Ça, c’est l’esprit de la Coupe!

Ça, c’est l’esprit de la Coupe!

Christian Panchaud, le sympathique président du FC Bottens (3e ligue), aurait pu s’accorder une soirée tranquille à la maison et donner congé aux joueurs de sa première équipe ce mardi. La raison en est simple: son équipe menait 2-3 lors du tour préliminaire de la Coupe vaudoise mardi dernier à Froideville (4e ligue) lorsqu’une panne d’électricité a touché tout le Gros-de-Vaud et forcé le match à s’interrompre à la 70e environ. Cinq matches ont été interrompus ce soir-là. Quatre ont été classés sans suite vu l’écart de plusieurs buts entre les équipes (lire ici). Restait le cas de ce Froideville-Bottens, de loin le plus sensible, puisqu’il n’y avait qu’un but d’écart entre les deux équipes.

Vincent Rey, président du FCF, a alors dit à Christian Panchaud que tout le monde pouvait en rester là, que son équipe acceptait l’élimination, même s’il n’y avait qu’un but d’écart. Bottens était en tête lorsque la panne est survenue et, de toute façon, avait bien plus de chances de poursuivre l’aventure dans le tableau de la Coupe Vaudoise, l’affaire était classée, Froideville éliminé. Mais le président du FC Bottens n’a… pas accepté le cadeau!

«Il ne voulait même pas rejouer ce match! Vous y croyez, vous? Non, non, on en était à 2-3, il restait du temps, il n’y avait aucune raison qu’on en reste là, même si on gagnait», a dit fermement le président du FC Bottens. Match à rejouer, donc! Tout ce beau monde était donc réuni au Terrain Communal ce mardi soir, Bottens ayant proposé l’inversion et pris à sa charge les frais d’arbitrage. Fair-play jusqu’au bout.

«Vous êtes sûr qu’on les allume? On prend un risque…»

N’importe qui ne l’aurait pas fait, et le geste du président du FC Bottens est d’autant plus à saluer ici. S’il a mis la qualification de son club au premier tour de la Coupe Vaudoise en péril? Peut-être, puisque, comme à l’aller, Froideville s’est bien défendu, compliquant la vie des locaux qui ont dû attendre le début de la seconde période pour réellement faire la différence. Mais est-ce que cela ne valait pas la bonne demi-douzaine de blagues du plus bel effet lancée sur la fiabilité des projecteurs du Terrain Communal entre les deux bancs, avant le début de la rencontre (« Vous êtes sûr qu’on les allume? On prend un risque… »)?

On ne se risquera pas à répondre, mais c’est la preuve, en tout cas, que les deux formations s’apprécient (la partie a été plus que correcte) et que, puisque Bottens s’est imposé 5-1, Christian Panchaud n’a perdu ni sa soirée, ni son pari. Il a peut-être même gagné un peu de reconnaissance pour ce geste de toute grande classe.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Categories: Coupe vaudoise

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*