Bavois va peut-être le regretter plus tard

Bavois va peut-être le regretter plus tard

Les défenseurs de 1re ligue le savent bien: il n’est pas conseillé de laisser Pedro De Melo seul face au but. Samedi, à Bavois, le très bon avant-centre neuchâtelois s’est présenté deux fois face à Marco Grosso. Sur sa première occasion, à la 48e, il a trop enlevé sa reprise de volée. Sur la seconde, à la 74e, il a trompé le gardien bavoisan d’une frappe croisée parfaite, dans le petit filet. Et le FC La Chaux-de-Fonds, grâce à son chasseur de buts, est venu chercher un très bon point dans le Nord vaudois. Clairement, les Neuchâtelois s’en sortent bien, car Bavois a été très convaincant dans ce choc au sommet, notamment en première période.

Ils auraient mérité la victoire, les Bavoisans? Oui et non. Oui, car ils ont intégralement dominé les 45 premières minutes, étant mal payés avec un seul but d’avance. Et non, car ils ont trop reculé après la pause, permettant à La Chaux-de-Fonds de revenir dans le match et d’aller chercher un point.

L’entame de match parfaite du FC Bavois

Les Bavoisans le regretteront-ils plus tard? Franchement, on ne l’espère pas et ce n’est de toute façon pas aujourd’hui, en mars, que se joue la course aux finales. Les comptes se feront au mois de mai, pas avant, et la situation promet d’être tellement serrée que, peut-être, un point aujourd’hui est bon à prendre dans ce choc entre co-leaders. Mais cela, évidemment, ce n’est pas aujourd’hui qu’on le saura. Reste qu’aujourd’hui, le FC Bavois avait sans doute mieux à faire que de repartir avec ce point, vu la qualité de sa première période, même face à un adversaire aussi redoutable que La Chaux-de-Fonds. Sur un terrain forcément loin d’être magnifique, et avec un vent que l’on qualifiera de soutenu pour être poli, les Bavoisans ont réalisé une entame de match parfaite, pressant haut un adversaire qui ne s’attendait pas à ça.

Aziz Demiri, tout seul sur un corner, ouvre la marque

C’est d’ailleurs très logiquement qu’Aziz Demiri a pu ouvrir le score à la 5e, reprenant parfaitement un corner venu du pied gauche magique de Marco Malgioglio. Absolument tout seul à six mètres du but d’Alexandre Martinovic, qui aurait dû sortir, le milieu de terrain du FCB a pu ouvrir le score et parfaitement lancer Bavois dans ce match au somment. Alors, La Chaux-de-Fonds, révolté par cette ouverture du score rapide? Pas du tout! La première période a été entièrement nord-vaudoise, les trois attaquants de Bavois mettant une pression considérable sur une défense neuchâteloise dépassée. Micael Martins et Dren Basha étant blessés, c’est à Omar Bellagra qu’a été confiée l’animation du couloir droit, Bourama Ouattara étant à gauche et le nouveau venu Qendrim Makshana occupant le poste d’avant-centre dans le 4-3-3 habituel de Bekim Uka.

La Chaux-de-Fonds n’a rien compris en première mi-temps

Bavois jouait haut, récupérait énormément de ballons et se créait plusieurs situations nettes, sans parvenir à inscrire le deuxième but, qui, peut-être, aurait fait toute la différence. La Chaux-de-Fonds, que l’on avait trouvé si convaincant en début de match face à Stade-Lausanne il y a une semaine? Dépassé par la vitesse adverse et dominé dans tous les secteurs de jeu. Même le si fin Johnny Slykowicz, véritable artiste du ballon, se mettait à effectuer des contrôles du tibia, preuve que rien n’allait du côté des visiteurs. Vraiment, les Neuchâtelois s’en tiraient bien en rentrant aux vestiaires en étant menés d’un but seulement.

Bavois recule après la pause

Tout a changé dès le retour au jeu, avec un FCB qui a reculé, sans que ce soient vraiment les consignes. De là viennent les regrets, car en continuant sur le rythme de la première période, La Chaux-de-Fonds, c’est sûr, aurait explosé. Bavois n’en a été pas capable et ce n’est pas vraiment étonnant au sortir de l’hiver, disons-le clairement. Effectuer nonante minutes au niveau qui était le leur en première période, voilà qui aurait tenu de la magie pour les hommes de Bekim Uka, lesquels ont laissé leur adversaire revenir petit à petit dans le match, jusqu’à égaliser à un quart d’heure de la fin. Dommage, car en contre, juste avant, Bourama Ouattara et Qendrim Makshana s’étaient créés quelques occasions de planter le deuxième.

Cela n’a pas été le cas et le FCB s’est fait punir par le froid réalisme de Pedro De Melo, attaquant d’exception. Marco Grosso a touché ce ballon du bout des doigts, mais le tir du numéro 9 chaux-de-fonnier était tout simplement parfait. Le grand geste d’un grand joueur.

A noter que Bavois dispose toujours de ses deux gardiens, comme au premier tour. Christopher Meylan, titulaire à l’automne 2015, s’est blessé durant la préparation, mais a recommencé les entraînements cette semaine et est opérationnel. Bekim Uka va donc de nouveau devoir trancher.

L’erreur incompréhensible de M. Hänggi

La Chaux-de-Fonds, on le répète, s’en tire bien avec ce point et leur attitude en fin de match le prouve. Alors que Bavois s’est retrouvé à dix à la suite de l’expulsion de Nicola Zari à la 84e, les Neuchâtelois n’ont absolument pas cherché à en profiter, gérant la fin de partie.

Ils s’en sont d’ailleurs également très bien tiré sur l’expulsion du capitaine bavoisan, puisque M. Fabian Hänggi s’est absolument emmêlé dans ses cartons. On résume l’action de la 84e? Le numéro 20 de La Chaux-de-Fonds, Saif El Ech, fait une grosse faute sur Sébastien Le Neün. L’arbitre, sur les conseils de son assistant, avertit alors… Rémi Bonnet, qui se trouvait à peu près à 50 mètres de l’action. Déjà, on peine à comprendre comment un arbitre peut avertir un défenseur central pour une faute commise par un attaquant de l’autre côté du terrain, mais admettons… Le problème, c’est qu’El Ech aurait clairement dû être expulsé, lui qui avait déjà eu un carton jaune auparavant. Alors, Nicola Zari, le capitaine bavoisan, est allé expliquer son fait à M. Hänggi, lui faisant clairement comprendre qu’il s’était trompé. Incapable de reconnaître son erreur, l’arbitre a averti Zari avant de l’expulser pour contestation! Une scène hallucinante, qui a valu à Bavois de finir la rencontre à 10 contre 11 plutôt qu’à 11 contre 10 et qui vaudra un match de suspension à Zari. Difficile de faire plus injuste.

La Chaux-de-Fonds content avec ce point

La Chaux-de-Fonds n’a cependant pas pu, ou même voulu, en profiter, les Neuchâtelois se montrant tout heureux de remonter dans le bus avec ce très bon point. Bonne idée ou pas? De nouveau, tout le monde fera les comptes au mois de mai. D’ici-là, il reste onze matches pour faire la différence. Une chose est cependant d’ores et déjà sûre: en faisant le choix de la stabilité, comme souvent, le FC Bavois a gagné du temps en ce début d’année. Pas question de se roder ou d’apprendre à se connaître, les automatismes sont là et c’est bien normal vu le peu de mouvements enregistrés cet hiver. Vu la première mi-temps effectuée par Nicola Zari et ses coéquipiers, il ne fait aucun doute qu’ils font partie des candidats crédibles à une place de finaliste. Seul nouveau venu, Qendrim Makshana a déjà trouvé ses marques, lui qui est à créditer d’un bon match à la point de l’attaque. Très volontaire, accrocheur, il a montré de belles qualités techniques. Il ne lui a manqué qu’une chose: marquer. Mais vu ses efforts et vu sa complicité, déjà réelle, avec ses coéquipiers, cela ne devrait pas trop tarder.

Les hommes du match

Muamer Zeneli a été le meilleur bavoisan sur le terrain, ayant effectué deux mi-temps de très haut niveau. A l’heure où le Lausanne-Sport est en train de recréer un projet vaudois, que l’on salue à longueur de semaine, peut-être que ses dirigeants feraient bien de venir regarder une fois ou deux le latéral gauche du FCB. Formé à Team Vaud, il en parti après les M21, ne réussissant pas le grand saut vers l’équipe-phare. C’était à une période où il était moins facile de convaincre les décideurs, peut-être, et on pense sincèrement que le LS actuel ne perdrait rien à venir superviser quelques fois son ancien junior. Samedi, il a tout fait juste, défendant parfaitement et apportant des impulsions offensives plus qu’intéressantes avec sa puissance et la qualité de son pied gauche. Il a d’ailleurs failli marquer le but de l’année, d’un lob incroyable (et chanceux) du milieu de terrain, qui a été dévié en corner avec grand peine par Alexandre Martinovic (64e). Zeneli, qui avait déjà marqué d’un lob à l’aller, a donc failli récidiver de manière très spectaculaire. Sébastien Le Neün mérite également une mention pour sa deuxième période. Avant la pause, quand Bavois dominait, il n’est pas sorti du lot et a même effectué quelques relances absolument affreuses directement en touche. Par contre, du moment que son équipe avait reculé et que sa défense se retrouvait sous pression, il a été énorme. Il a gagné absolument tous ses duels, a mis des taquets à tout ce qui présentait devant lui. En un mot? Impérial. Enfin, on a bien aimé le match de Nicola Zari, très combatif et toujours très juste dans ses choix. L’intelligence footballistique à son paroxysme.

Les prochains rendez-vous

Bavois se déplace au Birchhölzli samedi prochain, à 17h, pour y affronter le SC Guin.

FC Bavois – FC La Chaux-de-Fonds 1-1 (1-o)

Buts: 5e Demiri 1-0; 74e De Melo 1-1.

Arbitres: M. Fabian Hänggi, assisté de M. Manuel Hermann et de M. Christian Loureiro.

Bavois: Grosso; Monteiro, Le Neün, Bentayeb, Zeneli; Zari, Demiri (81e Pitronaci), Malgioglio (69e Bovay); Bellagra (65e Hill), Makshana, Ouattara.

Entraîneur: Bekim Uka.

La Chaux-de-Fonds: Martinovic; Vuille, Prétot, Bonnet, Tournoux; Grossenbacher, Coelho, Slykowicz (58e El Ech), Lo Vacco (69e Tosato); Wüthrich, De Melo.

Entraîneur: Christophe Caschili.

Terrain des Peupliers. 84e, expulsion de Nicola Zari (contestation, deuxième avertissement).

Categories: 1re ligue, FC Bavois

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*