Bavois va devoir être solide et solidaire

Bavois va devoir être solide et solidaire

C’est l’heure des braves! Les finales ne mentent jamais, elles récompensent seulement les forts. Et il faudra être très fort, au moins, pour battre ce FC Münsingen mercredi, car telle est la mission qui attend les Bavoisans. Muamer Zeneli et Micael Martins (photo) le savent: la tâche qui les attend est compliquée, car les Bernois ont remporté le groupe 2 et ne cachent pas une certaine ambition dans ces finales. Avec quatre défaites en vingt-six matches de championnat, Münsingen a raté de peu le titre de champion suisse de 1re ligue, lequel est revenu à Stade-Lausanne-Ouchy, mais cela n’enlève rien aux qualités du club bernois.

Le canton de Vaud en a déjà eu un aperçu, d’ailleurs, lorsque le FCM est venu s’imposer à Apples en 32e de finales de la Coupe de Suisse, au mois d’août (lire ici). Les hommes de Kurt Feuz (en poste depuis 32 ans!) se sont imposés 1-3 face à Pied du Jura (2e ligue) et, ironie de l’histoire, le but des locaux a été marqué par Samy Laubscher, ancien joueur du FC Bavois. Bien sûr, ces deux matches sont incomparables, mais quand même, on ne pouvait pas manquer de relever qu’il s’agira du deuxième voyage des Bernois en terres vaudoises depuis le début de la saison.

Les forces du FCM cette saison? Incontestablement son duo d’attaque composé de Sandro Christen (9 buts) et de Patric Gasser (14 buts), sans oublier le petit ailier Luca Lavorato (12 réalisations). Voilà pour les trois meilleurs buteurs des Bernois, qui forment globalement un collectif très soudé, se connaissant très bien. Ça tombe bien, cet atout est aussi celui du FC Bavois, une équipe qui s’est gentiment construite depuis plusieurs années. La preuve? Parmi les titulaires, seuls le défenseur central Sébastien Le Neün et l’attaquant de pointe Qendrim Makshana n’étaient pas là la saison dernière. Bavois a des individualités, c’est vrai, mais a fait la différence cette année grâce à sa stabilité et la force de son collectif, tout comme Stade-Lausanne-Ouchy et… à l’exact inverse d’Azzurri 90 et d’Yverdon Sport, par exemple. De plus, le FCB possède des joueurs d’expérience, ayant l’habitude des finales et des matches-couperets. Aziz Demiri et Micael Martins ont gagné les finales de 1re ligue avec Le Mont en 2013, tandis que Marco Malgioglio, Nicola Zari, Hicham Bentayeb et Sébastien Le Neün en ont disputé bien d’autres, sans oublier la grande expérience du gardien Marco Grosso.

Alors, Bavois peut-il le faire? On a envie de répondre oui, bien sûr, car on croit en ces joueurs et on connaît leur qualité individuelle, mais les finales comportent tellement d’inconnues qu’il est difficile d’effectuer une comparaison avec ce FC Münsingen. Ce qui est sûr, c’est que les Bavoisans devront être solides et solidaires, deux qualités qu’ils possèdent naturellement, serait-on tenté d’écrire. Réponse mercredi dès 20h dans un Stade des Peupliers que tout le monde espère bien fréquenté pour pousser les siens à l’exploit.

 

Premier tour

Mercredi 1er juin

United Zurich – Stade-Lausanne-Ouchy

Bavois – Münsingen (20h)

Delémont – Baden

Grasshopper II – La Chaux-de-Fonds

Samedi 4 et dimanche 5 juin

Stade-Lausanne-Ouchy – United Zurich (samedi à 17h)

Münsingen – Bavois (dimanche à 14h30)

Baden – Delémont

La Chaux-de-Fonds – Grasshopper II

Deuxième tour

Mercredi 8 juin

Bavois ou Münsingen – Delémont ou Baden

Grasshopper II ou La Chaux-de-Fonds – United Zürich ou Stade-Lausanne-Ouchy

Samedi 11 juin

Delémont ou Baden – Bavois ou Münsingen

United Zürich ou Stade-Lausanne-Ouchy – Grasshopper II ou La-Chaux-de-Fonds

Match de barrage

Jeudi 16 juin

Match de barrage entre les deux perdants des finales. Le vainqueur sera promu en Promotion League.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*