Ces arrêts de jeu qui font mal

Ces arrêts de jeu qui font mal

Fabio Celestini avait le regard dans le vague, quelques secondes après le coup de sifflet final de M. Schnyder, samedi. Il était 21h50 et l’arbitre de la rencontre venait de mettre un terme aux débats, après une grosse performance collective du Lausanne-Sport. Les Vaudois sont passés tout près, mais alors vraiment tout près, de ramener trois points du Parc Saint-Jacques. A la 90e, Nicolas Gétaz (capitaine) et ses camarades menaient encore 0-1. Quatre minutes plus tard, ils avaient perdu 2-1.

Marc Janko, l’exterminateur

Lausanne a donc perdu trois points dans les arrêts de jeu ce samedi, face à la furia bâloise du temps supplémentaire. Les Rhénans attaquaient face à la Muttenzerkurve et ils ont su trouver les ressources nécessaires pour aller tromper deux fois Kevin Martin, auteur d’un match parfait. Le jeune gardien lausannois a été bon d’un bout à l’autre, mais il a dû s’incliner à deux reprises, devant Marek Suchy (91e) et devant Marc Janko (93e). Lors du match aller, ce n’était pas lui dans les buts, mais Lausanne avait également encaissé un but dans les arrêts de jeu face au FCB. Le score était alors passé de 1-1 à 1-2 et le calcul est vite fait: si les arbitres avaient à chaque fois sifflé à la 90e, Lausanne aurait quatre points de plus et le FCB cinq de moins. Des chiffres qui font mal. Mais Bâle n’a rien volé: les Rhénans terminent la rencontre avec un différentiel de 25 tirs à 7. Surtout, ils n’ont jamais rien lâché, allant vraiment chercher la victoire: le défenseur central Marek Suchy a fini avant-centre, aux côtés d’Andraz Sporar et de Marc Janko, avec Renato Steffen et Mohamed Elyounoussi sur les ailes!

Gabriel Torres a eu la balle du 0-2 à la 58e

Lausanne a donc cédé, mais bien sûr, il y a des satisfactions à tirer de ce match de samedi. Devant plus de 25’000 spectateurs, Lausanne a livré un match admirable et aurait pu mener 0-2 à l’heure de jeu, si Gabriel Torres avait remporté son duel face à Tomas Vaclik. Hélas, c’est le portier tchèque qui a remporté ce face à face et Lausanne a dû se contenter de son but d’avance en abordant la fin de match. C’était trop peu, on l’a dit, et le Panaméen peut avoir des regrets: s’il avait marqué, le match aurait sûrement été complètement différent.

Encore un but splendide pour Francesco Margiotta

Car avant cette immense occasion, Lausanne avait pris l’avantage grâce à un but splendide de Francesco Margiotta. L’Italien a profité d’une interception manquée du meilleur défenseur du championnat, Marek Suchy, pour s’en aller défier Vaclik. Après une série de passements de jambes, sa frappe en lucarne était splendide et Bâle doit se dire que le garçon a un sacré talent, lui qui avait déjà inscrit un but magnifique à l’aller. On jouait la 42e et Lausanne était passé devant.

Quatrième défaite de rang pour le LS

Disposés en 3-4-3, les Vaudois (privés de Jérémy Manière et Olivier Custodio, suspendus, ainsi que de Musa Araz, raisons privées), ont livré un match admirable, plein d’audace, mais ils ont été punis par la fin de match puissante des Bâlois. Surtout, le LS concède sa quatrième défaite de rang, après Thoune, Sion et Lucerne. Clairement, Lausanne est dans une mauvaise passe comptable alors qu’arrive la pause des équipes nationales.

Il ne faudra pas perdre à Saint-Gall

Fabio Celestini va devoir trouver les bons mots, car après, c’est un déplacement à Saint-Gall qui attend les Vaudois, lesquels n’ont plus aujourd’hui que six points d’avance sur la dernière place avant les matches de dimanche. Il ne faudrait pas regarder vers le bas? La qualité de jeu lausannoise devrait empêcher ce réflexe, c’est vrai. Mais quand on perd quatre matches de suite, c’est la seule direction vers laquelle se tourne le regard. C’est cruel, mais c’est la loi du football. Comme celle qui dit qu’un match n’est pas gagné avant les arrêts de jeu. Surtout face au FC Bâle, ajouteront les Lausannois…

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*