«Et vous jouiez à quel poste?»

«Et vous jouiez à quel poste?»

Ils ont entre 5 et 15 ans et ils participent à l’Axpo Football Camp de Crissier cette semaine. Ils sont -forcément- adorables et très disciplinés, bien qu’ils soient plus d’une centaine à s’ébattre sur les terrains de Ruayre. Ce mardi, tous les enfants et pré-ados ont eu droit à une belle surprise de la part de Stefan Huber, organiser du camp: la présence de Stéphane Chapuisat! Pour les plus petits, qui n’avaient pas forcément connaissance des exploits du meilleur joueur vaudois (et suisse?) de l’histoire du football, Stefan Huber a commencé par expliquer qui était le monsieur à côté de lui. Là, d’un coup, en entendant les mots « équipe de Suisse » et « Champions League », les petits ont été un peu subjugués. Oui, l’homme qui se trouvait en face d’eux a bien été titulaire lors d’une victoire en finale de Champions League. C’était il y a 21 ans, mais ça compte.

103 sélections avec la Nati, 106 buts en Bundesliga

Stéphane Chapuisat, ce n’est pas un scoop, a toujours été plus à l’aise sur un terrain de football que face aux journalistes. Alors là, devant 120 gamins, il a évidemment été décontenancé plusieurs fois malgré l’introduction de Stefan Huber, son ancien coéquipier au LS. Après avoir rappelé que « Chappi » pesait 103 sélections en équipe de Suisse, qu’il avait participé à l’Euro, le même que celui qui se joue ces jours mais en 2004, et qu’il avait marqué 106 buts en Bundesliga, l’ancien gardien a passé le micro aux petits. Forcément, on a eu un peu peur pour l’idole de notre jeunesse, mais il s’en est très bien sorti, montrant énormément d’auto-dérision. Du Stéphane Chapuisat comme on l’aime, évitant à la perfection les tacles maladroits.

Bogdan attaque d’entrée

Bien sûr, les enfants ont été adorables, mais Bogdan a posé la première banderille, bien involontairement. La question du jeune homme? « Vous pouvez encore jouer au football à votre âge? », rien que ça. Stefan Huber a explosé de rire et Chappi (47 ans) a réussi son contrôle. « Bon, déjà, je suis toujours dans le football, je travaille pour Young Boys. Et je joue avec les seniors de Malley, on venait souvent jouer ici à Crissier, mais on n’est plus dans le même groupe. Et je joue encore avec les anciens de l’équipe de Suisse, on se voit six fois par année. Il y a dix jours, on a joué contre Morat, une 2e ligue, et j’étais en attaque avec Alex Frei. Ca a été dur, mais on a gagné 8-2 », a rétorqué le buteur. Chappi 1, les enfants 0.

Les fous rires des Stefan Huber

La deuxième banderille est venue de Mattia, un peu plus tard. « Et vous jouiez à quel poste? », a demandé ingénument le jeune homme. Stefan Huber a eu un nouveau fou rire, vite coupé par Chappi. « On t’a dit avant que j’avais marqué 106 buts en Bundesliga. Tu crois que c’est en jouant à quel poste? » Un jeune insolent a lancé: « On ne sait pas, peut-être que vous n’avez marqué que des penalties. » Là, c’est l’ancien buteur de Dortmund qui a souri: « Non, j’en ai aussi marqué quelques-uns dans le jeu! J’étais ailier gauche ou attaquant, pour répondre à ta question ». 2-0 pour Chapuisat.

Le bon conseil pour les gauchers

S’en sont suivies plusieurs questions hélas un peu moins drôles, le temps quand même pour Chappi de rappeler qu’il était gaucher et que, forcément, les gauchers sont les meilleurs joueurs de foot. « On a quelque chose en plus, on est spéciaux, nous, les gauchers », a appuyé l’attaquant, applaudi par environ 15% de l’assemblée à ce moment-là. Il a quand même encouragé les petits à travailler leurs deux pieds. « Moi, je ne l’ai pas assez fait. Entraînez votre pied droit, ne vous contentez pas du gauche, c’est important. Ne faites pas la même erreur que moi, après c’est trop tard! ». On a tellement souri en voyant deux petits gauchers aller se faire des passes du pied droit un peu à l’écart dix minutes après… C’est clair, quand un vainqueur de Champions League dit quelque chose, les juniors D écoutent.

10 sur 10 pour Chappi

Lorsque Stefan Huber a annoncé que le micro allait être confié à un petit pour la dernière question de la matinée, on a senti un peu de soulagement chez son ancien coéquipier. L’ultime interrogation? « Vous roulez en quelle voiture? » Et là, on a vu un grand sourire sur le visage de Chappi. « Je travaille à Young Boys, donc je roule avec le sponsor principal, Honda. » Une publicité gratuite pour son fournisseur devant 120 gamins réceptifs, la terrible épreuve des questions brillamment passée et les retrouvailles avec son ami Stefan Huber: le vainqueur de ce mardi matin s’appelait bien Stéphane Chapuisat. Sans aucune discussion.

Chapuisat-Huber

Categories: Divers

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*