Echallens marque les esprits

Echallens marque les esprits

On s’était, sans doute, enflammé un peu vite sur le FC Echallens Région au printemps dernier. Avec quatre victoires en autant de rencontres en début de second tour, qui les avaient propulsé dans les toutes premières places du classement, et une qualité de jeu assez indéniable, les Challensois avaient, en tout cas, beaucoup fait parler d’eux. «Mais à l’époque, on n’était pas vraiment prêt à batailler tout en haut», concédait Stéphan Cornu, à l’issue de la victoire des siens face à YB M-21, 4-1, samedi après-midi. Pour cause, les Jaunes et Verts étaient redescendus aussi rapidement qu’ils étaient montés, en enchaînant les défaites et en terminant à un 11è rang final. Indigne de leur potentiel? La question ne fait plus aucun sens aujourd’hui. Echallens a tourné la page, s’est employé pour corriger ses défauts durant l’été et s’est bâti un groupe encore bien plus solide. Et, puisque les pensionnaires des Trois-Sapins semblent avoir trouvé une certaine stabilité et partagent la deuxième place avec Yverdon-Sport après plus d’un tiers du championnat, ils risquent encore de faire les gros titres cette saison.

Une fin de tour plutôt avantageuse

D’autant plus qu’avant d’être en vacances, Echallens doit encore affronter, dans l’ordre, Stade-Lausanne-Ouchy, La Sarraz-Eclépens, Naters et Etoile Carouge. Mis à part un périlleux déplacement à Vidy samedi prochain, donc, le calendrier est plutôt propice à une fin de premier tour en boulet de canon. «Mais il faudra me dire s’il y a un match vraiment plus simple qu’un autre dans ce groupe», se méfie le technicien, qui sait bien qu’il ne sera ni évident de manœuvrer La Sarraz à domicile, ni d’aller chercher trois points à Naters.

Yassine El Allaoui devrait s’en remettre

Surtout que les Challensois devront peut-être composer sans leur homme en forme du moment. En obtenant le penalty du 2-0 samedi après-midi (transformé par Hippolyte Réaut, 35e), Yassine El Allaoui est, en effet, resté de longues secondes au sol avant de se relever. Le meilleur buteur de première ligue (12 réalisations) a même terminé la mi-temps, en grimaçant et en se tenant l’épaule, avant de laisser sa place à la pause. «D’après lui, c’est musculaire, ça devrait rapidement guérir. En tout cas, il n’y a rien de sorti», rassurait son entraîneur après coup. Sachant que le grand Yassine a inscrit plus de la moitié des buts de son équipe cette saison (12 sur 22), cela représenterait une perte immense dans l’effectif de Stéphan Cornu.

Baptiste Bersier sait saisir sa chance

Immense, certes, mais pas impossible à combler. La sortie du buteur maison a, en effet, permis à Baptiste Bersier de faire une apparition remarquée à la pointe de l’attaque. Les Young Boys M-21 n’étaient pas dans un grand jour? Peut-être, mais cela n’enlève rien à la performance du FCER et de sa recrue tout droit venue du Stade Payerne. Sans leur pièce maîtresse El Allaoui, les locaux ont continué à attaquer, à se montrer la formation la plus dangereuse sur le terrain et à dominer leur adversaire. Et cela en dit long sur le potentiel de cette équipe et les solutions qui peuvent s’offrir à Stéphan Cornu en cas de coup dur. «Il mériterait, il mériterait tellement!», s’écriait, d’ailleurs, ce dernier depuis son banc, en voyant Baptiste Bersier multiplier les tentatives, vaines, pour alourdir le score. Alors, lorsque l’occasion en or d’inscrire son deuxième but en jaune et vert s’est présentée, le jeune attaquant n’a pas tremblé, mystifiant le dernier rempart adverse en un contre un et faisant exploser son banc, qui avait pourtant quasiment victoire acquise depuis un petit moment déjà (3-0, 78e).

Les Trois-Sapins l’ont déjà adopté

«Vous savez, lançait son coach, ce n’était pas forcément évident pour lui d’arriver ici. Il faisait ce qu’il voulait des défenseurs adverses en 2e ligue inter, il était l’un des joueurs les plus prometteurs de sa catégorie la saison dernière. Puis, il arrive ici, dans un système en 4-2-3-1 où, lorsqu’on possède un joueur comme Yassine El Allaoui, on sait qui on va faire jouer en pointe, et où il ne joue pas. Ça n’a pas été facile! Mais il a su s’inclure dans le groupe et se rapprocher de ses coéquipiers au fur et à mesure. Et, lorsque je peux lui donner sa chance, comme aujourd’hui ou le week-end dernier, il ne réfléchit pas, il donne tout et il la saisit. Je suis très content de lui». Lorsqu’on voit la joie qui a gagné le banc et le public lorsqu’il a fait trembler les filets, on peut déjà presque l’affirmer: les Trois-Sapins ont adopté Baptiste Bersier.

«La saison dernière, c’était une équipe. Cette saison, c’est mon équipe!»

Le Fribourgeois est loin d’être la seule satisfaction de ce début de saison. Le groupe vit bien, les murs des vestiaires, qui ont vibré de longues minutes après le match au rythme des chants de victoire challensois, en sont les premiers témoins. L’effectif semble plus compact que jamais. «La saison dernière, commente Stéphan Cornu, on avait trop de joueurs axiaux. Typiquement, on disposait de quatre défenseurs centraux, c’était beaucoup trop. On a fait les ajustements nécessaires durant l’été. On devait se renforcer sur les côtés, notre principal point faible, c’est pourquoi on a fait appel à Thibaud Chevalley et Ibrahim Djalo. On avait aussi opté pour Fatah Ahamada, qui s’est malheureusement fait les ligaments et qui sera absent toute la saison». Bref, Echallens a amené de la diversité dans son jeu, a cherché à pallier ses défauts plutôt que d’appuyer sur ses qualités, et cela porte ses fruits. «La saison dernière, c’était une équipe. Cette saison, c’est mon équipe», résume celui qui a pris les rênes de la I durant la dernière pause hivernale, il y a bientôt un an.

Echallens a tout pour se joindre à la lutte pour les finales

De quoi légitimement prétendre à faire partie des toutes meilleures équipes de ce groupe et se joindre à la lutte pour les finales? Cela demande confirmation, à commencer par ce déplacement à Vidy le week-end prochain, et on n’oublie pas l’assez large défaite subie aux Trois-Sapins face à Yverdon, il y a un mois (lire ici). Mais en ayant déjà comptabilisé 19 points en dix matches et en ayant réalisé une véritable démonstration face à YB M21, cinquième et une seule unité derrière avant ce match, on se dit qu’Echallens n’a pas moins sa chance qu’un autre. On a déjà tout dit sur son secteur offensif. En plus, Hippolyte Réaut, auteur d’un match énorme samedi, Aurélien Ziegler et Damien Germanier sont toujours aussi forts au milieu et peuvent, désormais, compter sur l’apport de l’excellent Thibaud Chevalley et du vif Ibrahim Djalo sur les côtés. Et comme le bloc défensif s’est montré totalement intransigeant face aux offensives bernoises, Echallens peut croire en ses chances. Steve Samandjeu, d’une malheureuse reprise manquée, a d’ailleurs été le seul à tromper la vigilance de Léo Richard, à nouveau parfait devant les filets.

«Si on m’avait dit qu’on serait 3e après un tiers du championnat, j’aurais signé directement»

Les propos de Stéphan Cornu vont, d’ailleurs, dans le même sens: «Avec cette victoire et ce début de saison, on s’est confirmés à nous-mêmes. On a aussi davantage d’assurance et de confiance en nous. Ça peut paraître bête à dire, mais lorsqu’on voit Yassine partir seul au but, comme sur l’ouverture du score, on sait que ça va finir dedans, ce qui n’était pas forcément le cas avec Alix Bahlouli, que je respecte énormément aussi, l’an dernier. Si on m’avait dit que, après un tiers du championnat, on aurait autant de points qu’Yverdon et qu’on serait troisièmes, j’aurais signé directement. Mais on n’est pas là par hasard, on est bien décidés à se mêler à la lutte avec les meilleures équipes et tenter de tirer notre épingle du jeu. Ce qui est certain, c’est qu’on est très contents d’en être là», concluait le boss d’Echallens avec un sourie de rigueur, celui de l’actuel troisième.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*