Attention, le FC Crans est d’attaque

Attention, le FC Crans est d’attaque

Bien sûr, la deuxième place du FC Crans est trompeuse. Les Corbeaux, grâce à leur victoire mercredi à Pampigny (0-4), ont un match d’avance sur tout le monde en haut du classement. Mais quand même: en cinq parties cette saison, Crans a plus de points que lors de tout le premier tour de la saison dernière! « Je ne sais même plus combien on en avait. Je ne veux plus le savoir, j’ai perdu la mémoire », a commencé par sourire le phénomène Joao Gageiro lorsqu’on a évoqué le sujet avec lui. Crans, on a vérifié, était sous la barre à Noël avec 8 points et a terminé le championnat avec 26 unités. Là, après cinq journées, le FCC a déjà neuf points. Et surtout, Oussama Talal et ses copains sont vraiment impressionnants offensivement.

Crans était au dessus, tout simplement

Mercredi, face à un FC Pied du Jura un peu inquiétant, les Corbeaux ont été la meilleure équipe sur la pelouse dès le coup d’envoi. Oussama Talal a marqué à la 3e, en profitant d’une perte de balle d’Allan Späni, et Crans n’a plus jamais regardé derrière lui, menant 0-2 à la pause grâce à une réussite du très jeune Jonathan Alvarez, l’une des fiertés de Joao Gageiro. Pied du Jura était là, bien sûr, avait envie de bien faire, mais Crans était tout simplement un niveau en dessus. Et comme derrière, Alfonso Storti était attentif et efficace lorsque le besoin s’est fait sentir, Crans menait au score. Pied du Jura a eu des occasions, il faut le dire, avec notamment cette reprise de Michaël Matthey au dessus des buts, mais Crans méritait son avance.

Pied du Jura va devoir se ressaisir

Celle-ci s’est d’ailleurs accentuée en toute fin de match avec le 0-3 de François Assila et la 0-4 de Marco Cardello, remplaçant de luxe (« Il a 33 ans, je dois le reposer un peu, le vieux », s’est marré son coach). Là, clairement, c’était un brin trop sévère pour Pied du Jura, surtout qu’à notre avis, les hommes de Johann Späni auraient pu bénéficier d’un penalty à la 70e, pour un tirage de maillot qui nous semblait bien réel. L’arbitre en a décidé autrement, c’est son droit, et Pied du Jura ne peut pas se réfugier derrière ce fait de jeu pour justifier une défaite 0-4 sur sa pelouse face à une équipe a priori à sa portée. Il est évidemment trop tôt pour écrire de grandes phrases définitives et on se gardera bien de tout jugement, mais Pied du Jura va devoir se ressaisir assez vite. Si la défaite 5-1 à Venoge est largement imputable au déroulement du match (lire ici), celle de mercredi mérite un peu d’auto-critique, sans doute. Le repas de soutien du club sera l’occasion de se dire les choses dans un autre contexte et de repartir du bon pied la semaine prochaine à l’entraînement. Avec une victoire, un nul et trois défaites, le début de saison n’est pas celui espéré, mais il reste largement assez de temps pour regarder vers le haut.

Oussama Talal, cinq buts en cinq matches et une classe folle

Le FC Crans, de son côté, a réussi le joli exploit de marquer 16 buts en 5 matches, ce qui est une très jolie moyenne en 2e ligue. Un homme y est pour quelque chose: le formidable Oussama Talal, footballeur élégant et efficace. Mercredi, c’est lui qui a frappé en premier et, surtout, il a joué avec sa classe habituelle, conservant le ballon comme s’il était collé à son pied et accélérant constamment le jeu. On ne trahit pas un secret si on conseille aux futurs adversaires du FC Crans de surveiller de près le numéro 9 des Corbeaux. En l’annihilant, le plus dur est fait, même si, évidemment, ses coéquipiers ont tous des qualités. Lui en a un peu plus que les autres en 2e ligue, c’est tout. La preuve? Il a marqué cinq fois lors des cinq premières journées.

Progresser encore, voilà l’objectif du FC Crans

Alors, forcément, en additionnant tout ça et en regardant le classement, et en apercevant le FC Crans à la deuxième place, on a envie de parler de finales, comme ça, spontanément. Du coup, on a posé la question à Joao Gageiro: son équipe peut-elle viser aussi haut dans ce groupe 1 qui semble assez ouvert? Et on n’a pas été déçu par sa réaction. « Comment ça? Si on va jouer les finales? Attendez, venez avec moi, on va se mettre un peu à l’écart, comme ça je pourrai vous mettre une immense claque sans qu’il y ait de témoin! », a-t-il lâché avant de rigoler, même si on pense qu’il était quand même un peu sérieux en nous disant ça. « Non, je ne pourrais jamais vous frapper. En tout cas pas tant que vous n’écrivez pas des choses comme ça. On va faire un joli championnat et continuer à progresser, c’est tout. » Et c’est déjà pas mal.

Categories: 2e ligue