Le football perd un grand monsieur et un ami

Le football perd un grand monsieur et un ami

Il venait de retrouver un poste, Pierre-Alain Praz. A 52 ans, il vivait mal son éloignement forcé des terrains, lui qui avait dû quitter le FC Sion à l’automne 2014 pour un désaccord avec le directeur technique d’alors. Pendant une année, il a multiplié les appels du pied envers les clubs romands, ne trouvant rien de convenable pour lui. Alors, quand le FC Sion l’a rappelé, il y a deux semaines environ, il a accepté avec enthousiasme de recommencer, dans un rôle de recruteur de jeune talent, une tâche dans laquelle il excellait. Hélas, Pierre-Alain Praz, ce grand serviteur du football, est décédé lundi, le 5 octobre, chutant à VTT. Et c’est le monde du football romand qui crie sa douleur.

Dominique Blanc: « La perte est immense »

« Franchement, je suis abasourdi. Abattu. Ma première réaction, c’est de la tristesse. Je suis sous le choc de cette nouvelle », confie Dominique Blanc, visiblement ému. Le président de la Ligue Amateur connaissait évidemment bien Pierre-Alain Praz, pour lequel il avait une haute estime. « Le monde du football perd un ami et un grand formateur, quelqu’un qui savait comment faire progresser un jeune. La perte est immense, que ce soit le plan humain ou le plan footballistique », regrette l’ancien président de l’ACVF.

Pas d’horaires, pas de vacances, pas de famille

Pierre-Alain Praz a oeuvré pour trois clubs tout au long de sa carrière de formateur: Sion, Xamax et Lausanne, où il a passé dix ans de sa vie. « Et quand on parle de sa vie, on parle bien de toute sa vie. Il n’était pas marié, n’avait pas d’enfants. Sa famille, c’était le football. Il avait fait ce choix-là, il a tout donné pour ce sport. Vraiment tout », explique Pablo Iglesias, directeur technique de l’ACVF, lui aussi sous le choc de la disparition de son ami. Ce technicien reconnu n’avait pas d’horaires, pas de vacances. Quand il partait à l’étranger, c’était pour aller en stage dans des grands clubs européens, voire comment ceux-ci fonctionnent. « Il est venu à Barcelone, à Madrid, à Auxerre, même avec les équipes nationales suisses… », continue Pablo Iglesias. Il adorait cela, Pierre-Alain Praz, aller découvrir d’autres façons de travailler. Lyon, Nantes, Manchester City, le Borussia Mönchengladbach, l’ASEC Abidjan et l’AS Dakar Sacré Coeur ont aussi reçu sa visite, lui qui aimait autant entraîner qu’aller repérer un joueur de talent. « C’était un excellent scout, quelqu’un qui avait l’oeil juste. Mais je crois quand même que ce qu’il préférait, c’était entraîner », corrige cependant le directeur technique de l’ACVF.

Pierre-Alain Praz, un entraîneur exigeant

Pierre-Alain Praz a ainsi vu passer des milliers de gamins entre ses mains tout au long des années. Se lancer dans une liste équivaut à en oublier, donc on prie ceux qui ne seront pas cités ici de ne pas se vexer. En 30 ans de football, il aura donc contribué à offrir au football suisse des joueurs comme Gelson Fernandes, Migjen et Vullnet Basha, Alexandre Pasche, Matteo Fedele, Andelko Savic, Renato Rocha, Nicolas Gétaz, Adriano De Pierro, Adrian Alvarez… En fait, absolument tous les joueurs vaudois de ces quinze dernières années sont passés par une de ses équipes. « Il était excellent dans la préformation, avec les jeunes de 14 et de 15 ans. C’est vraiment là où il donnait sa pleine mesure, avec un discours très exigeant, mais très juste. Il amenait ces jeunes à comprendre ce qu’était l’élite. Mais la vraie élite, attention! Et ça, ça ne s’apprend pas en disant toujours que tout va bien. Il était très exigeant, mais il avait beaucoup de considération pour les jeunes. Je ne suis pas surpris de savoir que les messages d’hommage se multiplient, car tous ceux qui sont passés professionnels savent bien ce qu’ils lui doivent », continue Pablo Iglesias.

Gelson Fernandes: « Le football vous remercie »

Gelson Fernandes a été l’un des premiers à partager son émotion sur les réseaux sociaux. Le Valaisan du Stade Rennais fera d’ailleurs tout son possible pour être présent aux obsèques d’un homme qui l’a marqué dans sa jeunesse: « Coach, les mots me manquent… Un homme qui venait me chercher au coeur de l’hiver pour m’emmener jouer a l’Ancien Stand et me faire progresser, un passionné du football, un amoureux du jeu. Certains disaient que vous etiez trop dur. Finalement non, coach, vous aviez l’exigeance du haut niveau. Vous êtes parti aujourd’hui pour le paradis, coach. Le football vous remercie et l’ensemble des joueurs que vous avez formé a travers ces années vous remercient. » Un témoignage poignant, qui montre bien la gratitude du monde du football pour celui qui ne manquait jamais une occasion de féliciter ses anciens protégés.

Un homme de caractère et de passion

Il y avait donc les pros, bien sûr, mais aussi ceux qui ne le sont pas devenus. Et ceux-là aussi sont unanimes sur les qualités humaines et footballistiques de leur ancien entraîneur. Ils jouent aujourd’hui à Monthey, Vevey ou Bavois, voire en 2e ou en 3e ligue, et certains ne jouent même plus au football, mais tous reconnaissent la passion d’un homme qui ne vivait que pour le ballon rond.

« Il avait encore énormément à apporter »

« Il avait des excès, mais comme tous les passionnés! Quelqu’un qui vit le football aussi fort ne peut pas être lisse. Alors, oui, on s’engueulait parfois, mais cela servait toujours la cause du football. Il était un homme qui a servi le football, pas un homme qui s’en est servi. Et cela, c’est de plus en rare dans le monde du football. On dit que personne n’est irremplaçable, mais je pense que lui, et Charly Serex, qui nous a quitté il y a une année quasiment jour pour jour, le sont plus que d’autres. Ils étaient des amoureux du football, des personnalités et des entraîneurs atypiques. Ils vous énormément nous manquer et je pèse mes mots. La douleur de perdre un ami est immense, tout comme le vide que va laisser Pierre-Alain. Il avait encore énormément à apporter au football romand, il ne devait pas partir aussi tôt, à 52 ans, alors qu’il avait encore tellement de compétences à transmettre », termine Pablo Iglesias, toujours aussi ému.

 

Les obsèques de Pierre-Alain Praz devraient avoir lieu jeudi, le 8 octobre, à la Cathédrale de Sion à 10h30. La confirmation officielle sera sur le faire-part familial.

 

Pierre-Alain Praz, une vie dédiée au football

Entraîneur M10-M11-M12-M13-M14
FC Sion
1982 – 1998 (16 ans)

Entraîneur M14-M15-M16 – recruteur pour le secteur de formation
FC Lausanne-Sport
1998 – 2007 (9 ans)

Responsable de la préformation
Team Vaud
2007 – 2008 (1 an)

Entraîneur M15 – Entraîneur M13 au Sport Etude de Grône – Recruteur pour le secteur de formation
FC Sion
2008 – 2011 (3 ans)

Entraîneur M15
Neuchâtel Xamax FCS
2012 – 2013 (1 an)

Entraîneur M14 – Recruteur pour le secteur de formation
FC Sion
2013 – 2014 (1 an)

Categories: Divers

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*