai effectué mes trois changements aussi tôt dans la partie? Il fallait recréer une dynamique après une demi-heure très compliquée en première mi-temps. On devait réagir, montrer autre chose!» Le sort n’a pas épargné Johann Späni et son FC Pied du Jura, dimanche après-midi, aux Planches. Le technicien a très justement proposé des solutions à la pause, alors que Chêne Aubonne venait de réaliser une première mi-temps pleine de promesses, à l’image de son début de saison, et semblait se diriger vers une victoire que personne n’aurait osé remettre en question.

Mais l’homme fort de «PdJ» a été contrarié dans ses choix par le mauvais sort, lui qui a dû composer avec deux blessures, dont celle d’Olivier Gaudin, qui venait d’entrer en jeu, alors qu’il n’avait plus de possibilité de changements. C’est donc à dix que les Jaunes et Bleus ont dû terminer la rencontre. Et vu qu’ils menaient encore 3-2 à ce moment-là du match (70e), on comprend que leur coach n’arborait pas un grand sourire au coup de sifflet final. En infériorité numérique pendant plus de vingt minutes, Pied du Jura n’a pu sauver qu’un seul point et a manqué une belle occasion de passer devant son adversaire du jour au classement.

Johann Späni satisfait sur la forme, déçu sur le fond

«Par rapport aux événements, commentait le boss de la formation d’Apples, Ballens, Pampigny et Colombier, je ne peux pas être déçu de ce point. On est réduit à dix, ils poussent fort dans les dernières minutes… Même si on s’est aussi procuré des occasions en fin de match, c’est un bon point sur la forme. Dans le fond, par contre, bien sûr qu’il y a des regrets. On fait un super début de partie avant de totalement lâcher prise jusqu’à la pause. En seconde période, on n’a pas vu Chêne jusqu’à ce qu’ils aient un homme de plus sur le terrain…» Disons que c’est très grossièrement résumé, mais le jugement de Johann Späni n’est pas très éloigné de ce que nos yeux ont pu observer cet après-midi.

 

Fc Pied du Jura vs Fc Chêne Aubonne 3-3

Toutes les images de ce match en cliquant sur ce lien

 

Pied du Jura s’est métamorphosé

En fait, la dernière fois que l’on a vu un FC Pied du Jura aussi inspiré qu’il a pu l’être par moments aujourd’hui, c’était lors de la saison dernière. «On balance un peu moins de longs ballons, quand même, précise l’ancien coach de Bavois II. C’est vrai qu’on est en train de retrouver notre hargne, notre volonté d’aller au combat, qui nous faisaient cruellement défaut en début d’exercice». Face à Aubonne, il n’a pas fallu deux minutes à Samy Laubscher pour ouvrir le score et confirmer tous les progrès réalisés par ses partenaires depuis la très lourde défaite, 0-4, face à Crans, il y a un mois: «L’une des pires mi-temps qu’il m’ait été donné de voir», se souvient Johann Späni.

Roland Schaer et Juan Rivero ont retrouvé des vieilles connaissances

Et si Pied du Jura est sur la pente ascendante, que dire de Chêne Aubonne, qui se fait l’auteur d’un début de saison remarqué et remarquable. Sa seule défaite jusqu’ici? Un 2-1 concédé à Champvent. «Et cela reste notre match référence pour l’instant, ajoute Roland Schaer. Pas loin d’une dizaine de jeunes, qu’on avait coaché avec Juan Rivero, mon assistant, lorsqu’ils avaient tout juste dix ans, ont accepté le défi et nous ont rejoint cet été». Il n’y a pas à aller chercher beaucoup plus loin la soudaine hausse de forme des Aubonnois. La saison dernière, Chêne, très à la peine, a dû batailler jusqu’au dernier moment pour assurer sa place en 2e ligue. Cette année, on peut d’ores et déjà assurer, à moins d’un tremblement de terre, que cela ne sera pas le cas. L’équipe de Roland Schaer et de Juan Rivero joue au foot, propose un jeu attractif et attend calmement en milieu de tableau de pouvoir tirer son épingle du jeu.

 

Fc Pied du Jura vs Fc Chêne Aubonne 3-3

Toutes les images de ce match en cliquant sur ce lien

 

Les passes en profondeur dos à la défense de Rafael Da Silva

Concrètement, cela s’est traduit par une domination sans partage sur la première mi-temps, si l’on excepte les dix premières minutes. Emmenés par une armada de joueurs offensifs intenables, les visiteurs auraient tout à fait pu en mettre quatre avant le thé que personne n’aurait posé de questions. Au milieu, Rafael Da Silva a été tout simplement génial, se heurtant deux fois à la latte de Julien Bauer et créant des situations bouillantes d’un seul geste, le plus souvent par une merveille de passe en profondeur lobée dos à la défense. On n’a plus du tout vu l’habile milieu droit après la pause? C’est juste, et très regrettable, mais celui-ci a été tellement impressionnant en première période qu’on pourrait presque convenir qu’en 45 minutes, il a fait le travail pour un match entier.

Xavier Perez: une tête plongeante dont on se souviendra

Finalement, c’est sur une autre de ses recrues estivales, Amadou Sow, et sur une valeur sûre, Xavier Perez, qu’Aubonne a dû compter pour faire la différence. Sur l’un de ses premiers ballons exploitables, le premier mettait, à lui seul, le feu à la défense adverse avant de fusiller Julien Bauer. Cela faisait 1-1 (28e), et ce n’était que le début du show de l’ancien buteur de Bursins-Rolle-Peroy. Le second nommé? Il réalisait le geste de la journée, et inscrivait, sans doute, l’un des plus beaux buts de ce premier tour. Après avoir vu son coup de tête stoppé sur la ligne par le dernier rempart Jaune et Bleu, en tout début de rencontre, Xavier Perez a, dès lors, eu soif de vengeance. Et c’est juste avant la pause qu’il a pu l’étancher. Un centre d’Amadou Sow, une envolée sur plusieurs mètres et une tête plongeante surpuissante glissée dans les filets adverses (45e, 1-2). L’assistance des Planches n’avait qu’à se taire et admirer, le geste était splendide et Aubonne prenait une longueur d’avance à la mi-match: un minimum!

Deux longs coups-franc et revoilà Pied du Jura

Sauf que la formidable formation des 45 premières minutes a laissé place à une très pâle copie d’elle-même par la suite. «C’est incroyable que, lorsqu’on a un joueur aussi en forme qu’Amadou, on ne cherche jamais à le trouver, pestait Roland Schaer. Et puis, les trois buts que nos adversaires marquent, on les leur donne par notre manque de réaction et de concentration». On se demande, effectivement, bien comment ses hommes ont pu se faire avoir deux fois exactement de la même manière en moins de dix minutes. À deux reprises, ni Matthieu Wimmer ni ses défenseurs n’ont su s’interposer sur des longs coups-franc venus de leur droite. Le résultat? Un coup de tête de Loïc Dumauthioz (57e, 2-2), un autre d’Adrien Fuchs (65e, 3-2) et Pied du Jura virait en tête, sans s’être véritablement procuré d’autres chances de marquer.

 

Fc Pied du Jura vs Fc Chêne Aubonne 3-3

Toutes les images de ce match en cliquant sur ce lien

Le réalisme, le point fort du Pied du Jura depuis peu

«C’est sûrement la plus grande satisfaction à l’heure actuelle: notre réalisme. Lorsqu’on a battu Champvent, 2-5, le week-end dernier, on n’a pas eu besoin de quinze occasions pour en mettre cinq au fond. Aujourd’hui, c’est pareil. On a bien mis le pied sur le ballon en seconde mi-temps et on a pu compter sur beaucoup d’opportunisme», se réjouissait Johann Späni. Mis à part une ou deux situations chaudes en fin de rencontre et les trois ballons qu’il a dû aller chercher au fond de ses filets, Matthieu Wimmer a, effectivement, vécu une journée plutôt tranquille.

Impliqué sur les trois buts, Amadou Sow a réussi un match plein

Tout le contraire de Julien Bauer, bien heureux qu’Amadou Sow ait été un peu trop délaissé par ses coéquipiers. Sans ça, nul doute que le puissant ailier droit aurait pu aisément alerter encore quelques fois le potier adverse. Le danger a découlé de quasiment chaque ballon qu’il a pu toucher et c’est très logiquement qu’il a été impliqué sur les trois réussites de son équipe. C’est, d’ailleurs, lui, le grand Amadou, qui mettait sur orbite Shkodran Muslija, à dix minutes du terme, pour l’égalisation (83e, 3-3). Tout comme Pied du Jura, Chêne Aubonne ne méritait pas de s’incliner aux Planches. Chaque équipe a eu ses temps forts, a touché du bout des doigts la victoire et a bien failli tout perdre. Ce n’est peut-être un bon point pour personne mais, dans un championnat aussi resserré, il faut savoir s’en contenter.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Fc Pied du Jura vs Fc Chêne Aubonne 3-3

Toutes les images de ce match en cliquant sur ce lien

Categories: 2e ligue, FC Pied du Jura