L’ASHB remporte le derby au combat

L’ASHB remporte le derby au combat

Tout Palézieux-Village a explosé, dimanche matin à 11h30, lorsque Jordane Vuagniaux a réussi à tromper Bastien Jordan, le gardien du FC Jorat-Mézières! Le jeune Fribourgeois, habitant de Grattavache, s’est infiltré dans les seize mètres, côté droit, a réalisé un crochet magnifique et a réussi à placer la balle au fond des filets des visiteurs, offrant la victoire (2-1) à l’AS Haute-Broye, plus que jamais leader du groupe 4 de 3e ligue. Si on se permet d’écrire que le village a explosé, c’est que… 400 personnes assistaient à ce derby! La choucroute prévue dans la grande salle après le match comptait à elle seule 360 inscriptions! Une belle journée pour l’AS Haute-Broye, assurément.

Une intensité de tous les instants

Car le terrain de Palézieux s’est transformé en arène pour ce derby, assurément l’un des plus beaux que le football vaudois puisse présenter. Cette année, les deux équipes jouent les premiers rôles, puisqu’elles se disputent la première place du groupe 4 de 3e ligue. L’ASHB est toujours invaincue cette saison, tandis que le FCJM n’avait perdu qu’une fois avant ce déplacement chez le voisin dimanche matin. Autant dire que les deux équipes étaient en confiance et que ce derby revêtait une dimension comptable qui en a fait un vrai combat de gladiateurs. Pour ajouter à la dramaturgie, le terrain était à la limite du praticable, ce qui a posé de nombreux problèmes d’appuis aux deux équipes, ainsi qu’à l’arbitre. L’ACVF avait choisi, bonne idée, d’envoyer un homme de caractère dans l’arène. Son nom? Ratko Stoijljkovic. Lui n’est en général pas là pour rigoler, et il a eu bien du mérite à différencier l’agressivité déplacée de la simple glissade. Il avait décidé de beaucoup laisser jouer, et cela a donné une intensité supérieure à ce derby qui n’en manquait déjà pas. Pendant 90 minutes, le combat a été de tous les instants, chaque ballon étant disputé comme s’il s’agissait du dernier. Un vrai derby de feu!

1-1 après quinze minutes

Alors, c’est sûr, les amateurs de football n’ont pas eu droit à des enchaînements collectifs dignes du Dynamo Kiev ou du FC Barcelone, mais cela importait peu. Pourquoi? Parce que dans un derby, seule la victoire compte, et cela, chacun le savait bien. L’ASHB a ouvert la marque d’entrée, grâce à son buteur Cyril Dufey, opportuniste (2e). Sonné, le FCJM? Non! Maxime Schumacher, d’un tir précis « poteau rentrant » remettait les deux équipes à égalité au quart d’heure.

Quelle intensité dans cette partie! Recevoir un ballon, le contrôler, se retourner? Non, messieurs! Recevoir un ballon était déjà un exploit en soi. Il ne fallait surtout pas imaginer pouvoir distribuer le jeu, car l’état du terrain, couplé à l’agressivité et à l’envie des 22 acteurs, ne permettait pas les fantaisies. Les débats ont été équilibrés, chaque équipe touchant les montants, et le public, rugissant à chaque contact, a apprécié. Une chose est sûre: si ces deux équipes mettent la même détermination dans chacun des 26 matches du championnat, elles n’en perdront pas beaucoup. C’est impossible, bien sûr, car l’aspect « derby » a joué à fond, mais au moins les 22 acteurs et leurs entraîneurs ont respecté cette notion-là, offrant un spectacle impressionnant.

Faire tourner le ballon? Même pas en rêve

Quand on écrit que chaque ballon a été l’objet d’un duel acharné, on n’exagère pas une seule seconde. Il n’y a eu aucun répit, aucun de ces moments où une équipe peut faire tourner la chique, ne serait-ce que 20 secondes pour récupérer. Une balle en retrait au gardien? Celui-ci voyait lui foncer dessus un ou deux furieux, prêts à tout pour la récupérer ou, en tout cas, la dévier. Un match de fous, un combat de gladiateurs.

Une fin de match houleuse, avant l’explosion de joie

Il fallait un vainqueur? Cela a donc été l’ASHB, qui l’a emporté grâce à la belle action de Jordane Vuagniaux, on l’a dit. Suite à ce but, les débats, jusqu’ici ultra-virils mais relativement corrects, allaient s’envenimer. Mike Brülhart, excédé par plusieurs décisions arbitrales qu’il estimait aller dans le mauvais sens, a d’abord pris un carton jaune pour réclamations, puis, dans l’enchaînement ou presque, un rouge pour un tacle trop appuyé. Il avait joué le ballon? Oui, et il l’a même touché. Aucun doute là-dessus. Mais l’excès d’engagement était manifeste, et M. Stoijljkovic l’a donc expulsé, ce qui n’a pas calmé le défenseur central du FCJM, dont le retour aux vestiaires, à travers les spectateurs qui le huaient (!) a été houleux. On va dire que cela fait aussi partie d’un derby…

Les débats se sont un peu calmés, et le FCJM, même à dix, s’est créé des situations dangereux pour égaliser, sans succès. L’explosion de joie du côté de l’ASHB a été à la hauteur de l’enjeu. Mais les deux équipes, on prend les paris, ne seront pas loin des finales l’été prochain.

Ils ont dit à Footvaud.ch

Jordane Vuagniaux, ASHB, buteur sur le 2-1

Marquer le but de la victoire? Une émotion incroyable, je ne sais pas comment l’expliquer! Toute la semaine, notre entraîneur nous a répété que c’était un match comme un autre, mais il y avait quand même une petite nervosité en plus, surtout en voyant tout ce monde. Mais on a su rester calmes et appliquer ce dont on avait parlé toute la semaine. Mon but? Depuis le début, je savais que j’y allais pour marquer, dès que j’ai pris le ballon. Ca a fini au fond, c’est fou, c’est génial!

Daniel De Nardis, entraîneur de l’ASHB

Aujourd’hui, c’est l’équipe qui a su le mieux gérer ses émotions qui a gagné. Il y avait pas mal de paramètres à maîtriser, le public, l’état du terrain… Mais on a su rester calmes et appliquer les consignes. On avait un plan de jeu précis pour ce match. Lequel? Mettre la pression sur leurs défenseurs, pour les empêcher de relancer et de jouer long. On voulait éviter leurs longues transversales, qu’ils réalisent d’habitude à la perfection. Aujourd’hui, il n’y en a quasiment pas eu. Je suis fier des gars, de leur attitude. On n’a pas vu du grand football, je ne peux pas dire le contraire, mais je tiens à féliciter tout le monde. Les finales? Si vous m’aviez demandé en début de saison si on compterait 7 victoires et 1 nul après 8 matches, je vous aurait répondu que c’était impossible. Mais c’est où on est aujourd’hui! Alors, je ne sais pas trop quoi vous répondre… Disons que là, on est premiers, avec un match en moins, et qu’on aime bien cette place (rires)!

Pierre-Alain Brülhart, entraîneur du FCJM

Vous voulez ma réaction, là, maintenant, juste après le match? Je ne sais pas si c’est une bonne idée, je ne risque pas d’être très positif… Bon, allez, je vais commencer par dire que je félicite l’AS Haute-Broye, un beau vainqueur d’une belle matinée. C’est génial pour le foot de voir autant de monde, un derby comme ça. Je me réjouis d’aller manger la choucroute avec eux et je leur souhaite une belle suite, je le pense sincèrement. Après, permettez-moi de dire que je suis atterré par le niveau de l’arbitrage et je ne parle pas uniquement de ce match. Cela fait plusieurs parties que je constate que l’intégrité physique de nos joueurs n’est pas une priorité. Quand je vois que notre attaquant Beram Shabani prend des coups match après match, souvent par-derrière, sans que cela ne débouche sur un carton et que, dès qu’on signale cela à l’arbitre on prend un jaune, je deviens fou! Aujourd’hui, je me fais expulser justement parce que je ne supporte pas que mes joueurs soient mis en danger. Vous pouvez dire que je me suis mal comporté, que j’ai perdu mes nerfs, mais vous pouvez aussi signaler que l’arbitre n’a pas été à la hauteur de cette rencontre. Après, je ne veux pas passer pour un mauvais perdant et je tiens aussi à ce que vous écriviez que ce n’est pas l’arbitre qui nous fait perdre. Il n’a pas influé sur le score du match, nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes. Le terrain? Catastrophique, mais pour les deux équipes. Si cela nous freine dans la course aux finales? Mais ce n’était pas forcément l’objectif du début de saison. On en a déjà parlé vous et moi la saison passée, notre but est d’intégrer en tout cas sept jeunes dans cette équipe, de la renouveler. On est en train de le faire et en plus on est devant. Donc, oui, au delà de cette rencontre, tout va bien au FC Jorat-Mézières.

Les hommes du match

Du côté de l’ASHB, quel match de Grégory Dufey! Quand il s’agit de combattre, il n’est jamais le dernier, et il a montré qui était le patron au milieu de terrain. Il a mis le pied, gagné ses duels, et toujours poussé ses troupes vers l’avant. Un guerrier. Jordane Vuganiaux a 20 ans, mais déjà une belle maturité. Il a défendu son côté comme un chien, et n’a pas oublié d’attaquer. Son but de la victoire est magnifique d’audace et de percussion.

Beram Shabani est un attaquant de niveau supérieur. Les défenseurs et le public adverse le détestent? Pas grave, ses coéquipiers l’adorent! Il se bat sur chaque ballon, met la pression, gêne à la relance, va au duel. Avec une pointe pareille, chaque équipe peut partir au combat. Il ne lui a manqué qu’un but. Maxime Schumacher mérite également une mention. Son but est anecdotique au regard de sa prestation d’ensemble. Il essaie toujours de bien jouer au ballon, il joue court et bien et augmente petit à petit son volume de jeu. On le trouvait un peu timide l’an dernier, mais il s’affirme de plus en plus comme un joueur dominant en 3e ligue.

Les prochains rendez-vous

L’ASHB rejoue dès ce mardi 28 octobre, à 20h, à Thierrens II (4e). Le match d’après? Samedi 1er novembre à 17h30 à Payerne, toujours face à la II (10e). Le FCJM recevra Iliria Payerne (6e) le dimanche 2 novembre, à 15h.

AS Haute-Broye – FC Jorat-Mézières 2-1 (1-1)

Buts: 2e C. Dufey 1-0; 15e M. Schumacher 1-1; 70e Vuagniaux 2-1.

Arbitre: M. Ratko Stoijlkovic.

ASHB: Alfieri; Grosvernier, Grandchamp, Chenevard; Vuagniaux, Shala, Dufey, Chamot (59e Fedrigo); C. Dufey, Gindroz (71e Parrone), Besnier (84e Sauteur).

Entraîneur: Daniel De Nardis.

FCJM: Jordan; Bavaud, M. Brülhart, Bettens, Gilliéron; Fabien Joye, Schumacher, Chaillet, Francis Joye (85e Boutos); Duvoisin (60e Demierre); Shabani.

Entraîneur: Pierre-Alain Brülhart.

Terrain Aux Champs Léderrey, Palézieux. 400 spectateurs. Expulsion de Mike Brülhart (73e, rouge direct, gros tacle).

Categories: 3e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*