A l’assaut, messieurs!

A l’assaut, messieurs!

Muamer Zeneli a tout tenté, dimanche après-midi. Dans les heures ayant suivi la victoire et la qualification de son équipe à Münsingen (lire ici), le très bon latéral gauche du FC Bavois s’est approché plusieurs fois de Jean-Michel Viquerat pour réclamer une matinée, voire une journée de repos, lundi. Comme lui, plusieurs joueurs du FCB sont employés dans la société du président, et ils auraient bien aimé récupérer de leurs efforts (fournis sur et en dehors du terrain…) ce lundi. Mais, même de très bonne humeur, le président n’a rien lâché. Muamer Zeneli et ses copains sont tous allés travailler lundi matin. On ne préjugera pas de leur productivité, mais ce qui est sûr, c’est que Bekim Uka, lui, leur a donné congé le soir-même. Pas d’entraînement lundi, donc, pour le FC Bavois.

Les joueurs aiment bien chambrer leur président

En fait, l’entraîneur nord-vaudois avait quand même demandé au brave Fatton d’être disponible pour des soins. Sébastien Le Neün, Nezir Kurtic, Aziz Demiri et le brave Muamer Zeneli sont venus se faire masser un peu et effectuer quelques étirements, avant de passer un petit moment sympa ensemble, à la buvette des Peupliers. Et, bien sûr, les très chambreurs Bavoisans n’ont pas manqué l’occasion de faire passer quelques messages à leur président, venu les saluer. « Prési, on construit une tribune en face pour la saison prochaine? Et nos vestiaires, ils sont un peu petits pour la Promotion League, non? », lui ont lancé ses joueurs, pour le faire réagir. Jean-Michel Viquerat n’a pas bougé, se contentant de sourire. Il a quand même tiqué un peu lorsque ses joueurs, toujours d’aussi bonne humeur, lui ont fait remarquer qu’il n’y avait pas de finales en Promotion League et qu’il pouvait donc déjà préparer la demande de licence pour la Challenge League!

Trois finalistes sur quatre vont monter, c’est sûr

Bien sûr, aucun de ses joueurs ne pense un mot de tout cela, mais ces blagues, normales envers un président, traduisent bien l’atmosphère de très bonne humeur qui règne dans le vestiaire bavoisan. Ils chambrent, parce qu’ils sont contents d’être là, mais quelque part, cela montre que les joueurs ont envie de plus. Désormais, tout est clair: Bienne a fait faillite et trois des finalistes de 1re ligue monteront. Si le FC Bavois échoue face à Baden dans ces matches aller-retour, il jouera une rencontre face à La Chaux-de-Fonds ou United Zurich sur terrain neutre (Guin?) le jeudi 16 juin prochain. Le vainqueur de ce barrage accédera à la Promotion League. Bavois, aujourd’hui, a donc un très bon pourcentage de chances d’y arriver.

Muamer Zeneli; « Münsingen? Ce n’est pas un exploit! »

Ce groupe-là, surtout, possède tous les ingrédients pour aller au bout et Muamer Zeneli, encore lui, n’a pas manqué de nous le faire remarquer. « Vous rigolez avec le titre votre dernier article ou quoi? Bavois, quel exploit! Mais ce n’est pas un exploit! On était plus fort que Münsingen, c’est tout. » Soit. Mais perdre 1-2 à l’aller et gagner 0-3 au retour, face à une équipe qui n’avait pris que 30 buts en 26 matches de championnat, M. Zeneli, c’est tout de même une belle performance. Il y a une chose dont on est sûr, quand même: face à Baden, il faudra être encore plus fort.

Trois finales perdues en trois ans!

Les Argoviens se sentent maudits en finales, après avoir perdu successivement face au FC Le Mont, Neuchâtel Xamax FCS et Cham. Trois fois, Baden a construit une grosse équipe de 1re ligue et trois fois, ils ont perdu face à plus fort qu’eux. Cette fois, ce sera face à Bavois et, bien sûr, tout le monde du côté de l’Esp pense que le FCB est un adversaire abordable pour mettre fin à cette malédiction. Mais comment être trop en confiance quand on vient de perdre trois finales de suite? Surtout qu’à Baden, plusieurs joueurs ont vécu les trois finales et étaient donc déjà là face au Mont en 2013! On pense notamment à Nikola Marjanovic, Raffaele Cardiello, Emir Sinanovic, Luca Ladner. Comment géreront-ils une nouvelle situation de stress, eux qui reçoivent avant chaque saison la consigne de monter en Promotion League et échouent lors du dernier match?

Baden, fort comment?

Bavois, qui arrive en pleine euphorie et détendu, a donc un avantage psychologique c’est certain. Sur le terrain? On n’en sait rien. Münsingen était 1er du groupe 2, avec 52 points, et Bavois était meilleur dans le jeu. Baden, 1er du groupe 3, a sans doute de meilleures individualités, mais surtout on doit dire qu’on se méfie un peu, vu le très bon niveau affiché par United Zurich, 3e de ce groupe 3. Les Zurichois nous ont vraiment impressionné face à Stade-Lausanne-Ouchy et, sur ce plan-là, comme toujours en finale, on attend de voir. Les Argoviens ont un très bon buteur, Goran Antic (30 ans), qui a scoré en Super League (Aarau) et en Challenge League (Winterthour, Wil), mais Bavois, ça tombe bien, a de très bons défenseurs. Et, surtout, on commence à le comprendre: le FCB est capable de mettre de la folie partout où il passe. C’était le cas en saison régulière, ça l’est lors des finales. Alors, vraiment, pourquoi pas jusqu’au bout?

Bavois, une recette du succès toute simple

Baden ne viendra sans doute pas pour défendre comme Münsingen, même s’il ne faut jurer de rien lors de ces finales. Une chose est sûre: les Peupliers seront bien remplis (800 à 1000 personnes?) et Bavois n’aura pas de pression. L’objectif ne peut pas être raté, puisqu’il n’y en avait pas. Le président n’a jamais mis la pression concernant les finales, ni la promotion, mais les joueurs, d’eux-mêmes, ont décidé d’y aller. Même quand ils étaient la tête en bas, après Naters et Signal Bernex, ils ont continué à y croire et cela a payé. La recette du succès du FC Bavois est simple, d’ailleurs: un groupe qui se connaît bien, qui ne change pas tous les six mois, un entraîneur qui a le temps de faire passer ses messages et est très consciencieux, et un président qui n’intervient jamais dans le domaine technique. Jean-Michel Viquerat gère les conflits, quand il y en a, décide du recrutement avec son entraîneur, mais le vestiaire n’est pas sa maison. Tout cela mis ensemble donne un collectif qui fait les efforts ensemble. Et qui se trouve aujourd’hui aux portes de la promotion.

 

Deuxième tour des finales

Mercredi 8 juin, 20h

Bavois – Baden

La Chaux-de-Fonds – United Zürich 

 

Samedi 11 juin, 18h

Baden – Bavois 

United Zürich  – La Chaux-de-Fonds

Match de barrage

Jeudi 16 juin, vraisemblablement à Guin

Match de barrage entre les deux perdants des finales. Le vainqueur sera promu en Promotion League.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*