«Si tout le monde nous voit finir derniers, c’est qu’il y a une raison…»

«Si tout le monde nous voit finir derniers, c’est qu’il y a une raison…»

On n’est jamais déçus quand on appelle Jean-Philippe Karlen. A la base, on voulait simplement parler de ses nouvelles recrues, vu que lors de notre dernier article (lire ici), plusieurs joueurs étaient encore en test. Après nous avoir rapidement confirmé les signatures des milieux de terrain Eric Sery Bi (Payerne) et Amine Karam (Orbe), ainsi que celles des attaquants Valon Hysenaj (LUC-Dorigny) et Mohamed Rabhi (Terre Sainte), l’entraîneur du FC La Sarraz-Eclépens nous a alors fait clairement comprendre qu’il n’entendait pas aborder la saison à venir de manière trop conquérante. Certes, ces quatre joueurs rejoignent sept autres recrues et La Sarraz a été très actif après sa promotion. Mais cela ne rend pas pour autant son coach trop confiant.

« L’objectif, cette saison, ce sera une relégation honorable »

« Confiant? Mais en quoi? Si tout le monde nous voit finir derniers, c’est qu’il y a une raison… », a commencé par dire « Charly », dans le style qui le caractérise. En gros, cet homme-là a des oreilles partout et il sait bien ce que pensent la majorité des suiveurs du championnat de 1re ligue au sujet des deux néo-promus que sont Vevey et La Sarraz-Eclépens. « Tout le monde voit Vevey finir en haut et nous tout en bas. Et je trouve cela logique! Franchement, vous voyez qui derrière nous? Répondez sincèrement! ». Alors qu’on a gardé le silence exactement une demi-seconde, il coupe: « Vous voyez? Vous ne trouvez personne de plus faible que nous! L’objectif, cette saison, ce sera une relégation honorable. On ne peut rien viser d’autre. »

« On doit s’excuser d’être en 1re ligue, c’est tout »

Il est difficile de complètement cerner Jean-Philippe Karlen dans ces moments-là. Il y a une part de vérité, bien sûr, et cet homme-là vit dans l’émotion de l’instant, ce qui le rend énormément apprécié de ses joueurs. Mais, évidemment, il ne s’attend pas à être relégué cette saison. « Vous rigolez? Si tout le monde dit qu’on va l’être, il faut écouter ceux qui savent. On n’a pas de panneau d’affichage. Pour notre premier entraînement, cette saison, il y avait des marguerites sur le terrain… On doit s’excuser d’être en 1re ligue, c’est tout », continue l’ancien joueur de Servette et de Lausanne, néo-promu avec La Sarraz il y a quelques semaines.

Des recrues qui ont l’habitude de la 1re ligue

Depuis, le terrain a été tondu et l’installation du panneau est une question de temps. Et La Sarraz a passablement recruté cet été. Parmi les quatre dernières arrivées, Amine Karam, Valon Hysenaj et Mohamed Rabhi ont déjà été régulièrement titulaires en 1re ligue. La Sarraz ne part donc pas complètement dans l’inconnu non plus, n’en déplaise à son entraîneur. « Mais la vérité, c’est qu’on s’est fait piller. Mon gardien titulaire, Damien Djuric, est parti une ligue plus haut. Azzurri a vu qu’on montait et a pris mes deux meilleurs joueurs, Lyazid Brahimi et Arbesjan Lekiqi. Bon, ce qui me rassure, c’est qu’on m’a dit qu’ils étaient parmi les meilleurs à Azzurri… Ca veut dire qu’on n’a pas fait tout faux. Enfin, je crois… », sourit « Charly » avec un brin de mauvaise foi, lui qui sait bien que sa principale qualité comme entraîneur est celle de faire progresser les joueurs passés sous ses ordres.

Il n’a pas l’habitude de jouer le bas de tableau, c’est vrai

La vérité est que Jean-Philippe Karlen est un entraîneur à succès, qui n’a pas l’habitude de terminer une saison autrement que dans la peau du promu. Une saison ratée pour lui? Elle se finit sur le podium, en général. Cette fois, pourtant, ce ne sera pas le cas et La Sarraz-Eclépens ne jouera rien d’autre que le maintien, a priori. On écrit bien « a priori », parce qu’avec cet homme-là, on ne sait jamais. S’il a accepté de rester à La Sarraz, c’est aussi parce qu’il pense son groupe capable de faire quelque chose de bien, non? « C’est quoi faire quelque chose de bien? Si on se sauve, vous pouvez faire un article sur chaque joueur, ils l’auront mérité… C’est impossible. On a la moins bonne équipe et en plus, La Sarraz a le moins bon entraîneur de toute la ligue, puisque je n’ai pas encore mon diplôme », continue-t-il.

Oui, il s’est inscrit pour le diplôme A!

Car cela aussi, « Charly » le sait bien: en 1re ligue, il doit avoir le diplôme A, qu’il n’a jamais voulu passer. Mais cette fois, pas le choix, il s’est inscrit. Il va donc l’obtenir dans quelques mois, où que soit classé le FC La Sarraz-Eclépens. Ca, c’est pour le moyen terme. Pour le court terme, La Sarraz se déplace à Lancy ce samedi, y défier ce qui sera peut-être un concurrent direct dans la lutte pour le maintien. Ce serait une bonne idée de ramener quelque chose de ce déplacement, même si le club sarrazin se déplacera sans Elmedin Hasanovic et Misko Bozic, en vacances. « Quand je vous disais qu’on n’était pas un club de 1re ligue… », termine Jean-Philippe Karlen.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*