Le Mont ne ramène toujours rien du Brügglifeld

Le Mont ne ramène toujours rien du Brügglifeld

S’il y a un stade où l’on aime se rendre comme spectateur, c’est bien celui-ci. Le FC Aarau dispose encore d’une jolie petite enceinte, à l’ancienne, où le public sait mettre une petite pression sur l’adversaire. Le kop se trouve à hauteur de la ligne médiane, face à la tribune principale, et le public vient toujours en nombre dans son Brügglifeld. Hier, ils étaient plus de 3500 à assister au match entre le FCA et le FC Le Mont, preuve que le football est bel et bien vivant dans la capitale argovienne. Si on avoue volontiers aimer se rendre à Aarau, ce n’est de loin pas le cas du FC Le Mont. Xavier Hochstrasser et ses coéquipiers s’y sont rendus trois fois ces trois derniers mois. Le bilan? Deux défaites en championnat et une en Coupe de Suisse. Le Brügglifeld, univers impitoyable.

Claude Gross: « Le plus important, c’était de se rassurer »

Bien sûr, on était un peu inquiet pour le FC Le Mont en arrivant à Aarau ce dimanche. Le souvenir de la première période face à Bienne (1-4, pour les plus courageux, lire notre compte-rendu ici) était encore bien présent dans notre mémoire et on redoutait de trouver un FC Le Mont aussi catastrophique. Disons-le tout de suite, cela n’a de loin pas été le cas. Très solides, très disciplinés et concentrés, les Vaudois ont livré une bonne prestation hier au Brügglifeld. Elle n’a pas été suffisante pour gagner, ni même pour prendre un point, mais, en un sens, elle est rassurante. Claude Gross, en tout cas, était d’accord avec ce constat: « Bien sûr qu’on aurait aimé ramener quelque chose, mais le plus important, c’était de se rassurer, de montrer qu’il y avait eu une réaction par rapport au match de la semaine dernière. »

Trois gros matches à l’extérieur pour débuter 2016

De ce point de vue-là, l’opération est réussie. Non, le FC Le Mont n’est pas en crise. Le club vaudois est en panne de résultats, d’accord, et le bilan de 0 points en quatre parties en 2016 ne peut pas être qualifié de satisfaisant. « Je rappelle juste que, mis à part la défaite contre Bienne, on a joué à Lausanne, Wil et Aarau, c’est-à-dire trois fois à l’extérieur face à de bonnes équipes », tempère Claude Gross, à raison. Mais, de nouveau, ce qui rassure le coach montain, c’est que, malgré ce bilan comptable insuffisant, son équipe n’a pas lâché. « J’ai vu une équipe dans l’esprit aujourd’hui, qui a été solide, disciplinée et s’est bien battue. Oui, les gars ont répondu présent », s’est réjoui l’entraineur du Mont.

Le Mont s’est rassuré défensivement, mais offensivement, c’est plus compliqué

Il est vrai que personne n’a lâché dimanche au Brügglifeld. Le Mont s’est incliné sur un coup de pied arrêté et une tête du défenseur central Stéphane Besle, mais le match a été très équilibré. Très peu d’occasions de part et d’autre, et une courte défaite: ce n’était pas le scénario espéré, mais au moins, Le Mont s’est rassuré défensivement. Et offensivement, alors? « C’est plus dur. On a de la peine à mettre du poids devant », reconnaît Claude Gross. A la décharge des Montains, l’axe Stéphane Besle-Juan Pablo Garat est sans doute l’un des meilleurs de Challenge League.

Une faute de main flagrante oubliée à la 42e

Un regret sur ce match, quand même? Sans doute l’action de la 42e lorsque M. Sandro Scharer et ses assistants ont complètement oublié une main flagrante d’un défenseur argovien dans les seize mètres. Assis pas loin de nous, Raimondo Ponte, le directeur sportif du FCA, en a même rigolé avec son voisin. On va faire un constat lucide et objectif, vu qu’on a vu les quatre défaites du Mont en 2016: pour l’instant, les décisions arbitrales sont en sa défaveur. Cela s’équilibre sur une saison? Alors, il en faudra bien quelques décisions litigieuses penchant en faveur des Montains dans les prochains matches pour ce que ce soit le cas. A Wil, surtout, et dimanche à Aarau, disons simplement que les maîtres des lieux s’en sont bien sortis sur le plan de l’arbitrage. A Lausanne et contre Bienne, par contre, rien à dire de ce point de vue.

Maxime Brenet prié de prendre place sur le banc

Après la débâcle face à Bienne, Claude Gross avait décidé de changer plusieurs choses. Maxime Brenet, impliqué sur un but lors de chacun des trois premiers matches de championnat, a ainsi été prié de laisser sa place à Jonas Omlin. Le gardien du FCL a été plutôt bon dimanche, étant finalement assez peu sollicité, mais faisant très bien son boulot. L’entraîneur du Mont avait en outre décidé de reculer Bertrand Ndzomo, contraignant Aurélien Chappuis à s’asseoir sur le banc, ce qui est plutôt rare. Enfin, Daniel Gygax (qu’on a trouvé assez bon, d’ailleurs) faisait son grand retour dans le onze de base. Pour le reste, un 4-4-2 plutôt classique, qui a bien tenu son rang.

Les problèmes du FC Bienne? « On ne compte pas là-dessus », assure Gilberto Reis

Reste que malgré ce match plutôt réussi au Brügglifeld, Le Mont ne décolle pas au classement. Avec 0 point en quatre matches, il était de toute façon compliqué d’espérer gagner des places durant ce mois de février, mais c’est bel et bien la dernière position qui se rapproche. Si Schaffhouse ne perd pas face au LS lundi soir, ce que personne n’espère, alors Le Mont passera la semaine en dernière position. C’est vrai, les problèmes du FC Bienne pourraient conduire la SFL à reléguer d’office le club seelandais, mais personne ne veut penser ainsi du côté du Mont. Et surtout pas Gilberto Reis. « On ne compte pas là-dessus, vous êtes fou ou quoi? On sait qu’ils ont des problèmes financiers, on entend les joueurs en parler. Mais en attendant, ils font des points! Non, croyez-moi, personne ne table là-dessus », insiste le latéral montain.

Deux rencontres très importantes à Baulmes

Le Mont veut s’en sortir par lui-même et a deux matches abordables devant lui pour, enfin, prendre des points en 2016. « On reçoit Winterthour et Chiasso et là, on doit marquer des points », explique Gilberto Reis. Son entraîneur Claude Gross est même plus précis: « Il faut viser les six points dans ces deux parties. Là, on a joué à Lausanne, à Wil et à Aarau, mais désormais, on a ces deux matches à la maison. Et on n’a plus d’excuses. » Pour espérer quelque chose, il faudra s’appuyer sur la solidité montrée ce dimanche à Aarau, à en croire Reis: « C’est exactement ça. On doit être aussi bons que ça à la maison, et ça ira ». A eux de le montrer.

Les hommes du match

Mention très bien à la charnière centrale du Mont. Après le naufrage de dimanche dernier, y compris dans ce secteur de jeu, les deux centraux vaudois ont fait fort. Ibrahim Tall, à droite, et Bertrand Ndzomo, à gauche, ont complètement pris l’ascendant sur les attaquants argoviens. Le premier nommé est évidemment une valeur sûre à ce poste, tandis que le deuxième était plus là pour « dépanner », en attendant le retour de François Marque. Tous deux ont fait le boulot à la perfection. On mentionnera également Orhan Mustafi aux avant-postes. Il a été plutôt bon, dans la lignée de son entrée convaincante face à Bienne la semaine dernière. Il est encore à court de forme, mais un Mustafi à ce niveau, qui a l’air bien dans la tête, ne pourra qu’être un plus pour Claude Gross dans la course au maintien.

Les prochains rendez-vous

Le Mont reçoit Winterthour le samedi 5 mars. Coup d’envoi à 17h45 à Baulmes.

FC Aarau – FC Le Mont-sur-Lausanne 1-0 (1-0)

Buts: 32e Besle 1-0.

Arbitre: M. Sandro Schärer, assisté de M. Efe Kurnazca et de M. Jonas Erni.

Aarau: Deana; Nganga, Besle (61e Mobulu), Garat, Jaggy; Peralta, Jäckle, Burki, Radice; Lieder (88e Perrier), Rossini.

Entraîneur: Marco Schällibaum.

Le Mont: Omlin; Reis, Tall, Ndzomo, Markaj; Gygax, Hochstrasser (84e Fejzulahi), Zambrella, Dubajic (73e Njo Lea); Pacarizi (61e Pimenta), Mustafi.

Entraîneur: Claude Gross.

Brügglifeld, 3536 spectateurs.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*