Bavois, quel exploit!

Bavois, quel exploit!

 

Ils sont incroyables! Avant ces finales de 1re ligue, tout le monde, nous y compris, attendait plutôt Stade-Lausanne-Ouchy, vainqueur souverain du groupe 1. Bavois? On espérait, bien sûr, mais le SLO semblait tellement plus solide, tellement plus serein et sûr de son jeu. Mais voilà, on oubliait une composante essentielle, que Bekim Uka tout d’abord (lire ici), et Marco Grosso ensuite (lire ici) avaient pourtant bien pris soin de nous expliquer: pour gagner des finales, il fallait une part de folie. Qui misait sur Bavois après le 1-2 de l’aller? Eux-mêmes, et c’était largement suffisant! Ils nous avaient prévenus, les Bavoisans, qu’ils allaient venir gagner à Münsingen (premier du groupe 2) même après avoir perdu le match aller sans avoir d’occasions. Et ils l’ont fait. Bravo messieurs.

Devant 900 spectateurs, dont Roman Bürki, le gardien de l’équipe de Suisse, les Bavoisans ont livré le match parfait. Ils avaient été trop timides à Bavois mercredi? Ils ont mis le feu d’entrée ce dimanche, ne se montrant absolument pas intimidés par l’enjeu, ni par l’absence de Marco Malgioglio (raisons privées). Bavois, ce groupe à l’ambiance impeccable, cette équipe de fous, a pris l’ascendant sur une équipe de Münsingen qui ne s’attendait pas forcément à prendre un tel ouragan en pleine face. Forcément, mercredi, les Bernois avaient vu une facette des Vaudois (lire ici), celles qu’ils ont montré quelques fois cette saison, à savoir le manque de tranchant offensif.

Et puis, Bavois, sans pression, a mis le feu au terrain ce dimanche. Boubou Ouattara en première période, Micael Martins et Aziz Demiri en seconde, ont marqué les trois buts de la victoire et de la qualification pour le deuxième tour des finales. L’adversaire? Ce sera le FC Baden, qui a sorti Delémont samedi (2-1 après prolongations), avec l’aller ce mercredi à 20h et le retour ce samedi à 18h. Et la saison pourrait encore se prolonger, puisque Bavois, en cas de défaite, jouerait alors ce fameux match de barrage sur terrain neutre le jeudi 16 juin… Oui, le FCB a encore de très belles émotions à nous faire vivre. Quelques minutes après le match, tout à sa joie, le milieu de terrain Aziz Demiri a pris le temps de s’arrêter vers Footvaud.ch, afin de partager ses impressions sur ce dimanche de folie.

Aziz, tout d’abord, parlez-nous de votre but, le troisième de Bavois, qui a définitivement enterré les espoirs de Münsingen…

C’est leur capitaine qui était au marquage sur moi. Il m’a violemment pincé le torse. Je me suis débattu pour me dégager et cela l’a déséquilibré. Du coup, je me suis trouvé en bonne position pour propulser de la tête, le centre de Qendrim Makshana. Mais bon tous les buts étaient importants, pas seulement le mien!

Comment avez-vous abordé ce match retour après la frustrante défaite de mercredi?

On savait qu’il y avait quelque chose à faire contre un adversaire dont on connaissait désormais la façon de jouer. Chez nous, on avait manqué de précision, cela n’a pas été le cas aujourd’hui. Au match aller, on a constaté qu’on avait de la place, que Münsingen évoluait en bloc mais nous laissait jouer. On a su en profiter.

Le couteau sous la gorge, vous avez néanmoins réussi une prestation particulièrement aboutie. Vous avez été solides défensivement et très entreprenants offensivement. Franchement cette victoire est absolument méritée…

Oui, on a réussi à sortir de nos schémas de l’aller où nous avions sans doute proposé un jeu trop stéréotypé. Nous nous sommes créé davantage d’occasions. Honnêtement si on avait marqué deux ou trois buts de plus, personne n’aurait crié au scandale. Maintenant place aux deux matches contre Baden. On a clairement l’équipe pour être promus, il faut aller au bout maintenant!

FC Münsingen – FC Bavois 0-3 (0-1)

Buts: 28e Ouattara 0-1; 52e Martins 0-2; 54e Demiri 0-3.

Münsingen: Müller; Strahm (73e Rothen), Suter, Dreier, Funaro (73e Erzinger); Christen, Selmani (62e Plüss), Aegerter, Lavorato; Gasser, Mumenthaler.

Entraîneur: Kurt Feuz.

Bavois: Grosso; Kurtic, Bentayeb, Le Neün, Zeneli; Bovay, Demiri (84e Njohole); Martins, Pitronaci (69e Zari), Ouattara (78e Selpi); Makshana.

Entraîneur: Bekim Uka.

Sportplatz Sandreutenen. 900 spectateurs. 79e, but de Nicola Zari annulé pour hors-jeu. 80e, Sandro Christen tire un penalty sur le poteau.

Roman Bürki
Roman Bürki, tout à droite, est venu encourager son FC Münsingen avant de partir à Montpellier ce lundi.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*