La mi-temps de feu d’Azzurri n’a pas suffi

La mi-temps de feu d’Azzurri n’a pas suffi

Azzurri allait-il pouvoir battre le SC Kriens pour accéder en huitième de finale de la Coupe de Suisse? Les avis divergeaient réellement avec la rencontre. Pour certains, aucun doute, Azzurri possède les individualités pour faire basculer quasiment n’importe quelle équipe sur un match. Pour les autres, les Lausannois n’avaient aucune chance, face à un adversaire militant une ligue plus haut et, qui plus est, tombeur du FC Thoune au premier tour.

Finalement, les pronostiqueurs de tous les bords ont vu juste. Pendant les 45 minutes initiales, les pensionnaires de 1re ligue ont pris l’eau, jouant avec beaucoup trop de respect et sans vraiment profiter de l’aubaine qui leur était donnée d’atteindre un huitième de finale historique pour le club. Rentrés des vestiaires avec un tout autre état d’esprit, Roberto Elefante et ses partenaires ont, néanmoins, fait passer une fin d’après-midi que les Lucernois, soudain beaucoup moins souverains et sûrs d’eux, ont bien failli ne jamais oublier.

Il a manqué un but, un brin de réussite, une poignée de centimètres parfois, pour que les locaux mettent vraiment le feu à Chavannes. Dommage, en alignant deux mi-temps de la trempe de la seconde, Azzurri serait probablement le dernier club vaudois encore en lice dans la compétition.

La première d’Antonio D’Attoli a duré… 37 minutes!

«Après le troisième but de Kriens, j’ai voulu demander à l’arbitre ce qu’il s’était passé, comment il avait pu siffler faute sur une protection de balle de notre défenseur. En l’appelant, je me suis approché et j’ai mis un pied sur le terrain. Il l’a vu, ça ne lui a pas plu et il m’a prié de quitter le banc». En l’absence de Patrick Isabella pour ce match, Antonio D’Attoli avait décidé qu’il mènerait lui-même à bien sa première équipe dans ce seizième de finale. En ayant été expulsé du terrain après le troisième but lucernois, soit à la… 37e minute, la tâche en est plutôt revenue à Bruno Imondi, l’entraîneur assistant, qui a, donc, passé plus de temps à coacher l’équipe que son président.

«Dommage qu’on n’ait pas flairé le bon coup plus rapidement»

«C’était une bonne expérience, mais je m’en vais, donc, avec un bilan d’une défaite pour aucune victoire, reconnaissait Antonio D’Attoli, qui s’est directement réfugié dans la tour entre les deux bancs après le verdict de l’arbitre, avec humour. De toute façon, sur le banc ou pas, les consignes avaient été données par Patrick Isabella avant la rencontre et nous les avons respectées à la lettre. Le mot d’ordre? Les attendre, ne pas commettre d’erreurs et essayer de les surprendre quand l’occasion nous serait donnée. Cela n’a pas vraiment fonctionné, et c’est un peu dommage qu’on n’ait pas flairé le bon coup plus rapidement. Si on les avait mis sous pression depuis le début de match, tout aurait sûrement été très différent. On a bien vu comme ils ont réagi après la pause… Mais attention, je ne blâme pas Patrick, qui n’était pas là et qui n’a pas pu voir l’évolution de la rencontre».

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Kriens 2-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Loic Ombala avait tout compris d’entrée

L’image qui illustre le mieux la première période des Italiens de Lausanne? Sans doute les velléités offensives du très bon Loic Ombala. Le jeune homme a toujours essayé d’aller de l’avant, souvent en relais avec Saliminah Galokho, désireux d’apporter son poids à l’offensive lausannoise. Sauf que, étant latéral gauche, celui-ci s’est plus souvent fait, gentiment, remettre à sa place par ses coéquipiers qui, eux, souhaitaient s’en tenir au plan du coach, qu’encourager dans son élan. Loic Ombala n’a que 19 ans et devra, évidemment, apprendre à écouter encore davantage, mais, déjà en première période, il a permis de démontrer que ce SC Kriens était bousculable.

Azzurri n’a jamais été dangereux avant la pause

Toujours est-il que mené 0-3 à la pause, on ne donnait pas beaucoup de chance à Azzurri 90 Lausanne concernant une éventuelle qualification au tour suivant. D’autant plus que, dans le jeu, les locaux semblaient véritablement à la peine. Leur plus grosse possibilité avant la thé? Ce tir de Mehmed Begzadic, aisément sauvé sur sa ligne pas un défenseur suisse allemand. Non, vraiment, on imaginait bien mal comment les Lausannois allaient pouvoir renverser la vapeur. D’autant plus que, en face, Nico Siegrist, l’homme aux trois passes décisives en à peine onze minutes et buteur au premier tour face au FC Thoune, semblait inarrêtable.

Malek Chergui, récompensé de ses efforts, redonne espoir aux siens

À l’image de son attaquant, les Lucernois sont rentrés du vestiaire comme si leur qualification était en poche et qu’une mi-temps leur avait suffi pour venir à bout des pensionnaires de Chavannes. C’était se tromper sur toute la ligne sur l’état d’esprit et la capacité de réaction des locaux. Après moins de dix minutes, le très actif Saliminah Galokho perçait côté gauche, envoyait un centre parfait au second poteau pour la tête de Malek Chergui, qui s’élevait plus haut que tout le monde pour redonner espoir à ses couleurs. Le Français était sans aucun doute le meilleur Lausannois balle au pied sur le terrain samedi après-midi, mais c’est grâce à son jeu aérien qu’il permettait de lancer la machine bleue. 1-3, le début d’un match électrique.

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Kriens 2-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Nabil Souni aurait pu faire craquer Kriens

Ayant adopté la bonne stratégie après la pause, en harcelant en permanence leur adversaire et en les saisissant à la gorge, les Vaudois ont eu la bonne idée de faire entrer rapidement du sang neuf sur le terrain. Surprenant de ne pas voir Nabil Souni titulaire? Il ne s’est pas posé la question en entrant sur le terrain peu après la reprise. Il aurait même pu devenir l’un des héros de la journée, si son coup-franc n’avait pas heurté le poteau, ou que Malek Chergui avait pu profiter du rebond pour donner une toute autre dimension à ce match. Avec une demi-heure encore à jouer en un seul but d’écart, on a envie d’écrire que Kriens aurait craqué, puisque que les Lucernois, c’est un fait, n’ont quasiment rien montré en seconde période. Au lieu de ça, les minutes ont filé, les Lausannois se sont cassés les dents sur l’arrière-garde adverse et la nervosité a fini par l’emporter.

Rolling Iyeti aurait pu être expulsé pour une faute qu’il n’a pas commise

En sortant un deuxième jaune, puis, donc, le rouge, à l’encontre de Rolling Iyeti pour une faute qu’il n’avait pas commise, avant de se rétracter et d’attribuer ce carton à Loic Ombala sous les ordres de son assistant, l’arbitre de la rencontre a clairement participé à rendre l’atmosphère de cette fin de partie sous haute tension. Celui-ci n’a, d’ailleurs, pas eu à ranger ses cartons bien longtemps puisque, quelques secondes à peine après cet incident, Lyazid Brahimi prenait son second carton et devait quitter le terrain.

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Kriens 2-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Guilherme Afonso a marqué sur le coup de sifflet final

C’est à 10 et dans un climat tendu que, finalement, Azzurri est parvenu à marquer le 2-3. Trop tard, le ballon ayant tout juste franchi la ligne que le coup de sifflet final résonnait déjà. Guilherme Afonso, lui aussi entré en cours de jeu, aurait bien voulu bénéficier de quelques secondes en plus pour doubler la mise et offrir à ses couleurs des prolongations, mais lui et ses coéquipiers venaient de laisser passer leur chance. Et ce n’est pas sur cette fin de match qu’ils peuvent avoir des regrets.

S’appuyer sur ce match pour rebondir en championnat

Une grosse déception pour Antonio D’Attoli? Si ça ne devait pas forcément l’être, disons que la physionomie du match a de quoi laisser quelques regrets au président et à son club: «Avec quelques minutes en plus, je pense qu’on pouvait revenir. Il ne s’en est pas fallu de grand chose et, forcément, on est un peu déçu. Malgré tout, il y a beaucoup de positif à retenir, particulièrement en seconde période où on a réussi à les mettre sous pression en permanence. Il faudra s’appuyer sur ce match pour la suite du championnat. On a prouvé ce qu’on est capable de faire en Coupe, maintenant, il va falloir en faire de même dans notre groupe de 1re ligue».

Un compte-rendu de Florian Vaney

 

Fc Azzurri 90 Ls vs Sc Kriens 2-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Categories: Coupe suisse

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*