Après le temps orageux, le soleil réapparaîtrait-t-il sur les hauteurs lausannoises?

Après le temps orageux, le soleil réapparaîtrait-t-il sur les hauteurs lausannoises?

Lausanne, Yverdon, Nyon, les principales villes du canton de Vaud, ont connu bien des remous au niveau de leur club après avoir tutoyé les sommets de Super League ou de Challenge League. En football amateur, il est évidemment (et malheureusement) normal de connaître des pépins d’ordre financier, sportifs, ou encore administratifs. Vénérable club des hauts de Lausanne, le FC Epalinges ne fait pas exception. Actuellement, les soucis sont plus sportifs qu’extra-sportifs. D’ailleurs, ces derniers appartiennent dorénavant au passé et ne plus en parler ne peut que soulager notre ouïe.

Le problème actuel se situe au niveau de la première équipe. Elle vient officiellement d’être reléguée en 4e ligue. Deux relégations en deux saisons. Ça fait mal. Président des Palinzards, Karim Bouzourène est évidemment déçu. « C’est un échec pour nous. La première descente était inévitable. La seconde n’aurait pas dû avoir lieu. Pourtant, en début de saison, nous avions effectué un bon recrutement numérique. Par contre, au fil du championnat, la motivation des joueurs s’est estompée. L’ambiance n’était pas au top et la condition physique laissait à désirer. » Ces raisons ont emmené l’équipe au fin fond du classement dès la fin du premier tour. Dommage que le comité n’ait pas réagi plus tôt et attendu mi-avril afin de remplacer l’entraîneur en place.

« Nous avons fait des erreurs »

Mais une double relégation ne peut pas être uniquement imputée à l’aspect sportif. « Depuis que le nouveau comité a repris le club en octobre 2015, nous avons fait des erreurs, poursuit l’homme fort d’Epalinges. Il nous manquait de l’expérience. On ne se rendait pas compte du travail important que représentait cette tâche. Ni des responsabilités. Après deux ans de service, nous avons glané de l’expérience et l’on espère repartir sur des bases saines. »

Des fondations plus solides envisagées ? « Depuis mi-avril, nous avons nommé un duo de jeunes entraîneurs motivés : Rade Milicevic et Gonçalo Dos Santos Marques. Il fallait un déclic pour l’équipe. Mais le plus important était de déjà penser à la saison suivante. » Dès l’intronisation des deux techniciens, le bilan en six rencontres est d’une victoire, deux nuls et trois défaites. Au vu des résultats précédents, il y a un léger mieux. Surtout, cela a permis de rassurer sur l’état d’esprit. En effet, Epalinges a récolté ces points sur les derniers matches alors que le maintien n’était déjà plus possible.

Objectif ? Promotion en 3e ligue

Quant à la saison prochaine, des renforts sont en ligne de mire. Les signatures devraient être officialisées sous peu. Rade Milicevic, co-entraîneur de la une, le confirme. « Nous devrions avoir, au moins, deux joueurs qui arrivent des ligues supérieures. Je ne peux pas encore me prononcer. Par contre, je peux déjà dire que nous conserverons le noyau dur la saison prochaine. Nous recherchons encore un gardien. Finalement, l’objectif final est d’augmenter la qualité plus que la quantité. »

En parlant de reconstruction, il ne faut jamais négliger les juniors. Apparemment, les Palinzards ne les ont pas oubliés. En effet, un travail de fond a été effectué afin de dynamiser la pyramide. Un système logique de progression a évidemment été mis en place. De plus, avec une deuxième également en 4e ligue (à appeler IB tout bientôt), il est facile de pouvoir intégrer des jeunes aux équipes actives. Cependant, avec l’équipe fanion dorénavant en avant-dernière ligue, il est difficile d’attirer des jeunes talentueux. C’est pourquoi l’objectif 2017-2018 du FC Epalinges IA est évidemment la promotion en 3e ligue ! Une montée qui pourrait enfin ramener le soleil du côté du stade de la Croix-Blanche.

Article rédigé par Jeremy Damon

Categories: 4e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*